Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
23 février 2012 4 23 /02 /février /2012 08:27

desVous connaissez tous ça. Lors des journées d'hiver pluvieuses, où il fait nuit tôt (je sais de quoi je parle, ici à Berlin il commence à faire nuit à 15h30), les enfants sont coincés à la maison, on cherche à les occuper, on sort les puzzles, les ateliers-perles, on construit des cabanes pour les nounours, on rejoue à des jeux de société qu'on avait presque oubliés...

 

Et à la fin de la journée, le salon (ou la chambre) est dans un état proche de celui qu'aurait laissé un tsunami sur son passage.

 

Alors, comme il n'est que 17h13 et que les enfants ont déjà demandé 123 fois quand est-ce que ça serait l'heure de regarder un DVD, on sort une ultime activité de son chapeau de maman rusée, mais cette fois-ci une activité « deux en un »... C'est-à-dire une activité servant à la fois à occuper les fauves enfants et à s'épargner un surcroît de travail. Tout bénef, quoi.

 

Pour cela, vous aurez besoin d'un dé de couleur (par exemple, du type de celui qu'on trouve dans le fameux Jeu du Verger, mais il y en a d'autres, avec 6 couleurs, pour plus d'efficacité).

 

de.jpg

L'enfant (ou les enfants, ça ira encore plus vite à plusieurs, mais si vous avez un enfant unique, ça marche aussi!) jette le dé et range tous les objets de la couleur indiquée par le dé. Ça marche bien, même avec les plus petits.

Ensuite, on complète avec un dé classique, avec des points, pour les enfants un peu plus grands.

Un 6 : on range les jouets multicolores

Et avec les autres chiffres, on trouve des correspondances avec les couleurs qui ne figureraient pas sur le dé de couleur. Par exemple 1= orange / 2=marron...etc. On peut aussi jouer avec les motifs 3= objets à fleurs / 4= objets à pois...etc.

 

Ça marche encore mieux en lançant un chronomètre qui sonne au bout de X minutes... (sur votre portable, ou sur internet...j'utilise ça avec mes élèves pour les exos en temps limité...le chant du coq en fin de chrono, ça les réveille!)

 

Et en moins de temps qu'il faut pour le dire, voilà la chambre rangée et l'heure tant attendue du DVD arrivée.

 

Par contre... (parce qu'il y a quand même un « mais »...)

Il vaut mieux que votre système de rangement soit bien au point, avec les cubes dans cette boîte, les objets pour les poupées dans ce bac, les puzzles sur cette étagère pour que les enfants sachent clairement où vous attendez que chaque objet soit rangé pour ne pas que vous retrouviez des légos dans le landau de la poupée et les concombres en plastique de la dînette dans le tiroir à chaussettes. Parce que sous la pression du contre-la-montre, il se peut qu'ils soient tentés de balancer tout au premier endroit venu.

 

Mais après-tout, puisque c’est vous le maître du jeu... vous aurez l’œil !

 

  Photo: memephoto  / pixelio.de
Repost 0
8 septembre 2011 4 08 /09 /septembre /2011 09:25

 

284197_R_by_www.sonjawinzer.de_pixelio.de.jpgL'an dernier, Louloute a fait sa première rentrée à l'école Maternelle. La rentrée en elle-même s'est super bien passée. Ce qui, en revanche, a été plus difficile, et ce pendant un mois, c'était de la motiver pour s'habiller, se coiffer et déjeuner fissa dans des délais raisonnables. Et il fallait aussi l’encourager à marcher seule, car ma princesse aime être portée, mais est « trop fatiguée » pour marcher…


Déjà, elle a beaucoup de mal à s’habiller autrement qu’en robe. Elle tolère les jupes. Elle refuse catégoriquement les pantalons. Ensuite, au début de l’année, elle avait les cheveux assez longs et emmêlés et je lui faisais des couettes ou une queue de cheval avant de partir. La croix et la bannière. Et enfin,  Madame ne voulait boire que sa brique de lait au chocolat, mais point de tartine ou autres céréales.


Pour partir sur de bonnes bases, j’ai lancé un petit programme d’autoévaluation (ça fait un peu ronflant, comme ça, mais c’est vraiment de ça qu’il s’agit !). Je me suis inspirée de ce que j’avais mis en place pour l’apprentissage de la propreté avec un système de soleils que ma Louloute dessine elle-même quand elle s’estime satisfaite de quelque chose.


J’avais attaché au frigo une feuille avec, sur le côté gauche, des petits dessins trouvés sur internet représentant des vêtements, une brosse et un peigne et un petit déjeuner. Ensuite, juste avant de partir à l’école, on faisait un petit bilan : si l’habillage s’était bien passé (c'est-à-dire, si elle n’avait pas protesté au moment de mettre le pantalon que nous avions choisi pour elle, parce que non, ce n’est pas à elle de décider comment elle s’habille, même si nous essayons de tenir compte de ses goûts…), elle dessinait un soleil à côté du petit pictogramme « vêtements ». Pareil pour le coiffage et le petit-déjeuner. Si une des étapes avait donné lieu à une crise, on dessinait un nuage avec de la pluie. Donc elle était motivée pour n’avoir que des soleils qui étaient comme une sorte de récompense, mais au final, c’était elle qui se les attribuait car nous lui disions « pour l’habillage, comment penses-tu que ça s’est passé aujourd’hui ? ».


Pour l’habillage, nous n’avons jamais dérogé à la règle « on ne descend pas déjeuner sans s’être habillée avant », règle énoncée longtemps à l’avance et bien connue. Sinon, c’était mort. Impossible de la faire remonter dans sa chambre une fois qu’elle avait déjeuné puisqu’elle, elle voulait jouer.


Ensuite, plus difficile, il fallait la faire marcher de la voiture jusqu’à l’école. Une vraie galère. Bon, je dois dire que ça a été difficile toute l’année et que même au mois de juin, elle trainait les pieds et réclamait les bras. Elle a eu un peu le déclic cet été. Ce qui a bien marché pour elle, c’était de jouer à faire la course : « Le premier arrivé au lampadaire / au buisson / à la poubelle a gagné ! », et hop, la voilà qui courrait. Je la laissais (souvent) gagner, mais du coup, elle ne se rendait même plus compte qu’on avançait et ne percevait plus l’effort. Cela marche aussi avec « Je suis sûre que tu n’arriveras pas au coin de la rue avant que j’aie fini de compter jusqu’à 20 ! » ou en lui montrant du doigt un truc un peu plus loin « oh regarde un drôle de chien, vient on va le voir / eh t’as vu, ta copine Sarah elle a un nouveau manteau, on va le voir de plus près ? ». Bon c’est vrai que sur le chemin de l’école, toujours le même et rarement propice aux surprises, c’était plus difficile d’aiguiser sa curiosité…

 

Mais dans l’ensemble, toutes ces petites ruses ont vraiment bien marché. Je n’ai utilisé les images + soleils que pendant les deux ou trois premières semaines et ensuite, on s’est contentés de LA règle « on ne sort pas de la chambre sans être habillée ». Bon, il ya des jours (ceux où c’est : pantalon) où ça se passe moins bien, mais globalement, ça va !


Pour retrouver mes précédentes ruses de maman, c’est par là:

 

Rusée comme une maman / Ruse n°1 SE METTRE EN PYJAMA

Rusée comme une maman / Ruse n°2 LE COUCHER

Rusée comme une maman / Ruse n°3 l'apprentissage de la propreté

Rusée comme une maman / Ruse n°4: LE BAIN

Rusée comme une maman / Ruse n°5: Jouer ensemble et partager

 

 

Photo: www.sonjawinzer.de  / pixelio.de

 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Repost 0
4 septembre 2011 7 04 /09 /septembre /2011 20:28

dicoMarjoliemaman, c'est quelqu'un. Comment ça, vous ne la connaissez pas? Moi non plus, d'ailleurs, je ne la connais pas. Mais j'ai l'impression que c'est une vieille copine à moi. Je lis son blog pratiquement depuis sa création, début 2008. Nos aînés ont peu ou prou le même âge. Marjoliemaman, c'est LA maman-blogueuse selon moi. Souvent imitée, jamais égalée. Un style unique (garanti sans fautes d'orthographe et ça, ça compte beaucoup pour moi !), drôle mais pas  "potache", de bons mots, du vécu sincère. Et surtout, de la modestie. Elle a pas le melon, Marjoliemaman, et pourtant, elle pourrait.

 

Donc, après ce petit portrait de l’auteur, je voulais vous parler du livre que Marjolaine Solaro, alias Marjoliemaman vient de publier. Il s'appelle Le Dico des petits et gros bobos (Prévenir et guérir les maux de vos enfants). Parce qu'elle n'écrit pas que sur son blog, Marjo, elle écrit « pour de vrai » et il était hors de question que je laisse passer son livre.

 

Ce petit guide recense les principales maladies, bénignes ou plus sévères, ainsi que les principaux accidents qui peuvent survenir quand on a des enfants en bas-âge. Elle l'a rédigé en partenariat avec une pédiatre de l’hôpital Trousseau.

 

J'ai commencé à le lire et je peux vous dire que ça va vite devenir un guide de référence pour la famille C-Cilou. C'est celui-là qu'on emmènera à Berlin dans nos valises et pas le Pernoud (bon, il est plus léger, aussi, ça compte !). C'est simple, on voit que Marjo s'y connaît, parce qu'en tant que Maman de deux enfants en bas âge, elle a croisé sur son chemin bon nombre de petits maux listés dans son guide*. En lisant les rubriques du guide concernant la gastro, la coqueluche, les cauchemars, la roséole, la bronchiolite, la varicelle, la mauvaise haleine**, j'ai repassé en mémoire tous les articles de son blog qui nous relataient justement les petits tracas que rencontrait la Marjolie's Family. Quand je vous dis que je les suis depuis longtemps. Je crois bien que je n'ai loupé aucun article de son blog, d'ailleurs !

 

Quand j'ai commencé à feuilleter le  Dico des petits et gros bobos, on peut dire que ça tombait bien puisque Loulou venait de se brûler avec un sachet de thé, que Louloute était revenue de chez une copine dont le frère avait des poux et que moi, j'avais une petite écharde (pour cause de cueillette de mûres...mmmh). J'ai donc pu y lire plein de bons conseils. En plus des remèdes pharmaceutiques / médicaux incontournables, ce petit guide donne aussi des idées de remèdes complémentaires "alternatifs", remèdes de grand-mère ou autres, destinés à compléter le traitement éventuel pour favoriser le bien-être de l'enfant malade. Et à la fin du guide, Marjo nous dévoile ses potions secrètes: la recette du liniment oléo-calcaire, celle du lait d'avoine (pour apaiser les peaux eczémateuses) et celle de la tisane "gros dodo"***. Intéressante également, la liste de tout ce qui doit se trouver dans votre armoire à pharmacie pour parer aux petits bobos les plus courants.

 

Acné du nourrisson, coliques, érythème fessier, fièvre, grippe, laryngite, poussées dentaires du bébé... j'y ai retrouvé pas mal de petites maladies par lesquelles mes enfants sont passés ! Dommage que je ne l'aie pas eu entre les mains pour mon premier enfant, j'aurais été plus rassurée. Un seul regret...qu'il n'y ait pas de rubrique consacrée aux molluscums, ces vilains boutons pourtant très courants chez les enfants (moins chez les adultes, la preuve, j'en ai !) et qui ont envahi le corps de mes deux Loulous.

 

Bref, un livre à mettre entre toutes les mains, notamment celles des jeunes parents  (Guillaume et Ana, je vous en envoie un sous peu !). C'est simple, pédagogique, mais toutefois très sérieux..."car on ne plaisante pas avec la santé des enfants!"

 

Merci Marjo, grâce à toi, je vais pouvoir faire de la place dans ma bibliothèque et jeter mon Pernoud**** aux orties !

 

 

 

 

* J'espère pour elle qu'elle n'a pas croisé sur son chemin une colonie de chenilles processionnaires, bestioles dont j'ignorais l'existence jusqu'à la lecture de ce livre. Oui, oui, les chenilles ne sont pas toujours des bébés papillons doux et gentils... certaines, les fameuses "Chenilles processionnaires" (je ne vous raconte pas l'image de troupeau de chenilles en procession qui me vient à l'esprit à l'heure où je tape ces lignes!) sont même carrément dangereuses....

** ah, Marjoliemaman me signale dans l'oreillette que non, ni son fils ni sa fille n'ont souffert de ce désagrément. Au temps pour moi...!

*** Enfin celle là, vu comment ses enfants dorment (ou plutôt ne dorment pas...!), je préfère ne pas m'en inspirer...!

**** Cela dit, ça ne sera pas une grosse perte, sachant que cette brave dame a changé d'avis autant qu'il y a eu d'éditions de son livre (allaitement, pas allaitement, couché sur le dos, sur le ventre, la tête en bas etc.) C'est louche quand même, une femme aussi versatile que ça !

 


Rendez-vous sur Hellocoton !

Repost 0
1 juin 2011 3 01 /06 /juin /2011 08:00

512491_R_B_by_Dieter-Schutz_pixelio.de.jpgOn aimerait tous inculquer à nos enfants des valeurs de partage et de solidarité...Mais ce n'est pas toujours évident.

Pour l'instant, mon Loulou est trop petit pour vraiment jouer avec sa soeur, alors elle n'a pas encore trop eu à prêter ses jouets et à partager ce qu'elle possède. La plupart du temps, elle joue avec nous et nous nous plions de bonne grâce à ses exigences de jeux.

L'autre jour, deux petites copines sont venues jouer à la maison en fin d'après-midi et nous avons fait l'erreur de lui annoncer dès le matin. Elle a passé la journée entière à se projeter, à imaginer les jeux auxquels elles joueraient, les scénarios qu'elle proposerait... Quand ses amies sont arrivées, elles ont découvert des nouveaux jouets et n'avaient pas forcément envie de faire ce que ma fille imposait proposait...

Au final, ça c'est mal passé, ma Louloute étant à la fois:

- dans la déception de voir que ses attentes n'étaient pas comblées, et que les scénarios qu'elle avait échafaudés toute la journée s'écroulaient,

- dans la colère de voir qu'elle ne réussissait pas à trouver sa place

- et dans la frustration de voir les autres s'amuser sans elles.

Alors elle s'est enfermée dans une attitude de peste, narguant ses copines toutes les 5 minutes en sortant un nouveau jouet (" ça c'est à moi, nanananèreuh!"), dictant de nouvelles règles du jeu (1,2,3, soleil version Louloute c'est: personne ne s'approche à moins de 1 mètre du mur si c'est elle qui tape, de peur d'être détrônée du rôle principal!), refusant de laisser les autres s'approcher de son petit frère ("C'est MON petit frère, t'as PAS le droit de jouer avec"). Bref, j'avais hâte que ça se termine, et elle aussi je crois.

 

Cinq jours plus tard, nous avons accueilli une autre petite, la fille d'une collègue. Je craignais le pire, alors je m'y suis prise autrement (et c'est là que la ruse intervient!)

1) Je lui ai reparlé de l'après-midi "raté" et je lui ai dit que je comprenais à quel point il était difficile pour elle de prêter ses jeux, de faire de la place pour d'autres enfants dans son univers et que c'était normal qu'elle n'ait pas envie de tout partager (après tout, vous même, vous avez envie de prêter les choses auxquelles vous tenez le plus à vos copines, même les meilleures? Pas moi en tous cas. Ma bague trilogy par exemple, je la garde pour moi !). J'ai lu que le partage devient un geste un peu plus naturel vers l'âge de 6 ans... Je pense qu'elle a senti que je prenais en compte sa position et que je reconnaissais sa "souffrance". Elle s'est sentie écoutée. (enfin j'espère !) Je lui ai alors dit que le fait de partager pouvait cependant apporter beaucoup de choses: se faire des amis, bien s'amuser, récolter des compliments de ses parents...

2) Je n'ai annoncé la visite qu'une heure avant, pour éviter toute projection et limiter les déceptions.

3) Je lui ai dit "La petite Anna va venir. Il faut que tu acceptes l'idée qu'elle joue avec des choses qui t'appartiennent. Est-ce qu'il y a des objets que tu ne souhaites vraiment pas partager? Si c'est le cas, nous les mettrions de côté." Elle m'a alors dit "Je prêterai mes poupées, mais pas mes livres, ni mon déguisement de fée" J'ai acquiescé et finalement, elle s'est ravisée et a corrigé "Non, finalement, je prête mes livres, et mes peluches, et mon toboggan, et, et, et...." et elle m'a listé une longue liste de choses qu'elle avait décidé de son plein gré de prêter. Au final, il n'y a que la robe de princesse qui est restée dans l'armoire.

 

Et devinez comment s'est passé l'après-midi? Très bien, évidemment ! Elle a été un ange, patiente, partageuse, tolérante...c'est ma fille, quoi. (Et là, je dégouline de fierté...)

 

Entre temps, j'ai lu une petite astuce pour aider les enfants à partager les jouets, notamment lors des goûters d'anniversaire, où ils sont nombreux...

Sur le principe des "chaises musicales": vous indiquez à chaque enfant de choisir un jouet qui lui plaît dans la maison. Vous mettez la musique, les enfants sont assis en cercle, chacun joue avec ledit jouet...jusqu'à ce que la musique s'arrête. Là, l'enfant passe "son" jouet à son voisin et ainsi de suite. Au final, chacun aura joué un peu avec les jouets tant appréciés par les autres et le ton de l'après-midi sera donné (i.e. "Aimez vous les un les autres"...c'est beau...)

Autre astuce de maman rusée: vous vous munissez d'une planche de jolies gommettes (fée, pirate, chaton, etc.), vous vous autoproclamez "Fée du partage" et dès qu'un enfant fait preuve de bonne volonté pour prêter les jouets ou se montrer fair-play dans les jeux, vous lui collez un autocollant sur le dessus de la main pour le féliciter et le récompenser...

 

Et vous, parents de familles nombreuses ou organisateurs de goûters d'anniversaire riches en enfants et émotions...vous vous y prenez comment?

 

Pour lire mes autres "ruses de maman", c'est là:

Rusée comme une maman / Ruse n°1 SE METTRE EN PYJAMA

Rusée comme une maman / Ruse n°2 LE COUCHER

Rusée comme une maman / Ruse n°3 l'apprentissage de la propreté

Rusée comme une maman / Ruse n°4: LE BAIN

 

Photo: Dieter Schütz  / pixelio.de

Repost 0
3 février 2011 4 03 /02 /février /2011 21:29

JDSCN1951.JPGe ne sais pas vous, mais moi, si il y a bien un "NON" qui me stresse chez ma fille, c'est le "NON, je  ne veux pas  prendre mon bain". Allez savoir pourquoi je fais une fixette là-dessus... Pourtant, à 3 ans, on ne peut pas dire qu'elle sente mauvais comme un ado de 15 ans. Je crois que c'est le fait que ce "non" intervienne après toute une série d'autres refus et oppositions p arfois intervenus plus tôt dans la journée et celui-ci, c'est la goutte d'eau qui fait déborder la baignoire.

 

Donc, rusons mes soeurs, si vous êtes comme moi, un tantinet susceptibles du gant de toilette.

 

Ma première arme, ce sont les pastilles qui colorent le bain que nous ramenons d'Allemagne. C'est comme un cachet effervescent, ça ne tache ni la baignoire, ni le corps et ça motive ma Louloute à aller dans le bain. Elle choisit sa couleur et hop, plonge dans le bain sans rechigner. Mais est-ce que ça existe en France? Oui, mes soeurs, rassurez-vous, cette merveille qui va sauver vos débuts de soirées est disponible en France, j'en ai vu sur bébé au naturel. Notons que c'est un produit allemand qui est importé. Ils sont forts ces cousins germains. Et encore, je ne vous parle pas de nos autres gadgets: pailettes qui crépitent dans le bain, gel douche qui sort d'une bombe façon mousse à raser, etc. A défaut de tels gadgets magiques,  la moitié de la bouteille un peu de bain moussant fera l'affaire. Le tout étant de sortir de l'ordinaire et de faire du bain un moment (encore plus) ludique.

 

Ma botte secrète, c'est d'ailleurs de lui proposer de prendre son bain... en maillot de bain (logique!). Bon, elle m'a déjà envoyé bouler avec cette proposition, mais une fois ou nous nous enlisions bien dans la crise balnéaire, ce maillot de bain m'a sauvé la mise. Elle s'est éclatée.

 

Une autre astuce: si votre enfant (fille ou garçon après tout) a une poupée qui va dans l'eau (la marque Corolle en fait), proposez-lui de l'emmener dans le bain avec lui. C'est un truc qui a marché pas mal de fois quand elle était réticente à se laver les cheveux. Je lui ai dit de faire sur son bébé la même chose que je faisais sur elle. Impeccable.

 

L'autre jour, elle était déjà dans le bain mais refusait de se laver les cheveux. J'ai sorti la pomme de douche et j'ai fait comme si c'était de la pluie, une grosse averse et qu'elle avait oublié son parapluie et que du coup, elle était toute mouillée, tête et cheveux compris. Elle s'est bien prêtée au jeu.

 

Le deuxième effet Kiss-Cool

Bon après, avec toutes ces astuces, il ne voudront plus sortir de l'eau, mais là, c'est plus mon affaire, vous vous débrouillez...;-)

 

Autre chose, je crois qu'il n'est pas bon de forcer un enfant à prendre son bain à tout prix. C'est un peu comme avec la nourriture.  Les soirs où il est impossible de les faire entrer dans la baignoire, mieux vaut se contenter d'un petit nettoyage au gant de toilette ou repousser le bain à un autre soir où il aura plus envie. Comme c'est en général un grand moment de plaisir pour eux, avec ou sans astuces et ruses de mamans, ils finiront par être de nouveau demandeurs.

Repost 0
14 janvier 2011 5 14 /01 /janvier /2011 22:24

maternelles.jpgComment aider un enfant à devenir propre?

 

Eh oui, là aussi il m'a fallu ruser. Même si j'ai souvent entendu "Mais, tu verras, ça va se faire tout seul!" "ça peut arriver du jour au lendemain!"...n'empêche que je voyais le jour de la rentrée scolaire arriver à grands pas et Louloute manifester un intérêt très limité pour le pot. En plus, je craignais qu'elle ne régresse avec l'arrivé de son petit frère et qu'elle me réclame de nouveau les couches exclusivement.

J'ai donc mis au point une technique. Je lui ai proposé de ne plus mettre de couche quand j'ai su qu'elle était prête physiologiquement (monter les escaliers etc.) et qu'elle avait la maturité. Et je n'y suis pas revenue, en journée tout de moins. Donc j'avais une pile de leggings genbre kiabi, gémo, pas cher et qui ne craignent rien et je les changeais si nécéssaire. Mais je n'ai pas eu à le faire longtemps, au bout de trois jours: quasiment plus d'accidents.

En fait, je lui ai proposé, à chaque fois qu'elle pensait à demander le pot, de dessiner un soleil sur une feuille que l'on affichait bien en évidence dans la cuisine, aimantée sur le frigo. C'est elle-même qui le dessinait, au feutre jaune. Et quand il y avait un petit accident, on dessinait un nuage avec un peu de pluie, mais sans se formaliser. Elle avait donc, devant les yeux, quotidiennement, le résultat de ses progrès. Dessiner son petit soleil était pour elle comme une petite récompense. Je sais bien que le fait d'aller sur le pot ou pas ne doit pas faire l'objet d'une récompense ou d'une punition (genre bonbon etc.) mais là, c'était elle même qui s'attribuait la récompense et elle en tirait une grande fierté.

 

Et là vous vous ditres: "tiens, mais j'ai déjà entendu parler de cette histoire de soleils dans l'apprentissage de la propreté. A l'émission les Maternelles, y'avait une maman qui en parlait." Ben oui, cette maman, c'était moi.   Et même qu'il y avait mon petit Loulou de deux mois sur le plateau, dans mes bras puis avec son Papa. Une super expérience. On verra si la prédiction que m'avait faite Elizabeth Tchoungi ce jour là se réalisera: "Une future miss météo, cette petite!".

 

Le deuxième effet kiss cool.

Ben oui, il y en a eu un, forcément. Outre le fait que certains de mes élèves ont vu l'émission (je ne pensais vraiment pas, d'une part, qu'ils regardaient ce type d'amission, d'autre part à une heure aussi avancée de la journée et qui plus est le dernier jours des grandes vacances! Mais si, il a fallu d'une élève et l'info a tourné...! Il y a des sujets plus glamours, certes, mais tant pis, à la rentrée prochaine, quand je reviendrai de congé parental, de l'eau aura coulé sous les ponts - et du pipi dans les pots! ahaha). Le deuxième effet kiss cool, c'est que ça a marché pour le pipi, mais pas pour le caca. Impossible. Même en dessinant un soleil marron (!). En fait, il a fallu deux mois de plus (et la motivation d'entrer à l'école) pour qu'elle arrête de réclamer une couche pour "la grosse commission".

 

Et allez faire un petit tour  chez Marie des Mamans testent qui a tenté d'inculquer l'apprentissage de la propreté à son "nain" avec ce bon vieux Tchoupi. Raté. Mais l'article, lui, est très drôle, comme d'habitude.

Repost 0
8 janvier 2011 6 08 /01 /janvier /2011 07:00

DSC06272Dire que la période des deux ans, dite "phase d'opposition" ou "terrible two" est très délicate à négocier,c'est un euphémisme...(Allez d'ailleurs lire cet excellent article de Caroline qui est à hurler de rire tellement ça sent le vécu) Ce qui est pénible, c'est quand la fameuse crise des deux ans se prolonge au-delà de l'âge fatidique. Louloute vient d'avoir 3 ans et en ce moment c'est crise sur crise. Pas facile.

 

Et je suis sûre que les mamans d'enfants de cet âge parmi vous ne diront pas le contraire...

Alors, une petite ruse pour la route ? (On ne va pas se laisser avoir par ces tyrans en culotte courte ! On aura le dernier mot !)

 

Comment faire pour inciter un enfant à aller au lit et, si possible, à y rester?

 

Depuis qu'elle a un vrai lit de grande, Louloute aime bien en sortir de façon intempestive. Alors un jour, pour la forcer à rester sous la couette, je lui ai proposé de dormir avec une petite bouillotte. Oh joie, extase et jambes tendues (ceux qui la connaissent reconnaîtront le signe patent de la profonde jubilation de ma Louloute). Je fais chaufer la petite bouillotte avec des noyaux de cerise au micro onde et hop dans le lit... et ma Louloute  y reste. Magique, non?

 

Comment cette ruse s'est retournée contre moi (ou: le deuxième effet kiss cool.)

 

Encore une fois, c'était trop beau. Non pas que ça n'aie plus marché après, non, loin de là... En fait, ça a trop bien marché. Elle voulait la bouillotte tous les soirs et même pour la sieste. Une étape de plus à son rituel du soir qui en comporte déjà... 129 ! Marre de la bouillotte. Mais, pas d'inquiétude cependant, je savais que mon calvaire allait connaître bientôt une issue favorable: nous allions partir à Noël en vacances dans nos familles en...oubliant la bouillotte (ben tiens) et en revenant, elle aurait oublié (mais bien sûr...!).

 

Eh bien savez vous ce que le Père Noël a mis au pied du sapin (sans savoir, en plus, que c'était son grand kiff du moment!)...je vous le donne en mille. UNE BOUILLOTTE.

 

Merci Père Noël, vraiment, merci.

Repost 0
Published by c-cilou.over-blog.com - dans Rusée comme une maman
commenter cet article
21 décembre 2010 2 21 /12 /décembre /2010 22:25

Comment ruser avec un Loulou (ou une Louloute) qui aime vous pousser à bout pour vérifier si les limites fixées sont toujours d'actualité. A la longue, c'est fatiguant et ça peut même tourner en véritable lutte parents-enfants. Alors il faut ruser. Pour se faciliter la vie, gagner du temps, pacifier les relations, tout en gardant les fameuses limites et sans renoncer à la discussion et à la mise au point quand c’est nécessaire. Parce qu'on va pas se laisser marcher sur les pieds par un enfant de même pas trois ans, non mais oh !

J'ai donc décidé de lister régulièrement dans ce blog les petites astuces, ruses et autres finauderies qui m'ont permis plus d'une fois d'embobiner ma Louloute, par exemple, lorsqu'elle ne veut pas se laver les dents, s'habiller, manger, prendre son bain, se coucher, prendre ses médicaments etc.

Bon, parfois, mes astuces ne marchent qu'un temps. Faut pas exagérer, quand même, elle est pas bête ma Louloute, elle arrive à déjouer les tours de sa maman, même les plus élaborés !

 

Allons-y pour la ruse n°1

Louloute déteste s'habiller le matin et se mettre en pyjama le soir après le bain. C'est une constante. La journée commence e5174970700_e213f4605b.jpgt se termine avec des cris et des pleurs. Enfin, ça c'était avant la mise en place de ma ruse diabolique (ça c'est du teasing!), notamment pour la mise en pyjama. Je lui ai proposé de jouer à la poupée avec elle. Non, pas chacune avec une poupée en plastique, non, non...de faire comme si c'était elle ma poupée et que je l'habillais (en pyjama) et que je la coiffais (sèche-cheveux après le bain). Pour que ça soit plus ludique encore, je lui mets même du "maquillage" (enfin du stick à lèvres) et je lui prête un collier pour que le tout soit parfait. Elle a tout de suite adoré ce nouveau jeu. J'ai fait attention de ne pas lui dire "Viens, on va jouer: tu seras mon bébé et je m'occuperai de toi", parce qu'en ce moment, depuis l'arrivée de son petit frère, elle a tendance à vouloir régresser. J'ai même donné un nom à ma nouvelle "poupée": Elisabeth. Comme dans une des histoires de Martine qu'elle aime tant écouter sur CD (oui, je sais, y'a pas plus ringard et rétrograde, mais elle adore, je n'y peux rien!). Et là, c'était le summum de la joie, de l'extase et du bonheur pour ma Louloute: une nouvelle identité...

 

A utiliser avec modération cependant (ou: le deuxième effet kiss cool)

Après deux ou trois jours de bons et loyaux services, cette ruse s'est un peu retournée contre moi. Elle ne voulait plus être appelée que Elisabeth. "Non, je m'appelle pas Louloute, je suis Elisabeth". Et elle prononçait ce prénom avec des étoiles pleins les yeux. Je n'en pouvais plus de cette Elisabeth !!!

J'ai même crains le pire, chez le pédiatre, à l'occasion de la visite de routine pour ses trois ans, quand il lui a demandé comment elle s'appelait et si elle était une fille ou un garçon...J'ai prié très fort pour qu'elle ne réponde pas "Je m'appelle Elisabeth et je suis une poupée". Ouf, non, ça n'est pas arrivé. Sinon le pédiatre m'aurait peut-être dénoncée aux services sociaux pour incitation à la schizophrénie...!

Repost 0

  • : C-cilou et ses loulous
  • C-cilou et ses loulous
  • : Des trucs de Mamans..mais pas seulement !
  • Contact

Soit dit en passant

Je suis de retour... ou pas.

 

 

Rechercher

C'est qui C-cilou?

 

Maman de deux Loulous (4 ans et 20 mois), prof en congé parental, mariée à Monsieur C-cilou.

Je blogue pour répondre à une irrésistible envie de de décrire le quotidien, pour lui donner plus de saveur, le rendre plus rigolo et doux, comme un ourson haribo...et éviter que ma mémoire ne se vide à la vitesse d'un paquet de bonbons ! Je blogue pour prendre du temps pour moi, pour me poser, réfléchir, comprendre, partager.

Depuis Septembre 2011, nous vivons à Berlin (oui, oui, en Allemagne).

Me contacter

C_cilou_loulous@yahoo.fr

je suis une maman bambinou

Suivez-moi sur Hellocoton

Retrouvez C-cilou sur Hellocoton

Bannière

Photos (de gauche à droite) © Tom Kleiner © Utaaah © Klaus Gerhardt

pixelio.de