Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
21 avril 2011 4 21 /04 /avril /2011 11:57

Je ne peux pas encore vraiment vous dire comment ça s'est passé. Je suis tombée sur des sujets qui ne me déplaisaient pas et j'ai fait ce que j'ai pu. Après, ça dépendra des autres...c'est un concours. Résultats très bientôt, je vous tiendrai au courant.

 

En attendant (mode cérérmonie des césars -ON ), voici l'heure des remerciements...

 

- Merci à toi, mon Namour. Sans toi, rien n'aurait été possible. Je ne serais jamais allée si loin si je n'avais pas pu compter sur ton soutien indéfectible, sur tes encouragements quand je n'y croyais plus et sur ton expertise en matière de concours. C'est vrai que ce n'est pas facile de préparer un concours quand on est maman de deux enfants, dont un bébé, mais je n'aurais jamais pu le faire si tu ne m'avais pas déchargée entièrement de toutes les tâches ménagères et si tu ne t'étais pas occupé des enfants à plein temps, me permettant de réviser mes 12 heures par jour. Si je l'ai, je pourrai dire que je te dois 50% de ma réussite.

 

- Merci à mes enfants qui ont été extras. Si Louloute avait un peu de mal à me laisser travailler lors des écrits (Remember... ), elle a été plus compréhensive pour les oraux. Pour Loulou, c'était un peu plus difficile pour les oraux: il rentrait dans une sorte de transe dès qu'il me voyait sortir de ma tanière mon bureau et ne me lâchait plus, me contraignant parfois à manger debout en le portant. Il lui arrivait parfois de ramper jusqu'à l'escalier pour voir si je n'allais pas surgir d'un instant à l'autre... En tous cas, merci les Loulous de m'avoir laissé du temps pour moi seule, je vous le rendrai au centuple !

 

- Merci à ma famille, mes parents, mes frères...merci d'avoir pensé à moi, de m'avoir appelé après les épreuves, de m'avoir montré que vous coyiez en moi. Merci en particulier à Josiane, ma belle-maman qui est venue garder les petiots quand j'étais à Reims pour les oraux et merci à ma Maman de m'avoir accompagnée pendant les deux jours d'oraux, c'était hyper rassurant de ne pas se sentir seule.

 

- Merci à Isabelle et Laurence, mes anciennes profs et non moins amies qui m'ont soutenue et qui m'ont aidée à me préparer, en pédago et en thème oral. Merci beaucoup, vos sms, mails et coups de fils ont été très précieux!

 

- Merci à Audrey et Vincent, qui m'ont gardé plusieurs fois les enfants...c'est bon de savoir qu'on peut compter sur vous, en espérant ne pas avoir trop abusé !

 

- Merci à mes amis, à ceux qui m'ont envoyé des bonnes ondes, qui ont touché du bois, fait brûler des cierges. On verra si ça a marché...mais en tous cas merci d'avoir été avec moi ! Chacun de vos sms m'a fait chaud au coeur !

 

- Merci à toux ceux qui, sans être dans mon entourage direct, ont un peu suivi mon parcours ces dernières semaines, me demandant de mes nouvelles et m'encourageant régulièrement: ma dentiste, l'instit' de ma fille, la directrice de l'école, mon pharmacien, mon homéopathe...

 

Maintenant, yapuka...attendre et se reposer. Je suis en convalescence en vacances chez mes parents pendant deux jours avant que mes trois amours me rejoignent pour fêter Pâques en famille. Il me tarde de les retrouver. En attendant je savoure le plaisir de ne rien faire et rattrappe tout mon retard bloguesque. Je vais enfin pouvoir écrire plus régulièrement, ça tombe bien, j'ai plein de choses à vous faire partager.

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by C-cilou - dans Ma vie de maman
commenter cet article
22 mars 2011 2 22 /03 /mars /2011 07:03

Cela fait deux ans que mon Amour n'a plus de Père. Deux ans que mes enfants n'ont plus qu'un Grand-Père.

Aujourd'hui, je devrais me mettre à réviser...mais votre souvenir, cher Jean-Luc, vaut tous les concours du monde.

 

Mon Beau-Père Jean-Luc est mort d'un cancer à 55 ans. Il est parti "à mi-chemin" entre mes deux enfants, entre ses deux petits enfants. Quand il nous a quittés, ma fille avait 14 mois, et 14 mois après sa mort, mon fils est né.

Cela faisait trois ans qu'il se battait contre la maladie. Il a  beaucoup souffert et la naissance de sa petite-fille lui a donné beaucoup de joie et d'espoir dans son combat. Je me rappelle comme il en parlait avec fierté, comme il la trouvait jolie, comme il louait ses cheveux qu’il disait "blonds comme de l'or", comme il aimait la tenir sur ses genoux. La dernière fois que je l'ai eu au téléphone, c'était pour lui annoncer ses premiers pas. J'ai eu l'impression qu'il pleurait de joie. Il nous félicitait de ce progrès...mais nous n'y étions pour rien ! Tant pis, cela lui faisait tellement plaisir...

Je me souviendrai de sa générosité, de son plaisir d'être en famille, entouré des siens, de sa serviabilité, de son sourire...

Il n'aura pas eu la chance de voir comme elle est devenue belle, sa petite L., et comme elle est gentille et douce. Il n'aura pas eu la joie de se savoir grand-père une seconde fois, d'un garçon cette fois-ci, qui l'aurait sans nul doute comblé de fierté.

 

Cela fait deux ans et je pense souvent à vous, Jean-Luc. Il est de mon devoir de vous faire vivre au travers de mes enfants, de leur parler de vous, de ce grand-père exceptionnel qu'ils n'auront que peu ou pas connu... et soyez sûr que vous ne quitterez pas de sitôt nos cœurs et nos mémoires...

Repost 0
Published by C-cilou - dans Ma vie de maman
commenter cet article
16 mars 2011 3 16 /03 /mars /2011 09:02

3_Zahnbrchen.jpgMa Louloute est une petite rusée. Comme la plupart des enfants, elle essaie de gratter quelques minutes de plus de temps passé avec nous, elle tente par tous les moyens de retarder l’heure où on va quitter sa chambre et surtout…a toujours  1001 raisons valables ou non, de venir nous retrouver dans le bureau où nous nous sommes remis au boulot (un jour, j’aimerais bien voir ce que ça fait d’être rappelée alors que je suis devant la télé…un jour, peut-être).

 

Récit d’une soirée ordinaire chez les C-Cilou

- 18h bain des Loulous

- 19 h repas en famille (oui, avec nous. On mange comme les poules, je sais mais comme on mange aussi à midi tapantes, ça ferait long de tenir jusqu’à 20 h)

- 19h30-20h visionnage quotidien du DVD du ballet Casse Noisette. Avec démonstration de danse en live.

- 20h : on monte (avec la ferme intention de la voir couchée à 20h15 dernier délai)

Début du rituel, avec, dans l’ordre (attention à ne sauter aucune étape sinon ça lui fait une raison de plus de se relever, genre « Maman, j’ai soif… » Mais oui, on y croit tous)

-          *Brossage des dents (avec l’inévitable jeu : je suis la dentiste et elle la patiente)

-          *Choix du livre

-          *Lecture de l’histoire

-          *Spray nasal / collyre ou autre traitement

-          *Recherche du Doudou dans la maison (il se planque toujours quand il faut pas, celui-là !)

-          *Restitution du Doudou

-          *Verre d’eau

-          *Réchauffage de la bouillotte et coinçage de celle-ci dans le pantalon de pyjama (ça ne s’invente pas : notre Louloute est accro à sa bouillotte et depuis qu’elle s’est endormie avec un soir où elle avait mal au ventre, elle ne veut plus s’en passer)

-         *Roulade avant sur le lit

-          * Négociation ferme pour qu’elle se glisse sous la couette

-         *Histoire racontée par maman (souvent récit d’un épisode de mon enfance)

-          *Bisou dit « papillon », envoyé avec la main, il « s’envolle » dans les airs à grand renfort de mouvements de doigts pour se poser sur sa joue et sur son pied (bonne raison de ressortir de dessous la couette !)

-          *Sortie de la chambre en laissant la porte ouverte...


Il est 20h35…c’est encore râpé pour le coucher à 20h15…et encore, c’est sans compter les fameux rappels, en général au nombre de trois, à piocher dans la liste ci-dessous :

-          *Maman, j’ai envie de faire pipi (alors qu’on lui a proposé d’aller aux toilettes au moment du coucher ! La coquine, elle se gardait ça sous le coude !)

-         *Parfois, elle va aux toilettes toute seule et revient nous voir en disant « ma bouillotte elle est sortie de mon pyjama, il faut la remettre… »

-          *Papa, mon Doudou il est tombé derrière mon lit (ben tiens…)

-          *J’ai froid (ben voyons, rappelle-moi ce qu’on t’a coincé sous le pyj ? ça serait pas une bouillotte par hasard ? Enfin,tu peux toujours tenter ta chance...)

-         * Papa, je me suis relevée pour boire et mon pyjama il est tout mouillé, il faut le changer…

-         * Maman, on a oublié de sortir mes habits pour demain…

-        *  Maman, Papa, j’ai entendu un bruit dans ma chambre…

-         * Loulou il m’a réveillé…  (ben voyons, ça fait 3 minutes qu’on t’a quittée, ne me dis pas que tu dormais à poings fermés)

-         * Maman, mon nez il coule (tiens tiens, et là, tu acceptes de te moucher alors qu’en journée il faut te courir après pour que tu daignes ne serait-ce qu’essuyer ta goutte au nez…)

*Papa, t’avais fermé la porte alors je l’ai réouverte (bien, mais t’avais pas besoin de venir nous le dire…) 

* Maman, après Noël, ce sera mon anniversaire, hein ? (oui, mais c’est dans 10 mois, chérie !)


Et ce soir, elle n’avait a priori aucune raison valable de se relever (comme tous les soirs, par ailleurs…), mais elle est quand même venue me voir dans le bureau. Quand j’ai vu la porte s’entrouvrir, je m’attendais à un truc encore bidon, qui allait me foutre encore en boule, mais elle a simplement dit « Maman…je t’aime » avant de repartir sur la pointe des pieds pour s’endormir quelques minutes après…à 20h40, un record ! Et moi, je fonds…

Repost 0
Published by C-cilou - dans Ma vie de maman
commenter cet article
11 mars 2011 5 11 /03 /mars /2011 22:33

751863473_34c36ef4b9.jpgLes accidents domestiques, ça n'arrive pas qu'aux autres. J'en ai une peur bleue et j'essaie d'anticiper au maximum. Nous avons mis des cache-prises, des bloque-portes, des barrières dans les escaliers. Nous avons trié les jouets de Louloute et enfermé les petits objets dans des boîtes qu'elle n'a le droit d'ouvrir qu'en l'absence de son frère. Nous avons éloigné tous les produits ménagers et médicaments de leur portée. Et pourtant...

 

Et pourtant Loulou, mon tout petit bébé, est tombé dans les escaliers, hier. Il ya deux mois, c'était sa soeur  qui avait inauguré l'exercice et qui s'était enfoncé une dent dans la gencive. Hier, c'était au tour du petit. J'étais seule à la maison, j'avais laissé Loulou avec sa sœur dans sa chambre, le sachant en sécurité dans cette pièce. Je suis descendue égoutter mes pâtes, en n'oubliant pas de fermer la barrière en haut des escaliers, parce que Loulou rampe très rapidement et se déplace sans aucune difficulté. D'en bas, j'entends Louloute me crier qu'elle veut descendre me montrer quelque chose et qu'elle n'arrive pas à ouvrir la barrière. Je lui réponds que j'arrive. Je l'entends ouvrir la porte et me dire quelques secondes plus tard "Maman! Loulou tombe dans les escaliers!". J'ai couru vers les escaliers et effectivement, il était en train de dévaler les marches, il en était à la 3ème. J'ai grimpé les escaliers 4 à 4 pour le rattraper.

 

Rien de grave au final, si ce n'est un minuscule bosse à la pommette que l'arnigel a bien vite faite disparaître. Plus de peur que de mal, comme on dit. Mais depuis hier, je ne cesse de revoir la scène, d'entendre le cri de mon bébé dans sa chute, de le voir se tordre le dos comme un chat en descendant, cambré, sur le ventre, de ressasser les mots que j'ai eu pour ma fille juste après la scène, trop durs et certainement inutiles puisque le fait d'avoir été aussi témoin de l'accident l'empêchera à présent d'ouvrir la barrière, de la revoir prostrée, de longues minutes au pied de l'escalier, pleurant à chaudes larmes...

 

C'est de la faute à qui? A moi qui n'aurait pas dû laisser mon fils sans surveillance? A ma fille qui aurait dû laisser la barrière fermée? Aux escaliers trop raides? A Loulou, trop agile et rapide? Mais ça ne sert à rien de savoir à qui la faute, l'essentiel est de se dire qu'on l'a échappé belle. Jusqu'à quand?

Repost 0
Published by C-cilou - dans Ma vie de maman
commenter cet article
10 mars 2011 4 10 /03 /mars /2011 21:24

 sonnenschein58 jpg004 2Quel est le point commun entre

-  Des chaussettes

- Des barrettes

- Des stylos

- Des CDs

- et des capuchons de feutre?

Réponse : leur capacité à disparaître pour ne plus jamais réapparaître. Comme happés par 

une sorte de faille spactio-temporelle…

 

Vous vous êtes tous aperçus que certaines chaussettes se séparaient parfois de leur moitié, comme ça, sans explication… et que l’on cherchait parfois pendant des mois, sans succès, la chaussette disparue pour finir par ranger l’orpheline dans un vieux sac avec d’autres chaussettes esseulées. Eh bien, c’est pareil pour les barrettes de ma fille. Je suis partie en vacances avec 5 barrettes…et je reviens avec seulement 3 vaillantes combattantes. Où sont les autres ? Nul ne le sait. Sans doute avec les chaussettes en mal d’indépendance sus-nommées.  Ou avec les stylos dont mon pot à crayons était plein il y a quelques jours encore et qui ont tous déserté en un rien de temps, emportant avec eux les capuchons de feutres rêvant d’horizons lointains. Ou encore avec les CDs…qui constituent, chez nous, le plus grand des mystères.  Nous avons perdu en quelques mois environ 5 CDs pour enfants, pouf, disparus, du jour en lendemain, sans laisser de traces…

 

Seraient-ils…dans la 4ème dimension ?

Repost 0
Published by C-cilou - dans Ma vie de maman
commenter cet article
1 mars 2011 2 01 /03 /mars /2011 19:04

On ne doit pas comparer ses enfants. C'est pas bien.

Il n'empêche que je constate quotidiennement à quel point les miens ont leur singularité et combien il est difficile de calquer sur le second des gestes ou des habitudes que nous aurions pris avec l'aînée. Pourtant issus du même "moule", iIs suivent chacun leur voie et ce, depuis la naissance, affirmant leurs goûts, leurs préférences, leurs caractères bien différents. Tout cela pour que nous, parents, ne nous reposions pas sur nos acquis...

 

L'un est garçon, l'autre fille...

L'une est "doudou" quand l'autre est plutôt "pouce"...

L'un est très en avance sur le plan moteur, quand l'autre a développé le langage très tôt, mais a marché très tard...

L'un est câlin depuis le premier jour quand l'autre nous a très tôt clairement fait comprendre qu'elle n'aimait pas les bisous

L'une a les yeux ronds et l'autre les yeux en amande...

L'une est plutôt "biberon" et l'autre plutôt "yaourt"...

L'un est plutôt "vanille" quand l'autre est clairement "chocolat"...

L'une n'a pas une once de patience quand l'autre se montre très perséverant...

L'un mange comme un ogre quand l'autre a toujours pinaillé sur les repas...

L'une a rapidement fait ses nuits quand l'autre a mis beaucoup plus de temps à trouver le sommeil...

L'un a un caractère très trempé quand l'autre était beaucoup plus "docile" au même âge...

L'une apprécie la compagnie des autres quand elle joue quand l'autre aime jouer seul...

L'une ressemble à Maman et l'autre à Papa...

 

Et vous, à quel point vos enfants sont-ils différents?

 

Repost 0
Published by C-cilou - dans Ma vie de maman
commenter cet article
13 février 2011 7 13 /02 /février /2011 20:36

training.jpgAutour de moi, plusieurs amies sont actuellement enceintes de leur 1er enfant. Je vais bien me garder de leur dresser un tableau exclusivement négatif des premières semaines, quand le bébé vient d'arriver et que tout semble insurmontable. J'ai plutôt envie de leur dire qu'AUCUNE des tâches auxquelles la maman débutante est confrontée n'est réellement insurmontable, à condition de s'entraîner un minimum DES MAINTENANT !

Alors, les futures mamans: prêtes pour l'entraînement, le Koh-Lanta de la primipare?

 


 

- En guise d'échauffement, vous me ferez 30 flexions par jour, en pliant bien les genoux, dos bien droit et périnée maintenu. Ca vous aidera à renforcer vos cuisses en prévision de toutes ces tâches que vous allez devoir réaliser tout en portant votre bébé au creux d'un bras ou sur la hanche (une fois qu'il aura un peu grandi, mais ne sera pas pour autant devenu moins dépendant !). Par exemple, remplir une machine à laver avec chargement frontal, sortir un sèche linge, vider le lave-vaisselle, le tout lestée d'un bon 4/5 kg porté asymétriquement.  J'ai dit pliés les genoux ! Et on ménage son dos, Mesdames !

- Ensuite, vous vous entraînerez à la plus périlleuse des tâches si l'on veut qu'elle ne finisse pas en taches (et donc en chargement de machine à laver genoux pliés avec bébé sur la hanche, voire plus haut !), j'ai nommé la dégustation l'engloutissement en 4ème vitesse d'un yaourt, d'une seule main, et ce, en position debout. Parce que, mieux vaut vous faire une raison dès maintenant: il faudra attendre quelques mois avant de pouvoir finir un repas en moins de 4 minutes 30, sachant qu'en général, dès le fromage, bébé commencera à s'impatienter et ne plus supporter de vous voir faire quelque chose seule (donc sans lui) et insistera lourdement avec force pleurs et cris à vous en déchirer l'âme, pour que vous le preniez dans vos bras...et vous serez donc contrainte de finir votre repas d'une main, si possible debout et en effectuant des petites secousses (façon ressort, vous visualisez?) pour le calmer. Les premières cuillères sont toujours les plus faciles, mais c'est bien plus dur de racler le fond du pot de yaourt sans le tenir de l'autre main... Je n'y arrive d'ailleurs toujours pas...mais moi, PERSONNE ne m'avait prévenue !

- Puis vous me réviserez les grands classiques, à savoir les berceuses que vous allez devoir chantonner une bonne douzaine de fois avant que votre chérubin ne s'endorme (pour finir par se réveiller 12 minutes après, le temps pour vous de prendre une douche, sympa, le chérubin). Pour ne pas vous retrouver à ne pouvoir chanter que le refrain ou en être réduite à simplement fredonner l'air (con), vous me réciterez tous les soirs trois  "dodo, l 'enfant do", cinq  "doucement s'en va le jour" et deux  "fais dodo, Colin mon ptit frère". Attention , interro dans 9 mois. Vous pourrez pas dire qu'on ne vous a pas prévenue. Et la première qui demande si c'est noté me fera trois "Frère Jacques" en plus.

- Vous vous exercerez également matin, midi et soir à nouer, dénouer et renouer une écharpe de portage. Au début c'est long et laborieux, mais ensuite on prend le coup de main et on fait ça...les yeux fermés (ce qui d'ailleurs n'est pas étonnant vu le manque de sommeil). Comment ça, t'achèteras un porte bébé classique sans nouage? On cherche à se défiler, hein? Le problème, c'est que les porte-bébés c'est plutôt pour le bébés à partir de 3-4 mois et que pour les nouveau-nés, l'écharpe permet un portage plus physiologique. Et 3-4 mois à attendre, sans rien pouvoir faire les mains libres, c'est long, croyez-moi. Donc l'écharpe est JUSTE incontournable. 

- Di'ici la fin de votre grossesse vous deviendrez également experte en manipulations sur Picasa, Skype et voyages sncf.com parce que la merveille, il faudra la montrer souvent aux grand-parents ! Alors on se crée dès maintenant un album picasa, un profil sur skype et on utilise l'option "sauvegarder mes voyages préférés" sur le site de la SNCF, tout en se renseignant sur la carte Enfant +.  Allez, on s'y colle... et on ne râle pas devant le site (pourri) de la SNCF, c'est pas bon pour le bébé, les ondes négatives !

Repost 0
Published by C-cilou - dans Ma vie de maman
commenter cet article
9 février 2011 3 09 /02 /février /2011 21:19

DSCN1482.JPGJ'ai fait une thalasso "Maman / bébé " à Saint- Malo après la naissance de ma Louloute. Allez-y, vous pouvez me jalouser, me haïr, me détester sincèrement..

 

J'en ai même fait une deuxième après la naissance de mon Loulou. Oui, ça y est, je sais, entre vous et moi c'est fini...

Je suis une veinarde, une chanceuse, mais surtout une maman très gâtée par sa famille et son compagnon puisqu'ils m'ont offert ces deux magnifiques séjours en cadeau, notamment pour mes 30 ans.

 

 

Comment ça se passe, une Thalasso "maman/bébé" aux thermes marins de Saint-Malo? (Je précise que ceci n'est pas un article sponsorisé)

 

Les soins sont principalement destinés à la jeune Princesse Maman.  Ils ont lieu par demi-journées, en alternance le matin ou l'après-midi, en individuel ou en petits groupes.

Parmi les principaux soins individuels, il y a:

- Les enveloppements d'algues, ou comment être transformée en papilotte sous celophane. Un soin extrêment relaxant.

- Les bains à remous, agrémentés d'huiles essentielles.

- Les douches favorisant la circulation sanguine

- Les massages kiné (un grand moment de bonheur)

- ...et aussi des soins Spa: modelage ventre plat et drainage minceur.

Les soins collectifs sont:

- Séances d'aquagym collective avec d'autres jeunes mamans

- Séance en piscine avec jet pour les lombaires ou les cervicales.

 

Et qu'est-ce qui est prévu pour le bébé?

 

Les bébés bénéficient de deux séances de massage réalisés par leur maman ou leur papa, sous la houlette d'un kiné qui initie les parents aux principaux gestes du massage bébé, dans une salle avec une vue imprenable sur la plage (cf. photo)

Le reste du temps, bébé peut être confié à la crèche. Ce n'est pas un club enfant comme sur n'importe quel lieu de vacances. C'est une véritable crèche agrée, avec des puéricultrices très disponibles pour porter et dorloter ces petits bouts qui ont souvent moins de six mois...et leurs frères et soeurs plus grands qui les accompagnent parfois.

 

Et le papa dans tout ça?

 

Le papa a droit aussi à sa part de bonheur et de repos ! Il a accès à toutes les infrastructures des thermes: sauna, hammam, parcours aquatonic, piscine, salle de musculation...et également à la salle de détente avec vue sur la mer où nous nous sommes endormis plus d'une fois, bien au chaud dans nos peignoirs, allongés sur des transats, après avoir dégusté une part de gâteau du pâtissier des thermes, Pascal Pochon. Aussi mémorable que les soins en eux-mêmes.

 

Et l'hébergement?

 

Nous avions choisi l'hébergement dans une résidence attenante aux thermes, dans un studio entièrement équipé et surtout avec tout le matériel de puériculture pour les bébés !

 

Pour conclure...

Ces deux séjours ont été inoubliables: à la fois vacances en famille et vacances de détente et de repos pour les parents. Les soins aident vraiment à se ressourcer, à reprendre doucement possession de son corps après la grossesse. (La seule question qui me préoccupait pendant ces 6 jours de thalasso c'était: "Qu'est-ce que je vais bien pouvoir répondre à la dame qui me demandera quelle huile essentielle je veux dans mon bain: relaxante, circulatoire, amincissante ou tonifiante...pas moyen d'avoir les 4 en même temps?" ) Et on se détend d'autant mieux quand on sait que son bébé est entre de bonnes mains.

Le cadre est magnifique, les locaux très raffinés...et la ville de Saint -Malo vaut vraiment le détour. Même quand le temps est maussade, la promenande sur la grande plage du sillon reste un incontournable !

Alors, si vous ne savez pas quoi vous faire offrir pour vos Noëls et/ou anniversaires et que vous avez une famille nombreuse...pensez à une thalasso, votre corps et votre esprit vous diront merci ! (Vous pouvez même grouper plusieurs anniversaires de plusieurs années, parce que ça vaut vraiment la peine!)

Repost 0
Published by C-cilou - dans Ma vie de maman
commenter cet article
6 février 2011 7 06 /02 /février /2011 20:18

DSCN1979.JPGJe déteste les pages qui se tournent. J'ai beaucoup de mal à accepter les "plus jamais". Je me répète parfois plusieurs fois, comme un mantra,  "c'est la dernière fois que..." pour pouvoir saisir pleinement ces moments que la vie ne m'offrira plus. J'ai, par exemple, toujours un pincement au coeur en quittant un appartement dans lequel j'ai vécu, ne serait-ce que quelques mois. J'ai les yeux qui s'embuent en faisant le tour avant l'état des lieux, sentant rôder les souvenirs des instants heureux. Et quand je suis en vacances quelque part, j'accueille en moi le plus d'impressions, de sensations, d'images positives pour que ces moments ne m'échappent pas.

Certes, chaque page qui se tourne est aussi une nouvelle page qui commence, voire un nouveau chapitre. Toutes les pages ne m'ont pas forcément plues, mais immanquablement je me dis: "ça ne reviendra plus". Il m'est même arrivé d'avoir le coeur gros en quittant un job dans lequel j'avais pourtant été très malheureuse. Je savais que l'avenir serait forcément meilleur, mais  je n'ai pas pu m'empêcher de penser que cette époque était inexorablement révolue...et d'être prise d'un vertige.

 

Avec les enfants, j'ai presque quotidiennement ce sentiment. Chaque journée avec eux est unique et la suivante sera également riche en émotions, en sourires et en découvertes. Et pourtant quand vient le soir, je me dis que j'aurais bien aimé m'attarder un peu plus sur cette page avant que la suivante ne commence. J'ai même parfois le sentiment de ne pas avoir fini de la lire, cette page. A chaque date d'anniversaire, à chaque changement de mois de mon Loulou, je me dis: "Voilà, mon bébé n'a plus 6 mois maintenant. C'est fini. Je ne dirai jamais plus que ce bébé a 6 mois." La transat traîne au milieu du salon et je ne me résouds pas à le ranger ("plus jamais je ne verrai Loulou dans ce transat..."). Je dois me faire violence pour ranger dans des cartons les vêtements devenus trop petits. J'attends même un moment avant de les fermer, de les scotcher, de les sceller définitivement.

 

Cela peut sembler futile, voire ridicule, de chercher à retenir les moindres instants, de vouloir saisir à bras-le-corps le temps qui s'échappe, la vie qui file entre les doigts. Je ne suis pourtant pas passéiste ou nostalgique. J'aime voir mes enfants grandir, je suis fière de constater leurs progrès et je m'en réjouis sincèrement. Mais j'aime enfermer les souvenirs heureux dans la boîte de ma mémoire pour pouvoir revenir y goûter quand l'envie me prend. Cela n'a rien à voir  non plus avec la peur de vieillir, mais plutôt avec le désir ardent de savourer pleinement l'instant présent, tout en ne sachant pas forcément si le bonheur sera encore présent au chapitre suivant.

 

Depuis hier, je n'allaite plus mon Loulou.

Repost 0
Published by C-cilou - dans Ma vie de maman
commenter cet article
2 février 2011 3 02 /02 /février /2011 13:06

Ou: comment passer de nouveau à la touche "avance accelérée" sans être passer par la touche "pause"

 

Je ne m'étais pas vraiment projetée dans ces jours d'après-concours. Je savais juste, et ça me motivait, que je profiterais de mes journée pour me reposer et m'occuper des miens. Je comptais aussi ranger mon bureau (qui s'organise à présent en strates et ce, sur deux surfaces: meuble et sol), mettre des trucs en vente sur internet, ranger un peu le coin jeux du salon, organiser quelques jours de vacances chez mes parents début mars avec les enfants, m'épiler, aller chez le dentiste et surtout chez le coiffeur.

Résultat des courses, les deux seules choses faites sont: aller chez le dentiste et...rien, non en fait je n'ai rien réussi à faire d'autre. Et surtout pas à me reposer, en tout état de cause.

 

En fait, Louloute est malade depuis dimanche. Forte fièvre, probablement dûe à un virus, mais qui ne passe pas. Donc pas d'école pour elle. Et ça, forcément, ça contrarie mes plans car je ne pensais avoir que Loulou à la maison en journée et encore, j'avais prévu de le mettre à la halte-garderie deux ou trois demi-journées, mais là-aussi, mes plans ont échoué car il n'y avait plus de place pour l'y accueillir. Pas avant vendredi. Donc voilà, comment se reposer d'un concours absolument exténuant et de 5 semaines de préparation intense...avec deux enfants sur les bras, dont un malade? Pas facile.

 

D'autant plus que Louloute n'est pas du genre à comater ferme quand elle a de la fièvre. C'est comme avec l'alcool (mais non, attends, j'ai pas dit qu'elle buvait ! Lis la suite !), il y a certaines personnes qui ont le vin triste et d'autres le vin gai et d'autres que l'alcool fait dormir. Eh bien, elle, a le mal gai. Elle n'adore rien tant qu'être malade. Même avec 39°8 elle trépigne d'impatience à la perspective que je lui prenne sa température (....rectale, pourtant!). J'ai perdu toute crédibilité chez le pédiatre quand je lui ai dit "Oui, Docteur, elle a vraiment une forte fièvre, elle un un peu abattue (parce qu'elle avait fait une sieste de 2h au lieu d'1h30...)" et qu'elle, elle s'est mise à chanter en allemand, à commenter tout ce qu'elle voyait dans le cabinet et par la fenêtre, à frissonner de plaisir sur le pèse bébé (son grand kiff) et à me demander si on allait jouer à Vocabulon en rentrant. Donc elle est relativement en forme et demande quand même beaucoup plus d'attention qu'une simple pipette de Doliprane tendue à heure fixe. Enfin, sachons nous estimer heureuses (ne me demande pas pourquoi je parle de moi à la 1ère personne du pluriel...): elle aurait pu être malade avant mon concours et ça aurait été autrement plus compliqué...mais quand même, après, c'est pas cool non plus.

 

Son frère a retrouvé sa bonne vieille habitude de perturber le sommeil de ses parents. Cette nuit, ça a duré plus de deux heures et quelques dizaines d'aller-retour entre la chambre parentale et la chambre de bébé. Est-ce lié au sevrage en cours (plus qu'une tétée maintenant, celle du matin)?

 

Quant à moi, j'ai déjà passé le week-end à me demander si les courbatures que j'avais dans tout le corps étaient dûes à la tension physique qui se relâchait ou à une grippe qui s'annonçait. Je me suis traînée comme une loque sans pouvoir me reposer car mon coéquipier devait se remettre à bosser, ce qui était bien normal après toutes ces journées de papa à plein temps. En plus de ça, lundi soir, j'ai commencé à avoir des yeux comme ceux d'un boxeur qui venait de se prendre des coups de poings. Tout gonflés, bouffis et rouges. Caniche à poils longs ascendant lapin albinos. Une conjonctivite carabinée...qui me mène à ma seconde interrogation existentielle depuis le concours (comme si je ne m'étais pas assez torturée le cerveau à trouver des problématiques et des plans dialectiques): "Est-ce que ces picotements dans les yeux sont dûs à la fatigue ou à la conjonctivite?".

 

Et...histoire de parfaire le tableau. J'ai dû reporter mon rendez-vous chez le coiffeur à vendredi (au lieu de mardi ! Quoi, c'est pas si grave? Mais je vous rappelle l'urgence de la situation capilaire !) car je n'avais pas trouvé de solution pour faire garder Loulou. Mais maintenant, je suis sûre que vendredi, si ma Louloute est encore malade, je vais pouvoir me brosser moi, au lieu d'aller chez le coiffeur !

Repost 0
Published by C-cilou - dans Ma vie de maman
commenter cet article

  • : C-cilou et ses loulous
  • C-cilou et ses loulous
  • : Des trucs de Mamans..mais pas seulement !
  • Contact

Soit dit en passant

Je suis de retour... ou pas.

 

 

Rechercher

C'est qui C-cilou?

 

Maman de deux Loulous (4 ans et 20 mois), prof en congé parental, mariée à Monsieur C-cilou.

Je blogue pour répondre à une irrésistible envie de de décrire le quotidien, pour lui donner plus de saveur, le rendre plus rigolo et doux, comme un ourson haribo...et éviter que ma mémoire ne se vide à la vitesse d'un paquet de bonbons ! Je blogue pour prendre du temps pour moi, pour me poser, réfléchir, comprendre, partager.

Depuis Septembre 2011, nous vivons à Berlin (oui, oui, en Allemagne).

Me contacter

C_cilou_loulous@yahoo.fr

je suis une maman bambinou

Suivez-moi sur Hellocoton

Retrouvez C-cilou sur Hellocoton

Bannière

Photos (de gauche à droite) © Tom Kleiner © Utaaah © Klaus Gerhardt

pixelio.de