Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
23 septembre 2011 5 23 /09 /septembre /2011 23:13

 

Voilà, voilà, me revoilà, en direct de Berlin, cette fois-ci...

C'est bizarre, j'ai à la fois plein de choses à raconter...et en même temps...je ne sais pas trop quoi raconter, ou du moins je ne sais pas par quoi commencer...

 

Je crois qu'il vaut mieux que je vous relate tout ça en plusieurs épisodes, sinon je vais vous saoûler avec un flot d'informations et d'impressions...

 

Commencons par l'essentiel: je suis heureuse de retrouver Berlin, mes anciennes, habitudes, mais aussi d'en avoir de nouvelles, avec les enfants cette fois-ci. C'est un vrai changement pour notre famille: un déménagement, a fortiori dans un autre pays, une nouvelle langue pour les enfants et aussi un changement d'environnement, car d'une petite ville de 10 000 habitants, nous passons maintenant à une capitale de 3 millions d'habitants...

 

Nous avons la chance d'avoir trouvé un appartement meublé, donc nous n'avions rien de spécial à emmener. A part quelques vêtements (surtout des vêtements d'hiver parce qu'à Berlin que les deux hivers précédents ont été très enneigés) et quelques jouets. Et aussi ma cocotte-minute (ben oui, il n'y en a pas en Allemagne)...enfin, la voiture était quand même pleine à craquer.

 

Les enfants ont donc retrouvé leurs affaires, leurs jouets préférés et ont pris leurs marques rapidement. Sauf mon petit Loulou qui a eu un peu de mal à s'adapter et qui n'a décroché ni un mot ni un sourire pendant presque deux jours, le pouce vissé dans la bouche. Maintenant ça va mieux, mais il ne faut pas trop que je m'éloigne.

 

On voit vraiment que mes enfants ont grandi à la campagne. Ils s'extasient devant des choses qui sont de l'ordre du normal voire du banal pour des petits citadins. Loulou entre en transe dès qu'il voit un bus à étage, un métro ou un chien promené en laisse. Louloute doit apprendre à traverser en attendant que le petit bonhomme soit vert ou à ne pas marcher sur les pistes cyclables. Elle s'éclate en appuyant sur le bouton pour appeler l'ascenceur, en sonnant comme une tarée à la porte de l'appartement... C'est très intéréssant et drôle pour moi de les voir évoluer dans un environnement totalement différent.

 

On habite dans un quartier que je ne connaissais pas. Berlin est tellement grand (8 fois plus grand que Paris !) qu'il est difficile d'en faire le tour. J'avais un a priori négatif sur ce coin, que je croyais plan-plan, voire bourgeois. Mais en fait, c'est un quartier très vert, avec plein de petites boutiques pour enfants, de jolis restaurants, des boulangeries avec de bons gâteaux et une grande place avec une aire de jeux, le tout donnant l'impression d'une vie de village. (Kiezleben, comme on dit ici).

 

La suite...bientôt !

Repost 0
15 septembre 2011 4 15 /09 /septembre /2011 10:19

-      419838_R_B_by_Dieter-Schutz_pixelio.de.jpgAprès vous avoir livré ma vision toute personnelle du "mode d'emploi du bébé" (dont j'aurais pu rêver à la naissance de mon premier bébé! ), voici la version "enfants" de mon mode d'emploi....

 

-           - Quand ils ne font pas de sieste l’après-midi, ça ne veut PAS dire qu’ils vont s’endormir plus tôt le soir… Bien au contraire. Ce n’est même JAMAIS le cas. Donc on se coltine leur mauvaise humeur encore plus longtemps que pour une journée « normale ». Merci les enfants.

-          - Ce n’est PAS parce qu’un enfant s’est dépensé tout l’après-midi au parc, dans la piscine à boule ou à la pataugeoire qu’il va mieux dormir le soir. Erreur.

-          - Ils ont TOUJOURS soif avant de se coucher ou avant de faire la sieste. Je ne sais pas pourquoi, non vraiment pas…

-          - Ce sont TOUJOURS les beaux vêtements, chers, de marque qui sont tachés tout de suite. Les autres, ceux qu’on a acheté d’occas ou ceux qu’on n’aime pas, ils peuvent tenir 3 jours sans tache. Et comme on n’a pas envie de faire des lessives pour rien, on en profite encore plus longtemps…Les enfants savent faire durer le plaisir.

-          - C’est TOUT LE TEMPS quand vous vous promenez en ville et qu’il n’y a pas de toilettes dans les 20 km à la ronde qu’un enfant a envie de faire caca. Grand moment de solitude… « Attends ma chérie, on va trouver un petit endroit discret, entre deux voitures, tiens, ce caniveau fera parfaitement l’affaire ! Zut, j’ai pas de mouchoirs pour t’essuyer…»

-          - Un enfant est SYSTEMATIQUEMENT malade (et donc ne peut pas aller à l’école, ou à la crèche…) quand sa maman a justement pris un jour de congé (pour aller chez l’esthéticienne / faire du shopping / trier de la paperasse / faire du rangement… rayez la mention inutile).  Après on s’étonne que les mamans accumulent tant de jours de RT : en fait elles n’osent tout simplement pas les prendre…Mieux vaut un jour au boulot qu'un enfant malade sur le dos. (vieux dicton ouzbekh)

-          - Ils font TOUJOURS des bêtises, crient ou se font mal quand vous êtes au téléphone. Paraît-il qu’ils ne supportent pas que vous ne leur accordiez pas toute votre attention. Paraît-il.

-          - Un enfant est TRES SOUVENT adorable quand on le confie a des amis, des grands-parents ou autres, alors que c’est un vrai petit diable chez vous. « Ben quoi, il est adorable ton fils, c’est quoi le problème ? » Du coup, vous vous sentez incomprise.

-          - Chez la nounou, un enfant ne rechigne JAMAIS à manger seul, à mettre son manteau, à prendre ses médicaments, à marcher en tenant la poussette. Ne cherchez pas à comprendre, c’est pareil chez tout le monde.

-          - Un enfant ne veut JAMAIS parler au téléphone pour dire bonjour à Mamie. Et quand il daigne enfin le faire c’est pour hurler un tonitruant CACA-BOUDIN ! Mieux vaut donc s’abstenir de leur tendre le combiné.

-          - Les flacons qu’on leur achète pour souffler des bulles (communément appelés « trucs à bulles ») ont pour vocation d’être SYSTEMATIQUEMENT renversés au bout de 5 minutes 30 de jeu. C’est ainsi, mieux vaut le savoir et prévoir une ligne budgétaire spéciale « trucs à bulles » dans les finances familiales.

-          - Ce sont TOUJOURS les activités qui prennent le plus de temps à installer (et à ranger+ nettoyer !) dont ils se lassent le plus vite…pâte à modeler, peinture, bricolage, pâtisserie…

 

    Alors, chez vous, c'est pareil aussi?


Rendez-vous sur Hellocoton !

Repost 0
Published by C-cilou - dans Ma vie de maman
commenter cet article
12 septembre 2011 1 12 /09 /septembre /2011 09:45

537206 R by Dieter Schütz pixelio.deOn dit souvent qu’on aurait bien aimé que son bébé soit « livré avec le mode d’emploi »… Ce fameux mode d’emploi, c’est à nous de le trouver, en tâtonnant, en observant, en faisant des erreurs.

 

Et pourtant…il existe ! Le voici pour vous en exclusivité ! (Cri de délire chez les primipares...!)

 

J’ai remarqué, depuis la naissance de mes enfants, qu’il y avait un certain nombre d’incontournables, de situations que l’on retrouve à l’identique chez tout le monde,  de situations dont on sait par avance comment elles vont se terminer, de « ça c’était sûr », ou « c’était couru d’avance qu’il n’allait pas s’endormir » , de « ça ne marche jamais, je ne sais pas pourquoi on s’obstine ! ». J’ai vraiment souvent remarqué que les enfants des autres faisaient -pour beaucoup de cas de figure pareil que les miens-… et q’uil y avait des situations qui se reproduisaient tellement souvent qu’on pouvait presque les ériger en règle générale…

Alors je me suis amusée à lister ces situations…et à les compiler pour vous livrer THE MODE d’EMPLOI.

 

On commence par la partie "bébé" (0-18 mois, disons)

 

-          - Un nouveau-né veut non seulement être pris dans les bras, bercé, rassuré…mais il faut SYSTEMATIQUEMENT que le porteur soit debout. Et si possible qu’il fasse des petits ressorts. Personne n’a pu m’expliquer pourquoi les bébés braillaient dès qu’on s’asseyait deux secondes…

-         -  Un bébé s’arrange TOUJOURS pour avoir les fesses rouges au moment où vous avez les mains joliment vernies et/ou manucurées. Comme ça, quand vous appliquez de l’éosine sur son royal postérieur, vous avez l’ENSEMBLE des doigts rouge. Pas seulement les ongles. Faut pas le remercier, le bébé, il est comme ça, il est sympa et il aime quand vous êtes classe.

-          - Un bébé fait TOUT LE TEMPS caca dans sa couche alors que vous veniez tout juste de changer une couche de pipi il y a 5 minutes. Juste pour vous embêter.

-          - C’est TOUJOURS quand vous oubliez de lui enlever ses chaussettes au oment du change que bébé frotte ses petits talons contre ses fesses tartinées de caca….

-          - Et (pour les petits garçons !) TOUJOURS quand vous oubliez de lui tenir le zizi vers le bas qu’il en profite pour faire pipi et vous arroser copieusement.

-          - Un bébé fait TOUT LE TEMPS caca dans sa couche juste au moment où vous vous apprêtez à partir, que tout est prêt, que la combi pilote est mise et que la clé est déjà dans la serrure. Et là, demi-tour et changement de couche. C’est pas comme si vous étiez pressée, non.

-          - Et quand il ne fait pas caca au moment de partir…il s’endort. Genre ça faisait 4 heures que vous désespériez de l’endormir et pof, au moment où vous rassemblez les dernières affaires, vous le trouvez endormi sur son tapis d’éveil.

-          - Toujours dans la rubrique sommeil. En voiture, un enfant s’endort TOUJOURS 3 minutes avant d’arriver à destination, et si possible, après avoir été chiant grincheux pendant tout le trajet.

-          - Ensuite, même pas la peine d’essayer de le maintenir endormi en le sortant délicatement de son siège auto et en le posant doucement dans son lit, il se réveille SYSTEMATIQUEMENT. Et même s’il n’a dormi que 3 minutes en voiture, il est dans une forme éblouissante…alors que vous, vous vouliez juste avoir la paix une demi-heure.

-          - Les bébés n’aiment PAS les petits-pots maison. Ils ne veulent manger que des petits pots dégueu industriels. Et ça marche aussi avec l’inverse : Les bébés n’aiment QUE les petits pots maison. Pas moyen de leur refourguer un petit pot quand on est en vadrouille, pour peu qu’ils aient été habitués à du « fait-maison ».

-          - Les bébés préfèrent TOUJOURS les jouets « qui n’en sont pas » aux jouets « qui coûtent un bras » et se passionnent pour l’essoreuse à salade, un pot de glace vide, une boite à chaussures,  une cuillère en bois,  une corbeille à linge, une boîte en plastique… Plus besoin de se ruiner chez Joué-Club, c’est dans les réunions Tupperware que vous trouverez leur bonheur !

 

 

E

 Et le mode d'emploi des enfants de plus de 18 mois, il existe aussi ! Mais bien sûr... Rendez-vous dans quelques jours pour la suite !


PS: Si vous attendiez que je vous révèle enfin où se trouve le bouton OFF puor faire cesser les pleurs de bébé...je suis désolée de ne pas pouvoir accéder à votre demande, je ne l'ai moi-même pas trouvé !


 

Photo: Dieter Schütz  / pixelio.de

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Repost 0
Published by C-cilou - dans Ma vie de maman
commenter cet article
9 septembre 2011 5 09 /09 /septembre /2011 08:03

burn-out.jpgCes derniers temps, je lis beaucoup d’articles de blogs où il est question de mamans qui craquent, de « burn out » maternel, c‘est-à-dire cet épuisement physique et émotionnel que connaissent les mères, actives ou au foyer. C’est un thème d’actualité, notamment depuis la sortie du livre de Stéphanie Allenou « Mère épuisée ». J’ai eu envie d’en savoir plus sur ce phénomène et j’ai emprunté à la bibliothèque le livre « La fatigue émotionnelle et physique des mères » de Violaine Guéritault. Dans ce livre, l’auteur analyse le phénomène du burn-out et donne également des solutions pour ne pas « craquer », pour se protéger physiquement et émotionnellement, afin de mener à bien « le beau métier de mère ».


Voici l’une des propositions données par Violaine Guéritault :

« Protégez votre moral »


On peut réduire considérablement son stress en s’occupant de son bien-être émotionnel et de son moral. Cela semble évident, mais en pratique, c’est plus difficile à mettre en œuvre, souligne V. Guéritault. Beaucoup de mères sont accaparées par de multiples tâches et n’arrivent pas, entre les enfants, le ménage, les responsabilités diverses et, pour certaines, la vie professionnelle, à trouver un moment pour souffler et faire quelque chose pour soi. Certaines refusent même se s’octroyer du temps libre car elles ont le sentiment d’être égoïstes et de délaisser leurs enfants, avec qui elles aimeraient parfois passer plus de temps.


Alors : égoïsme ou pas égoïsme, le temps pour soi ?


L’auteur relate alors une conversation.

« Il y a quelques années de cela, alors que je déjeunais avec l’un de mes professeurs à l’université qui exerçait par ailleurs comme psychothérapeute dans un cabinet, je lui confiai : « Je me sens coupable vis-à vis de ma famille et de mes enfants de prendre du temps en dehors de mes études pour faire du sport, aller voir des expositions ou me rendre à des conférences quand l’occasion se présente. Je sais que c’est de l’égoïsme pur, mais cela représente beaucoup pour moi. » Elle m’écouta attentivement puis me sourit et me dit : « Pouvez-vous me répéter cette phrase que vous venez de me dire en remplaçant le mot «égoïsme » par le mot « respect de soi » ? » Un peu interloquée, j’ai commencé par résister à cette demande, protestant qu’elle n’avait sans doute pas bien compris ce que j’essayais de lui dire. Elle répondit qu’elle avait parfaitement compris et elle insista pour que je m’exécute. Je finis donc par répéter ma phrase en changeant les mots comme  elle me l’avait demandé. (…) Cette phrase resta gravée dans ma mémoire car elle changea totalement mon regard sur ces moments de liberté que je m’accordais régulièrement et que je voyais à présent comme une source régénératrice de mon énergie dont j’avais tant besoin pour faire face aux exigences de ma vie de mère. »


Voilà, c’est  donc ça, il s’agit donc de respect de soi et non d’égoïsme !


Je l’ai compris quand, l’an dernier, je suis allée voir mon médecin, épuisée par mes révisions, mon bébé qui ne dormait pas, mon aînée qui avait besoin de moi… Quoique bien épaulée par mon chéri qui est très présent et un réel soutien, je me sentais à bout de forces. Mon médecin m’a demandé si je faisais « quelque chose pour moi », je lui ai dit que vu le « taux de remplissage » de mes journées de maman, je ne vois pas comment je pourrais m’accorder plus d’une minute trente par jour (soit le temps passé sous la douche). Il m’a fait comprendre que c’était pourtant la clé pour se sentir mieux et avoir l’énergie qui me permettrait d’affronter ces situations épuisantes. C’est donc sur son conseil que j’ai commencé à bloguer, pour mon plus grand plaisir…et pour le respect de moi-même !


Et vous, vous faites quoi pour prendre soin de la personne la plus importante de votre famille, à savoir vous ?

 

Contribution dans le cadre des "Vendredis intellos" de Mme Déjantée 

bébé lit final

Repost 0
8 septembre 2011 4 08 /09 /septembre /2011 09:25

 

284197_R_by_www.sonjawinzer.de_pixelio.de.jpgL'an dernier, Louloute a fait sa première rentrée à l'école Maternelle. La rentrée en elle-même s'est super bien passée. Ce qui, en revanche, a été plus difficile, et ce pendant un mois, c'était de la motiver pour s'habiller, se coiffer et déjeuner fissa dans des délais raisonnables. Et il fallait aussi l’encourager à marcher seule, car ma princesse aime être portée, mais est « trop fatiguée » pour marcher…


Déjà, elle a beaucoup de mal à s’habiller autrement qu’en robe. Elle tolère les jupes. Elle refuse catégoriquement les pantalons. Ensuite, au début de l’année, elle avait les cheveux assez longs et emmêlés et je lui faisais des couettes ou une queue de cheval avant de partir. La croix et la bannière. Et enfin,  Madame ne voulait boire que sa brique de lait au chocolat, mais point de tartine ou autres céréales.


Pour partir sur de bonnes bases, j’ai lancé un petit programme d’autoévaluation (ça fait un peu ronflant, comme ça, mais c’est vraiment de ça qu’il s’agit !). Je me suis inspirée de ce que j’avais mis en place pour l’apprentissage de la propreté avec un système de soleils que ma Louloute dessine elle-même quand elle s’estime satisfaite de quelque chose.


J’avais attaché au frigo une feuille avec, sur le côté gauche, des petits dessins trouvés sur internet représentant des vêtements, une brosse et un peigne et un petit déjeuner. Ensuite, juste avant de partir à l’école, on faisait un petit bilan : si l’habillage s’était bien passé (c'est-à-dire, si elle n’avait pas protesté au moment de mettre le pantalon que nous avions choisi pour elle, parce que non, ce n’est pas à elle de décider comment elle s’habille, même si nous essayons de tenir compte de ses goûts…), elle dessinait un soleil à côté du petit pictogramme « vêtements ». Pareil pour le coiffage et le petit-déjeuner. Si une des étapes avait donné lieu à une crise, on dessinait un nuage avec de la pluie. Donc elle était motivée pour n’avoir que des soleils qui étaient comme une sorte de récompense, mais au final, c’était elle qui se les attribuait car nous lui disions « pour l’habillage, comment penses-tu que ça s’est passé aujourd’hui ? ».


Pour l’habillage, nous n’avons jamais dérogé à la règle « on ne descend pas déjeuner sans s’être habillée avant », règle énoncée longtemps à l’avance et bien connue. Sinon, c’était mort. Impossible de la faire remonter dans sa chambre une fois qu’elle avait déjeuné puisqu’elle, elle voulait jouer.


Ensuite, plus difficile, il fallait la faire marcher de la voiture jusqu’à l’école. Une vraie galère. Bon, je dois dire que ça a été difficile toute l’année et que même au mois de juin, elle trainait les pieds et réclamait les bras. Elle a eu un peu le déclic cet été. Ce qui a bien marché pour elle, c’était de jouer à faire la course : « Le premier arrivé au lampadaire / au buisson / à la poubelle a gagné ! », et hop, la voilà qui courrait. Je la laissais (souvent) gagner, mais du coup, elle ne se rendait même plus compte qu’on avançait et ne percevait plus l’effort. Cela marche aussi avec « Je suis sûre que tu n’arriveras pas au coin de la rue avant que j’aie fini de compter jusqu’à 20 ! » ou en lui montrant du doigt un truc un peu plus loin « oh regarde un drôle de chien, vient on va le voir / eh t’as vu, ta copine Sarah elle a un nouveau manteau, on va le voir de plus près ? ». Bon c’est vrai que sur le chemin de l’école, toujours le même et rarement propice aux surprises, c’était plus difficile d’aiguiser sa curiosité…

 

Mais dans l’ensemble, toutes ces petites ruses ont vraiment bien marché. Je n’ai utilisé les images + soleils que pendant les deux ou trois premières semaines et ensuite, on s’est contentés de LA règle « on ne sort pas de la chambre sans être habillée ». Bon, il ya des jours (ceux où c’est : pantalon) où ça se passe moins bien, mais globalement, ça va !


Pour retrouver mes précédentes ruses de maman, c’est par là:

 

Rusée comme une maman / Ruse n°1 SE METTRE EN PYJAMA

Rusée comme une maman / Ruse n°2 LE COUCHER

Rusée comme une maman / Ruse n°3 l'apprentissage de la propreté

Rusée comme une maman / Ruse n°4: LE BAIN

Rusée comme une maman / Ruse n°5: Jouer ensemble et partager

 

 

Photo: www.sonjawinzer.de  / pixelio.de

 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Repost 0
6 septembre 2011 2 06 /09 /septembre /2011 08:30

DSCN3291-1

 

Profs tous les deux, nous passons une bonne partie de notre temps dans notre bureau. C'est paradoxalement la pièce la plus petite de la maison (6 m²), qui plus est, sous les toits, donc difficile à meubler.

Comme nous adorons travailler dans la même pièce, côte à côte ou face à face, mon chéri et moi avons fait réaliser par un menuiser un "bureau biplace", sur mesure, idéal pour exploiter la pente de toit et se garder le mur derrière nous pour y caser nos étagères pleines de livres et de classeurs.

 

08_aout1.jpg

 

Ma place est à gauche, celle de Monsieur, à droite

 

Nous avons choisi de peindre les murs en taupe, foncé. Une couleur qui me rappelle un peu la couleur d'un tableau d'école. C'est foncé, certes, mais comme on a la lumière du Velux directement sur nous et que la pente de toit est blanche, je trouve qu'au final, c'est une teinte plus chaleureuse que triste.

Par contre nous avons choisi de la "réveiller" en l'accessoirisant avec du bleu turquoise, pour donner du peps et de l'envie de travailler et parce que je suis fan des couleurs vives.

 

08 août

 

Cela faisait très longtemps que je voulais vous montrer cette pièce pour continuer la série "déco" sur mon blog initiée avec les chambres des Loulous. Mais le problème, c'est que ce bureau n'est JAMAIS dans l'état où vous le voyez sur les photos. Il est toujours dans un désordre extrême, comme tout bureau qui se respecte. C'est donc à l'occasion du rangement trimestriel biannuel annuel que je l'ai pris en photo.

 

Pour voir les autres pièces photographiées sur ce blog, c'est là:

La chambre de bébé de Loulou: gris et "vieux bleu"... Un peu dans les tons du bureau, d'ailleurs (même si ce n'est pas voulu), mais beaucoup plus doux et enfantin.

La chambre de Louloute: vert anis et fushia. Une chambre de petite fille à l'ambiance vitaminée (qui me vaut de nombreuses visites via des requêtes google, ce qui fait que c'est, tous mois confondus, le 3ème billet le plus lu de mon blog !)

 

Pour le reste....ben faudra attendre que le rangement soit fait...un jour peut-être !

 


Rendez-vous sur Hellocoton !

Repost 0
Published by C-cilou - dans Déco
commenter cet article
4 septembre 2011 7 04 /09 /septembre /2011 20:28

dicoMarjoliemaman, c'est quelqu'un. Comment ça, vous ne la connaissez pas? Moi non plus, d'ailleurs, je ne la connais pas. Mais j'ai l'impression que c'est une vieille copine à moi. Je lis son blog pratiquement depuis sa création, début 2008. Nos aînés ont peu ou prou le même âge. Marjoliemaman, c'est LA maman-blogueuse selon moi. Souvent imitée, jamais égalée. Un style unique (garanti sans fautes d'orthographe et ça, ça compte beaucoup pour moi !), drôle mais pas  "potache", de bons mots, du vécu sincère. Et surtout, de la modestie. Elle a pas le melon, Marjoliemaman, et pourtant, elle pourrait.

 

Donc, après ce petit portrait de l’auteur, je voulais vous parler du livre que Marjolaine Solaro, alias Marjoliemaman vient de publier. Il s'appelle Le Dico des petits et gros bobos (Prévenir et guérir les maux de vos enfants). Parce qu'elle n'écrit pas que sur son blog, Marjo, elle écrit « pour de vrai » et il était hors de question que je laisse passer son livre.

 

Ce petit guide recense les principales maladies, bénignes ou plus sévères, ainsi que les principaux accidents qui peuvent survenir quand on a des enfants en bas-âge. Elle l'a rédigé en partenariat avec une pédiatre de l’hôpital Trousseau.

 

J'ai commencé à le lire et je peux vous dire que ça va vite devenir un guide de référence pour la famille C-Cilou. C'est celui-là qu'on emmènera à Berlin dans nos valises et pas le Pernoud (bon, il est plus léger, aussi, ça compte !). C'est simple, on voit que Marjo s'y connaît, parce qu'en tant que Maman de deux enfants en bas âge, elle a croisé sur son chemin bon nombre de petits maux listés dans son guide*. En lisant les rubriques du guide concernant la gastro, la coqueluche, les cauchemars, la roséole, la bronchiolite, la varicelle, la mauvaise haleine**, j'ai repassé en mémoire tous les articles de son blog qui nous relataient justement les petits tracas que rencontrait la Marjolie's Family. Quand je vous dis que je les suis depuis longtemps. Je crois bien que je n'ai loupé aucun article de son blog, d'ailleurs !

 

Quand j'ai commencé à feuilleter le  Dico des petits et gros bobos, on peut dire que ça tombait bien puisque Loulou venait de se brûler avec un sachet de thé, que Louloute était revenue de chez une copine dont le frère avait des poux et que moi, j'avais une petite écharde (pour cause de cueillette de mûres...mmmh). J'ai donc pu y lire plein de bons conseils. En plus des remèdes pharmaceutiques / médicaux incontournables, ce petit guide donne aussi des idées de remèdes complémentaires "alternatifs", remèdes de grand-mère ou autres, destinés à compléter le traitement éventuel pour favoriser le bien-être de l'enfant malade. Et à la fin du guide, Marjo nous dévoile ses potions secrètes: la recette du liniment oléo-calcaire, celle du lait d'avoine (pour apaiser les peaux eczémateuses) et celle de la tisane "gros dodo"***. Intéressante également, la liste de tout ce qui doit se trouver dans votre armoire à pharmacie pour parer aux petits bobos les plus courants.

 

Acné du nourrisson, coliques, érythème fessier, fièvre, grippe, laryngite, poussées dentaires du bébé... j'y ai retrouvé pas mal de petites maladies par lesquelles mes enfants sont passés ! Dommage que je ne l'aie pas eu entre les mains pour mon premier enfant, j'aurais été plus rassurée. Un seul regret...qu'il n'y ait pas de rubrique consacrée aux molluscums, ces vilains boutons pourtant très courants chez les enfants (moins chez les adultes, la preuve, j'en ai !) et qui ont envahi le corps de mes deux Loulous.

 

Bref, un livre à mettre entre toutes les mains, notamment celles des jeunes parents  (Guillaume et Ana, je vous en envoie un sous peu !). C'est simple, pédagogique, mais toutefois très sérieux..."car on ne plaisante pas avec la santé des enfants!"

 

Merci Marjo, grâce à toi, je vais pouvoir faire de la place dans ma bibliothèque et jeter mon Pernoud**** aux orties !

 

 

 

 

* J'espère pour elle qu'elle n'a pas croisé sur son chemin une colonie de chenilles processionnaires, bestioles dont j'ignorais l'existence jusqu'à la lecture de ce livre. Oui, oui, les chenilles ne sont pas toujours des bébés papillons doux et gentils... certaines, les fameuses "Chenilles processionnaires" (je ne vous raconte pas l'image de troupeau de chenilles en procession qui me vient à l'esprit à l'heure où je tape ces lignes!) sont même carrément dangereuses....

** ah, Marjoliemaman me signale dans l'oreillette que non, ni son fils ni sa fille n'ont souffert de ce désagrément. Au temps pour moi...!

*** Enfin celle là, vu comment ses enfants dorment (ou plutôt ne dorment pas...!), je préfère ne pas m'en inspirer...!

**** Cela dit, ça ne sera pas une grosse perte, sachant que cette brave dame a changé d'avis autant qu'il y a eu d'éditions de son livre (allaitement, pas allaitement, couché sur le dos, sur le ventre, la tête en bas etc.) C'est louche quand même, une femme aussi versatile que ça !

 


Rendez-vous sur Hellocoton !

Repost 0
3 septembre 2011 6 03 /09 /septembre /2011 21:49

logo-babybio.jpgC'est bien pratique de pouvoir commander les petits pots de bébé sur Internet. Ils sont souvent lourds et quand on en prend en quantité, il vaut mieux ne pas avoir prévu de faire le plein de packs d'eau et de lessive lors de cette virée au supermarché...

 

BamBinou propose justement deux marques d'aliments pour bébé: Good Goût, dont je vous avais déjà parlé ici et Babybio, que vous connaissez peut-être car c'est une marque présente dans beaucoup de grandes surfaces.

 

Babybio est une société implantée en France, qui fabrique toute une gamme d'aliments bio pour bébé: laits infantiles, petits pots, soupes, assiettes. Les ingrédients proviennent majoritairement de France (viande et lait 100% d'origine française).

 

Bambinou m'a offert différents produits de la gamme et m'a permis de les tester. Enfin, ce n'est pas moi qui les ai testés, c'est notre gourmet en chef, j'ai nommé Loulou. Celui dont le premier mot de vocabulaire (après Maman et Papa, quand même!) a été "manger" !

 

Lepetit pot "Douceur de lait" Saveur biscuit: mon petit Loulou s'est franchement régalé. Il a fini le pot en moins de deux ! Une saveur très douce, au bon goût de biscuit, qui convient bien pour le goûter. Pratique quand on veut l'emporter en promenade car c'est un produit laitier qui ne nécessite pas d'être mis au frais.

 

La soupe bio de potimaron et de panais: là aussi, un vrai régal. Une saveur très agréable, due au petit goût sucré du potimarron. Loulou en a redemandé, mais c'était déjà fini. A-pu !

 

Bon, là où ça se corse, c'est pour les assiettes. Je dois avouer que Loulou n'est pas très fan de ce genre d'aliments. Il aime soit le tout mixé (petit pot sans morceaux) soit le fait maison avec de gros morceaux. Mais pas les assiettes ou les petits pots avec morceaux que l'on trouve dans le commerce. Mais j'ai voulu essayer quand même, parce que c'est parfois bien pratique à emporter quand on n'est pas chez soi...

 

Le mijoté de petits légumes et d'agneau: pommes-de-terre du Pas de Calais, potimarron de la Drôme, champignons de Dordogne, persil d'Ile de France...que du bon et du "local". Mais il n'a pas aimé du tout. Quelques cuillères et il a fallu changer de stratégie et lui servir autre chose parce qu'il menaçait de renverser l'assiette par terre. Bon, au goût et à l'aspect, je dois dire que je l'ai presque rejoint, sur ce coup là...mais c'est inévitable, pour de la nourriture industrielle (ou pas?)

 

La farandole de légumes verts et Riz: Ce repas est adapté au soir, en raison des féculents qui favorisent le sommeil. Là, je dois dire que j'ai fait un bide total et je crois me souvenir que Loulou n'en n'a pas touché une seule cuillère...

 

Bilan

Les plus:

- Du bio à prix relativement modéré (Sur ce point, les produits Babybio sur Bambinou ne sont  guère plus chers qu'en supermarché et sensiblement moins chers que sur d'autres sites spécialisés dans les produits bio (aliments et autres) pour les bébés.

- Des ingrédients majoritairement en provenance de France.

- Des saveurs et des combinaisons originales.

- Pour les préparations sucrées et les soupes: l'aval de mon Loulou

 

Les moins:

- Saveur et aspect moyens pour les "assiettes".

- Parfois, les ingrédients proviennent de Hollande, d'Italie ou d'Espagne. Certes, c'est bio, mais si les aliments ont traversé une partie de l'Europe en camion avant d'arriver chez Babybio, c'est moyen au niveau de l'impact écologique.

 

Au niveau du goût, j'avais vraiment préféré les produits Good-Goût. Un vrai régal que j'aurais pu manger moi-même tellement c'était appétissant et savoureux. Par contre, niveau prix, Good-Goût est plus cher.

 

Et vous, vous connaissiez BabyBio ?

Repost 0
Published by C-cilou - dans Ecolo & Co
commenter cet article
1 septembre 2011 4 01 /09 /septembre /2011 15:07

DSC06440.JPGQuel bel après-midi d'été, dimanche dernier..! Nous sommes allés, Papa, Maman, Louloute et Loulou, pique-niquer au Jardin des Plantes. Mais le but de la visite n'était pas seulement ce magnifique jardin, ses plantes variées, ses pelouses d'un vert que je ne renierais pas...  Non, le but de la visite était de faire connaissance avec des blogueuses que je lis et que j'apprécie, à savoir Mimilady, Covima et Mindalicious. Du beau monde, quoi.

 

Mimilady était venue avec son Superman et ses Minis (trois magnifiques enfants) avec qui ma Louloute s'est parfaitement entendue.

Ils ont observé les poissons et les tortues dans le ruisseau, pris des bâtons pour des canes à pêche, escaladé des araignées, mangé les délicieux "gâteaux Flamby" de Mimilady (des cannelés, en fait !) (à tomber par terre, soit dit en passant) (j'irais même jusqu'à dire que c'était une vraie tuerie!)...Bref, on ne les a pas entendus....et on était drôlement tranquilles. Même mon Loulou a été sage et a fait la sieste pour la première fois dans la poussette.

 

On a parlé de plein de choses. Un peu de blog, quand même, mais pas tout de suite, afin de ne pas faire regretter à nos chères moitiés de nous avoir  accompagnées dans ce traquenart à ce délicieux pique-nique familial. Et quand on en a enfin parlé (on ne pouvait vraiment plus se retenir !), ils ont gentiement emmené les enfants jouer à l'aire de jeux.

 

Bref, un super après-midi. J'ai eu la drôle d'impression de m'être fait de nouvelles amies...mais des amies que je "connaissais" déjà.

 

Un seul regret: ne pas avoir pu faire la connaissance du mari et des enfants de Covima (qui a d'ailleurs fait de magnifiques photos des lieux, allez voir ici).

Rendez-vous sur Hellocoton !

Repost 0
Published by C-cilou - dans Ma vie de maman
commenter cet article
26 août 2011 5 26 /08 /août /2011 00:00

473287_R_K_by_Stephan-Hahnel_pixelio.de.jpgJ'avais déjà parlé de la culpabilité maternelle il y a deux semaines. Maintenant, j'aurais envie de réfléchir à des solutions pour en finir avec cette culpabilité qui nous ronge. C'est difficile, dans la mesure où la culpabilité maternelle a de multiples causes et origines et tant ses manifestations sont plurielles.

 

J'ai trouvé dans un article de Claude Halmos intitulé « Parents: arrêtez d'écouter les "spécialistes" »* quelques pistes pour reprendre confiance et sérénité.

 

"S'interroger, se remettre en cause est, en effet, lorsqu'on est père ou mère, normal. Le doute est même le signe -positif- de celui qui a pris conscience de l'ampleur et de la complexité de sa tâche, conscience de ses responsabilités. (...) Que le doute soit normal signifie-il pour autant que le parent doive se remettre en cause en permanence et s'astreindre à une heure de méditation chaque fois qu'il demande à son enfant d'aller se laver les mains? Bien sûr que non ! Laisser place au doute dans l'éducation ne signifie pas lui laisser toute la place. D’abord parce que la vie de père ou de mère n'a pas à se transformer en chemin de croix. Et surtout parce que les enfants ont besoin que leurs parents tiennent debout. C'est-à-dire soient, malgré leurs interrogations, suffisamment sûrs d'eux mêmes pour ne pas se laisser déstabiliser. "


Les parents d’aujourd’hui éprouvent le besoin d’être guidés, d’être accompagnés dans leurs prises de décisions éducatives. Pour ce faire, ils cherchent les réponses à les questions chez les psys et autres « spécialistes ». Or « l’aide psy qui leur est massivement proposée par les médias, aussi paradoxal que cela paraisse – loin de les guider, les désoriente », constate Claude Halmos.


Cela m’a rappelé une phrase que j’ai justement lue sur un blog dans le cadre des Vendredis Intellos, je crois que c’est chez Mme Déjantée justement, mais je n’ai pas réussi à la retrouver. Cette phrase disait : je serais bien en peine d’expliquer à une mère indienne qu’une mère occidentale ne prend aucune décision concernant son enfant sans avoir au préalable consulté un homme qu’elle ne connaît pas, mais qui passe pour être un spécialiste de l’enfance… Situation singulière, s’il en est…


De plus, les « spécialistes », selon Claude Halmos, donnent des injonctions contradictoires aux parents. Certains recommandent démagogiquement d’écouter leur « petite voix intérieure », d’autres donnent des conseils très précis sur l’âge auquel supprimer le biberon, le doudou, la tétine et des réponses très étayées sur ce qu’il faut faire quand son enfant refuse de manger ou de dormir. Donc c’est déjà problématique, pour peu que l’on lise justement des avis de différents «spécialistes », puisqu’on risque effectivement de s’y perdre et de ne plus savoir quelle est la bonne réponse à sa question.


Ensuite, comme chaque conseil ne vaut, théoriquement, que pour une personne donnée, en tenant compte de sa situation et du contexte…les conseils d’ordre général donnés par les livres et autres « spécialistes » sont forcément difficiles à appliquer. Pour la simple raison qu’ils ne sont pas taillés sur mesure pour nous et notre enfant. « Plaqué de l’extérieur sur un problème, [le conseil] a peu de chances d’être efficace. Et même quelques raisons d’être dangereux. Et l’opération est lourde de conséquences. En cas d’échec, en effet, le parent (qui incrimine rarement le « spécialiste ») s’en attribue quasiment toujours la responsabilité et se dévalorise encore un peu plus. (…) Et de « conseil » en « conseil », finit, comme ils sont tous contradictoires, par douter non seulement de lui-même, mais de tout. »

Et voilà : du doute au sentiment de culpabilité, il n’y a qu’un pas, que nous franchissons pour la plupart allègrement…


Alors, que propose Claude Halmos pour que les parents reprennent confiance en eux ?

Refuser l’infantilisation induite par ces « conseils » qui nous désapprennent à penser par nous même. « Car tous les parents sont capables de s’occuper de leurs enfants. Non pas parce qu’ils auraient en eux une petite voix intérieure, un bon génie intériorisé qui les mènerait inéluctablement vers « le bien ». Mais parce qu’ils ont, tous, la possibilité de réfléchir, de penser. »


Ils ne font donc pas chercher des « conseils » mais des explications sérieuses, claires et cohérentes. Vouloir comprendre, oui, mais attendre qu’un autre pense à notre place, non.

Dans tous les cas, la solution, c’est nous qui devons la trouver. Et nous en sommes capables.

 

Contribution dans le cadre des "Vendredis Intellos" de Mme Déjantée

 

bébé lit final

 

(* Article publié dans « Psychologies Magazine », n°306 Avril 2011)

 

Photo: Stephan Hahnel  / pixelio.de

Repost 0

  • : C-cilou et ses loulous
  • C-cilou et ses loulous
  • : Des trucs de Mamans..mais pas seulement !
  • Contact

Soit dit en passant

Je suis de retour... ou pas.

 

 

Rechercher

C'est qui C-cilou?

 

Maman de deux Loulous (4 ans et 20 mois), prof en congé parental, mariée à Monsieur C-cilou.

Je blogue pour répondre à une irrésistible envie de de décrire le quotidien, pour lui donner plus de saveur, le rendre plus rigolo et doux, comme un ourson haribo...et éviter que ma mémoire ne se vide à la vitesse d'un paquet de bonbons ! Je blogue pour prendre du temps pour moi, pour me poser, réfléchir, comprendre, partager.

Depuis Septembre 2011, nous vivons à Berlin (oui, oui, en Allemagne).

Me contacter

C_cilou_loulous@yahoo.fr

je suis une maman bambinou

Suivez-moi sur Hellocoton

Retrouvez C-cilou sur Hellocoton

Bannière

Photos (de gauche à droite) © Tom Kleiner © Utaaah © Klaus Gerhardt

pixelio.de