Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
23 janvier 2012 1 23 /01 /janvier /2012 14:26

Nouvelle-image.JPGVoilà, vous n'y couperez pas, vous aurez droit quand même à mes bonnes résolutions 2012. Il est tard, certes. Vous vous en fichez peut-être, certes. Mais pour moi c'est important de le faire solennellement, je vous raconterai en fin d'article pourquoi (et accessoirement porquoi ce titre et cette illustration!).


Donc voilà, j'ai eu trois semaines en janvier pour réfléchir à ce qu'il fallait que je change cette année pour avoir une vie parfaite pour que ça roule à peu près au quotidien. Et ça donne ça:


Me réveiller tous les matins une demie heure avant mes Loulous. Quitte à mettre le réveil. Parce que depuis que je suis en congé parental et que je n'ai plus à emmener ma fille à heure fixe à l'école (le jardin d'enfants fonctionnant comme une crèche sur ce plan là), ce sont mes enfants qui me réveillent et je dois dire que j'ai la chance d'avoir de bons dormeurs (ils se réveillent vers 8h). Mais là où ça coince, c'est qu'il faut que je me débrouille pour caser "douche maman" et "maquillage maman" "coiffure maman" "gym maman" "habillage maman" entre le petit-déj et l'habillage des Loulous. Et ça me stressait. Donc, comme avec les enfants "il faut toujours avoir un coup d'avance" (dixit mon mari!), je trouve ça beaucoup plus reposant de savoir que je n'ai plus qu'à m'occuper d'eux quand ils émergent le matin...ça me laisse le temps de voir venir et j'ai moins le sentiment "d'être à la bourre".



Retrouver une boîte mail digne de ce nom et non plus un dépotoir à newsletters. Pour ce faire, de façon rigoureuse et sans tolérer d'exception, je me désabonne à chaque newsletter que je reçois, sur-le-champ. Je fais ça depuis le 1er janvier et je vois déjà la différence. Cela ne prend qu'un clic de plus que celui qui consiste à seulement les effacer et ça me donne moins l'impression d'étouffer...et me permet de mieux suivre mes réponses à mes "vrais" mails.



Faire un cours de secourisme spécial enfants. Parce que ça fait quelques années que je me dis "fais-le, il sera trop tard quand ton enfant aura avalé un légo et que tu seras là, comme une idiote, à te demander comment c'était déjà la manœuvre de Heimlich que t'avais vaguement vue dans un prospectus". J'en ai repéré un ici à Berlin, qui a lieu plusieurs fois par an, sur un week-end. En espérant que mes Loulous ne s'étouffent pas avec une cacahuète entre le moment où j'écris ces lignes et le moment où je ferai ce cours (théoriquement, j'ai un an pour le faire, mais là, faudrait que ça soit réglé rapidement!).



Trier mes tickets de caisse. Attendez, je vous mets une photo de mon portefeuille, vous comprendrez pourquoi j'écris ça (et accessoirement pourquoi on appelle cet objet un "portefeuille(s)"


DSC06541.JPG

Voilà. Je disais donc "trier mes tickets de caisse". En fait, Monsieur C-cilou et moi nous notons nos dépenses dans un livre de comptes. Lui, fait ça bien sûr très minutieusement, tous les soirs pour n'oublier aucune dépense et moi je fais ça...une fois par mois, en gros. Alors je me suis fixé comme bonne résolution de faire le tri une fois par semaine. Disons: tous les vendredis. Voilà, maintenant je ne peux plus reculer ! (J'en connais un qui sera sceptique à la lecture de ces lignes...)



Lire en allemand: je trouve que je ne profite pas assez de mon immersion ici pour améliorer mon allemand. En fait, en passant la journée à la maison avec mes Loulous francophones, les occasions de parler allemand ne sont pas hyper nombreuses. Donc il faudrait que je me rattrape en lisant la presse, des romans etc. Si mes lectrices germanophones/philes peuvent me recommander de bons livres en allemand, je suis preneuse.



Profiter de Berlin. Nous sommes déjà (fin!) janvier et nous partons en août ! Le temps passe si vite, le bougre ! J'ai l'impression de ne pas avoir encore pu explorer la ville comme je le souhaiterais, profiter de ces multiples offres culturelles ou d'activités avec les enfants. Je ne suis allée qu'une fois au ballet et qu'une fois au ciné en 5 mois. La honte. Il est temps d'y remédier (et si possible en amoureux...) !

 

 

 

 

Alors donc je vous disais que c'était important pour moi, ces bonnes résolutions et plus encore le fait de les rendre publiques pour que ce soit plus "contraignant". J'aime l'idée d'être fidèle à moi même et aux décisions que j'ai cru, à un moment donné, être bonnes pour moi. Et surtout je suis quelqu'un d'assez discipliné et déterminé alors je sais que pour peu que j'aie formulé un objectif, je vais tout mettre en œuvre pour l'atteindre, pour que ces résolutions ne soient pas de vaines promesses, des mots en l'air. Ce sont des promesses à moi même, alors je me dois de les mettre en œuvre et de ne pas me décevoir moi-même.



Et j'ai lu justement un article la semaine dernière (en allemand, vous voyez, je commence) sur la volonté personnelle (die Willenskraft) et sur le fait que justement, la plupart des gens en manquent et n'arrivent jamais à mettre en œuvre leurs bonnes résolutions et que la volonté est en fait comme un muscle qui doit être entraîné.

Je pense que je suis justement quelqu'un de très volontaire et cela m'a fait sourire quand l'article a parlé d'un test psychologique pratiqué par des chercheurs sur des enfants de 4 ans et connu sous le nom de « test du chamallow » et qui consiste à donner à un enfant un chamallow, tout en lui disant qu'on allait faire un tour et qu'au retour, s'il n'avait pas touché à son chamallow, il en aurait deux. Donc l'enfant avait le choix entre avoir un seul chamallow mais tout de suite ou deux, mais plus tard. Eh bien la plupart ont préféré le manger tout de suite. Et les enfants qui ont résisté à la tentation pour en avoir deux sont les mêmes qui des années plus tard, à l'âge adulte, arrivent le mieux à gérer la tentation.

Je suis certaine que j'aurais fait partie de l'autre groupe. De ceux qui préfèrent attendre, pour en avoir plus. Quitte à ce que ce soit dur. Quitte à devoir résister à la tentation. Mais punaise, quand même deux chamallows... !

Voilà pourquoi je pense que sur toutes ces résolutions il y en aurait une bonne partie que j'arriverai à tenir. Mais pour une meilleure qualité de vie, un meilleur équilibre...le jeu en vaut la chandelle.

 

 

 

Photo Brigitte Heinen  / pixelio.de



Repost 0
Published by C-cilou - dans Ma vie de maman
commenter cet article
20 janvier 2012 5 20 /01 /janvier /2012 09:52

56298_web_R_K_B_by_Claudia-Hautumm_pixelio.de.jpgVous pensiez que vous fêtiez dignement les anniversaires de vos enfants? Ces journées pleines d'émotion où l'on se dit que le temps a passé si vite et où l'on se sent gonflée de fierté devant ces petits bouts de nous? Eh bien vous pouvez remballer vos fêtes d'anniversaire avec sculpteurs de ballons, vos gâteaux Hello Kitty et vos cadeaux achetés en vitesse au magasin de jouets du coin...parce que les Allemandes, elles, elles vous battent à platte couture.

 

Pour illustrer mes propos, dans le cadre de ce billet interculturel spécial "vendredis intellos", je cite l'ouvrage de Béatrice Durand, Cousins par alliance. les Allemands en notre miroir".

 

En France, l'anniversaire est une affaire restreinte à la famille nucléaire, dont l'importance décroît au fur et à mesure qu'on l'on avance dans l'âge (...) En Allemagne, l'anniversaire fait l'objet d'un rituel très marqué, qui ne se limite pas à la famille proche"

 

En Allemagne, on ne plaisante pas avec les anniversaires, c'est du lourd, du sérieux.

 

Un anniversaire se fête le jour J: on ne fête pas avant...à la rigueur après, mais grand Dieux, pas avant: sacrilège...à moins de faire ce que l'on appelle "reinfeiern", à savoir "fêter son entrée dans sa journée d'anniversaire", c'est-à-dire une pette fête la veille au soir, où l'on débouche le champagne Sekt à minuit, mais ça, c'est pour les "grands" seulement.

 

"Il faut féliciter le jour dit, féliciter quelqu'un en avance porte malheur."

 

Toute la journée, le Geburtstagskind (littérallement "l'enfant dont on fête l'anniversaire", mais on utilise encore ce terme, quoiqu'ironiquement, pour les adultes, donc au sens large "le héros de la fête") est à l'honneur. On le couvre de petites attentions et il est l'objet d'une sollicitude particulière: un petit guéridon est décoré pour l'occasion, sur lequel on dépose les cadeaux que le "Geburtsgaskind" trouvera à son réveil, avec des fleurs, une bougie, des cartes...

 

"Une amie me téléphone pour me demander un peu de réconfort: elle sera absente pour des raisons professionnelles à l'occasion du sixième anniversaire de son aîné et ses voisins, eux-mêmes parents, lui ont dit : "mais tu ne peux pas faire ça ! Cela risque de laisser des séquelle psychiques."

 

Un cadeau d'anniversaire est, idéalement, "selbstgebastelt", à savoir fait-main... C'est le summum de l'attention personnalisée et cela vaut tous les cadeaux achetés dans le commerce. Le tout étant bien sûr soigneusement emballé dans du papier cadeau, mais pas comme vous et moi le faites....non, avec des petites pliures, des éventails, bref, des origamis de papier cadeau...

 

"L'incompatibilité, à mes yeux, entre des gestes fortement codifiés et une dimension affective m'a longtemps empêchée de comprendre l'importance accordée par mes proches à ces petits gestes. Mettre une dédicace dans un livre que l'on offre pour personnaliser le cadeau, emballer joliment le cadeau...j'ai une vilaine tendance à négliger ces détails, ce qui ne contribuue pas peu à ma réputation de quelqu'un qui manque d'égards. je n'arrive pas à croire qu'on accorde du prix à des paroles ou à des gestes disqualifiés à mon sens par leur caractère formel ou stéréotypé . (...) J'aimerais d'ailleurs rendre ici hommage à la somptuosité des paquets-cadeaux allemands qui témoignent de cette façon particulière de "mettre tout son coeur dans un geste rituel": non seulement ils peuvent être magnifiques, mais ils peuvent être personnalisés, réhaussés et bricolés d'une manière dont la splendeur baroque dépasse tout ce que l'on peut imaginer en France. Le paquet-cadeau est pensé et reçu comme une marque d'affection.

 

Les adultes ont même le droit de quitter (encore!) plus tôt le travail ce jour là, voire de prendre leur demi-journée ou leur journée tellement l'occasion est célebrée...Dans le jardin d'enfant allemand de ma fille, les parents cotisent pour acheter un cadeau d'anniversaire aux éducateurs...dans la crèche (parentale!) que nous fréquentions en France: pas de cadeau d'anniv' pour les éducatrices...

 

Oublier de féliciter quelqu'un est considéré comme très grossier (...). c'est une marque d'indifférence.  (...) D'ailleurs, avant la chute du Mur, l'anniversaire "rond" d'un parent vivant dans l'autre Allemagne pouvait être un motif de se rendre en RDA pour les parents de l'Ouest et même parfois un motif d'autorisation de sortie pour les Allemands de l'Est!

 

Je l'ai bien vu cette semaine quand nous avons fêté l'anniversaire de ma Louloute...

 

Déjà, nous avons fait "petit" (seulement 7 enfants ! Un record déjà chez nous!), alors qu'il arrive fréquemment (du moins dans le jardin d'enfants de ma fille) que l'ensemble du groupe (14 enfants!) soit invité à l'occasion d'un petit déjeuner (autre institution allemande!) au domicile du Geburtstagskind.

Ensuite, une maman dont nous avions invité la fille et qui exerce le même métier que mon mari s'est offusquée que celui-ci veuille parler boulot avec elle quand elle a amené son enfant à l'anniversaire "On va pas parler boulot ! c'est un anniversaire d'enfants voyons!" (sous entendu: ce serait manquer de respect à l'enfant que de parasiter SA fête avec nos discussions d'adultes....ça déconne pas!)

Et une autre racontait que l'anniversaire de sa fille tombait au tout début des grandes vacances et qu'elle allait devoir attendre 6 semaines pour le fêter à la rentrée (alors qu'elle pourrait tout simplement le fêter au moment de départ en vacances: mais non, sacrilège!)

Et puis certaines mamans racontaient que c'était vraiment fabuleux d'avoir un enfant né l'été parce qu'on pouvait "fêter son anniversaire dehors", réflexion que j'ai déjà entendue plusieurs fois dans la bouche de mes amies allemandes, mais jamais en France... !

 

En Allemagne, l'anniversaire est l'expression la plus aboutie de la célébration de l'individu...

" et cette manifestation de l'individualisme allemand, qui n'exclue pas une attitude consensuelle et civique (par opposition à l'individualisme gaulois qui trouve son expression dans la contestation permanente), est rendue totalement opque aux yeux des observateurs français"

 

Contribution dans le cadre des Vendredis Intellos

macaron--2-.jpg

photo: Claudia Hautumm, pixelio.de

Repost 0
17 janvier 2012 2 17 /01 /janvier /2012 14:00

Alors, alors, je sais que vous mourrez d'impatience, avec le teasing de malheur que je vous ai fait il y a quelques jours en vous annonçant la nouvelle rubrique "le mardi, c'est mariage"... Donc voilà, tous les mardis, je vous mettrai un petit montage photo avec l'essentiel de mon mariage, qui a eu lieu le 2 décembre dernier, ici, dans cette bonne vieille ville de Berlin.

 

Et qui dit "Mariage", dit "mariée" et qui dit "mariée", dit "robe"...


La mienne était courte avec un décolleté bustier, couleur ivoire, sans chichis, sans fioritures, très sobre, mais très classe... En fait je n'avais pas d'idée très précise de ce à quoi devait ressembler ma robe de mariée. Quand j'étais petite, j'adorais les robe de princesse, genre Sissi Impératrice (Petite anecdote au passage: je glissais une bouée gonflable sous ma robe de chambre pour pouvoir obtenir l'effet "crinoline" tant recherché !). Ensuite, devenue "grande", j'en suis revenue... Je crois que j'aimais bien les robes fourreau, pas forcément avec un jupon, genre "meringue" (ça y est le mot est lâché !). Je me disais souvent que les robes des mariées que je voyais se ressemblaient toutes un peu et que, des années plus tard, j'étais bien en peine de décrire précisément la robe d'unetelle ou d'une autre.

Nous avons décidé assez spontanément de nous marier et nous voulions faire un petit mariage, dans l'intimité. J'ai d'abord pensé opter pour une robe de cocktail, pour des questions de coût, en premier lieu: pas question de mettre la moitié du budget dans la robe...

Puis j'ai vu ma robe. Elle m'avait déjà tapé dans l'oeil, pendue au milieu des autres, "de profil". Et quand je l'ai essayée, c'était une évidence. Exatement ce que je recherchais, une robe adapté à un "petit" mariage, pas du tout en grande pompe avec église et tout le tralala. Mais une robe de mariée quand même. Et une robe que l'on retient, dont on se souvient...

Je l'avais assortie d'une étole couleur fushia (qui m'a permis de décliner les couleurs du mariage, fushia et gris) et je portais des chaussures à talon (de 8,5 cm... j'ai dû les porter pendant des heures avec des chaussettes de tennis pour les élargir ! Imaginez la scène: C-cilou devant sa table à repasser, en talons hauts + chaussettes à pois,  jean retroussé pour ne pas se prendre les pieds dedans. Glamour forever). Pour dehors, un manteau ivoire de chez Mango parce qu'en décembre, à Berlin...ben il ne fait pas chaud, quoi.

 

Donc voilà...au risque de vous décevoir, vous ne verrez pas de photo de ma tête (ma grande crainte étant d'être reconnue par mes élèves... je blogue donc anonymement et prudemment!)...mais seulement de ma robe !

 

robe-copie-1.jpg

 

Alors, vous aimez?

Repost 0
Published by C-cilou - dans Mariage
commenter cet article
16 janvier 2012 1 16 /01 /janvier /2012 09:34

527452 web R K B by Thomas Siepmann pixelio.de

Vous avez déjà remarqué que les enfants sont, à certains égards, plus royalistes que le roi ? Je m'explique : nous passons nos journées à (bien) élever nos enfants : « Qu'est-ce qu'on dit ? Merci... », « Dis bonjour à la dame ! », « Allez les enfants, on dit au revoir et on y va », « Ne mets pas ton coude sur la table ». Bref, vous voyez de quoi je parle puisque vous faites pareil chez vous aussi.

 

Mais là où ça devient drôle, c'est quand ça tourne au jeu de l'arroseur arrosé, de « tel est pris qui croyait prendre... »

 

Par exemple, il arrive fréquemment que Louloute interrompe nos conversations d'adultes à table d'un « On ne parle pas la bouche pleine » qui ne tolère aucune tentative de justification...

Ou bien, quand elle nous raconte quelque chose et qu'on ose demander au même moment à notre voisin de table de nous passer le pain, elle s'écrie « Je n'aime pas être interrompue quand je parle ! C'est pas bien de couper la parole aux gens ! »

Ou encore, quand elle nous surprend en train de bâiller alors qu'on se croyait seul : « On met sa main devant la bouche quand on bâille ! »

 

Bon parfois, elle est particulièrement jusque-boutiste, par exemple la fois où je lui propose de l'aider à mettre ses chaussures et où elle me tend sa chaussure, que je prends tout en m'entendant reprocher : « Tu pourrais quand même dire merci ! » (attends...c'est à toi de me dire merci une fois qu'elles seront mises...c’est bien plus compliqué de mettre ses chaussures accroupie à une petite fille qui a la bougeotte que de tendre sa chaussure à 2cm de soi!)

Ou encore, quand on cherche une place de parking et qu'elle nous met en garde « Vous n'allez pas vous garer sur une place handicapé, hein ! » (Pour elle, toute place libre est une « place handicapé », alors ça donne lieu à des justifications sans fin en voiture pour lui dire que « non, cette place là elle n'est pas réservée aux personnes handicapées » pour aboutir à des questions comme on les aime, du genre « et pourquoi cette place là c’est PAS une place handicapé » ?

 

Une vraie mère la morale, ascendant prof.

 

Mais je constate souvent que nous voir respecter les règles et normes que nous lui inculquons la rassure profondément, et qu'à l'inverse, savoir que nous nous nous aventurons parfois à les transgresser, alors que nous les avons justement érigées comme justes et bonnes lui donne un véritable sentiment d'insécurité. Du genre : est-ce que ces règles valent toujours pour moi alors qu'elle ne valent plus pour eux ? Et si elle ne valent plus pour eux, qu'est-ce qu'elles valent, au juste ? C'est flagrant par exemple lors que nous marchons trop près du bord du quai dans le métro, ou bien quand nous quittons un tout petit peu le trottoir parce qu'il y a un obstacle dessus et qu'il n'y a justement personne sur la route... ça la met dans une panique folle. Elle prend vraiment peur, peur du danger, peur de nous perdre parce que nous essayons de quitter les limites de ce monde rassurant que nous avons fixées pour elle...

 

Ce n'est pas facile d'être un modèle...quand on n'est pas soi-même irréprochable...

 

  Photo: Thomas Siepmann  / pixelio.de
Repost 0
Published by C-cilou - dans Ma vie de maman
commenter cet article
14 janvier 2012 6 14 /01 /janvier /2012 14:12

Une copi'net, c'est une copine que l'on ne se serait pas faite sans le Net...

 

@ Une copi'net, c'est par exemple une fille qui tient un blog sur lequel on atterit un jour et où l'on se sent tout de suite à l'aise

@ Une copi'net, c'est une fille avec qui on se sent un peu sur la même longueur d'ondes, avec un style agréable à lire

@ Une copi'net, c'est une fille avec qui on partage plein de points communs, dont on connaît un peu la vie, car on reconnaît un peu la notre dans la sienne...

@ Une copi'net c'est une fille qui vous lit régulièrement. Même quand vous avez des périodes de publications plus ou moins aléatoires (comme maintant!), elle est toujours au rendez-vous

@ Une copi'net c'est une fille dont on partage les joies et qu'on a envie de réconforter quand le moral est parfois en baisse

 

Une copi'net c'est une fille que vous ne connaissez pas...mais qui vous envoie, juste comme ça, des chocolats...

Parce que c'est une chouette fille, dans la vraie vie, comme sur le Net.

 

Covima, c'est ma copi'net !

 

Danke * Merci !

 

128401_web_R_K_B_by_S.-Hofschlaeger_pixelio.de.jpg

Photo: S. Hofschlaeger  / pixelio.de

Repost 0
13 janvier 2012 5 13 /01 /janvier /2012 22:45

Attention: billet décousu, en vrac et ne présentant d'autre intérêt que de vous raconter ce que j'ai fait ces trois dernières semaines et ce que je ferai ces trois prochaines semaines.

Vous êtes encore là? Alors on y va !

 

Tout d'abord: bonne année à tous, chers lecteurs et chères lectrices. Cela fait maintenant un peu plus d'un an que je tiens ce blog et je sais que je compte parmi vous des fidèles, que ce soit des amis, des connaissances ou bien des personnes inconnues dans la vraie vie et qui sont arrivées ici par hasard... Qui que vous soyez, sachez que vous comptez beaucoup pour moi (et si j'en avais la possibilité, je vous écrirais tous les jours !) et recevez mes meilleurs voeux de bonheur pour cette nouvelle année: des grands bonheurs, mais surtout des petits bonheurs...vous savez, ces fameux 3 kifs par jour qui rendent la vie plus belle...

 

J'ai été absente de mon blog ces trois dernières semaines parce que j'étais de retour en France, pour les fêtes et un peu après. Un séjour qui a fait du bien, qui nous a permis de revoir ceux qui nous sont chers, de retrouver un peu notre chez-nous... Louloute est même allée dans son école, dans SA classe de moyenne section, pendant 5 jours. Mais quand même, nous nous sommes réjouis de rentrer à Berlin mardi dernier. Louloute nous a d'ailleurs dit "Je veux rester à Berlin toute ma vie"...mais bon, elle a la mémoire courte puisqu'elle avait pleuré dans la voiture qui nous conduisait à l'aéroport avant de prendre notre avion pour Berlin...parce qu'elle voulait rester en France !

 

J'ai testé l'avion seule avec deux Loulous. Sportif. Epique. Mais je dois reconnaître que mes Loulous ont été adorables et que tout s'est vraiment bien passé, n'en déplaise à cette vielle Allemande qui trouvait mes enfants trop bruyants dans l'avion... alors qu'ils étaient franchement calmes...mais joyeux, heureux...Je n'allais pas leur interdire de rire et de montrer qu'ils étaient contente de prendre l'avion... Lentement, mais sûrement; les Allemands commencent à m'énerver avec leur façon pénible de vouloir se mêler de tout, et surtout de ce qui ne les regarde pas...en premier lieu, l'éducation des enfants des autres...

 

Ma Louloute a eu 4 ans le 31 décembre dernier. On a fête son anniversaire 5 fois en tout (chez divers grands-parents - entre la bûche et la galette - puis une fois avec ses copines d'école en France et enfin la dernière fois ici avec ses copines allemandes). Je ne veux plus voir un gâteau d'anniversaire avant...pfiou, au moins le 10 février, date du mien ! Je ne vous raconte pas la pluie de cadeaux, à Noël(s) et à ses différents anniversaires... Mais quand sa maîtresse française lui a demandé de dessiner ce qu'elle avait eu comme cadeau de Noêl, elle a dessiné...une robe de princesse...le seul cadeau qu'elle n'a pas eu à Noêl, ni à son anniversaire. Hum...

 

A partir de maintenant, j'entame une tentative de décollement de Loulou... J'explique: Loulou est très collé à moi et cette fusion me pèse de plus en plus. Alors j'essaie de lui montrer qu'il peut se passer de moi pour beaucoup de choses et de lui faire comprendre que je ne suis pas son doudou. Je vous raconterai tout ça prochainement.

 

Le fait de ne pas être en permanence collée à mon fils va peut-être me permettre de libérer du temps pour bloguer. Je compte bien reprendre les rennes de mon blog et je vais m'y remettre maintenant, tiens ! Blogosphère, me revoilà.

 

A venir dans les prochains jours:

- Mes bonnes résolutions 2012 (parce qu'il est encore temps!)

- Une ruse de maman pour que le rangement des chambres (par les enfants, bien sûr, pas par nous, c'est pas écrit bonniche !)se fasse comme par magie

- Un billet sur ma fille qui m'apprend la politesse et les bonnes manières (rien que ça)

- Une participation aux Vendredis Intellos, largement délaissés ces derniers temps... contre mon gré. Mais là j'ai rapporté des bouquins de France alors ça va me permettre de faire chauffer les neurones.

- et...tous les mardis....une petite photo de mon mariage , ma robe, mon mari, mes enfants, les fleurs, la déco... etc.

 

J'ai hâte de vous retrouver !

Repost 0
4 janvier 2012 3 04 /01 /janvier /2012 10:39

 

 

Il y a des tâches que je repousse volontiers à plus tard... comme par exemple, faire le tri dans les vêtements de mes Loulous, faire sortir de l'armoire ceux qui sont devenus trop petits et aller chercher ceux de la taille au-dessus, les vases communicants, somme toute. Je n'aime pas m'y mettre, à la fois parce que c'est une tâche très fastidieuse et longue (il faut dire que je trie cela avec une maniquerie maladive...cf. supra), mais aussi parce que ça me fait un pincement au cœur à chaque fois que je dois me séparer d'un des vêtements de mes enfants. C'est drôle, ce n'est pas moi qui les porte, mais c'est moi qui m'en sépare... Ce sont tellement de souvenirs qui remontent à la surface à chaque foisje déplie une de ces minuscules pièces...

 

DSCN3188.JPG

  • Cette jupe en vichy de ma Louloute = un après-midi nuageux sur la plage des Sables d'Olonne, avec les vagues qui lui courent après et qui la rattrapent immanquablement alors qu'elle croit être plus rapide

  • Ce petit débardeur rayé = la fois où on a écossé les petits-pois sur la terrasse

  • Cette doudoune fushia = la fois où ma pauvre petite puce est rentrée de l'école en ayant vomi (il y en avait jusque dans les poches!).

    C'est pareil pour mon Loulou :

  • Ce pyjama rayures milleraies Petit Bateau = les taches de crème au chocolat faites dès la première fois où il l'a porté et qui ne sont jamais parties (mais j'ai continué à lui mettre, j'adore les rayures milleraies, c'est viscéral)

  • Ce body avec des petits poissons = Nos premières vacances familiales à Dinard quand Loulou avait 5 semaines...on l'avait acheté au marché (le body, hein, pas Loulou!)

A chaque fois c'est un véritable crève-cœur pour moi de me séparer de ces « pépites »...

 

Pourtant, je sais que ces vêtements cèdent la place à d'autres, plus jolis les uns que les autres, achetés par les grands-mères souvent plusieurs années à l'avance (ma mère est la pro des soldes!) ou donnés par des cousines dont les enfants sont plus grands.

Pourtant, je sais que ces vêtements ne sont pas perdus pour toujours, oubliés au fond d'un grenier. Ils ont, pour la plupart, une seconde vie, puisqu'ils servent à ma nièce et mon neveu, tous deux d'un an plus jeunes que mes Loulous. J'essaie aussi d'en revendre quelques-uns, des pièces particulièrement neuves, que ma fille n'a jamais daigné enfiler ou que mon fils, en pleine croissance, n'a pas eu le temps de porter. Pour ceux là : direction la bourse aux vêtements ou la boutique d'occasion... la séparation est d'autant plus facile avec ces vêtements que je n'ai justement pas surinvestis... !

Pourtant il y aura peut-être un troisième enfant (même si à l'heure actuelle, je n'en ai vraiment pas envie), qui fera revivre les vêtements de ses frères et sœurs et les souvenirs qui vont avec...

 

Car c'est bel et bien les souvenirs de leur enfance que j'emballe dans ces cartons. Les moments de joie, les premières fois...des images aussi tenaces que certaines taches dont je n'ai pas réussi à me débarrasser...

 

Alors je classe religieusement mes petits trésors. Par taille, bien sûr, mais aussi par type de vêtement (les T-shirts avec les T-shirts, les robes avec les robes... Pas question de mettre tout en vrac dans une caisse), tous bien pliés et repassés. Je ferme le carton au dernier moment, d'un coup sec sur le rouleau de scotch brun, comme si je quittais un lieu avec la volonté de ne pas me retourner pour ne pas que la séparation soit trop dure. Je légende ensuite scrupuleusement le contenu : Loulou 12 mois - été et ½ saison.

 

Ouf, c'était éprouvant, une fois de plus. « Je ferai pas ça tous les jours... »

Pas étonnant que je procrastine : ça remue tellement de choses en moi, ces coffres aux trésors cartons de fringues...

Repost 0
Published by C-cilou - dans Ma vie de maman
commenter cet article
22 décembre 2011 4 22 /12 /décembre /2011 14:32

Allez, c'est mon cadeau de Noël à mes copines mamans (ou pas...), voilà mes astuces anti-taches prouvées et éprouvées quasi-quotidiennement. Parce que vous savez peut-être, le linge, c'est mon domaine à moi...

 

Les taches, ça me stresse, je n'arrive pas à être sereine avec ça, à me dire "pas grave, c'est qu'un vêtement"...pour moi, un vêtement taché perd irrémédiablement sa valeur. Et je trouve que tacher un vêtement, c'est jeter de l'argent par les fenêtres parce que c'est du coup moins facile de le prêter aux enfants plus jeunes, de le garder en prévision d'un petit troisième (pas de panique, Maman, c'est pas prévu !), voire de le revendre (ce que je fais volontiers quand les vêtements sont encore impeccables, qu'ils ont été peu portés etc.)

Donc: comment concilier cette tachophobie avec le quotidien de mes enfants, surexposé aux taches?

(C'est la problématique de ce billet. Après tout, autant mettre à profit jusqu'au bout la méthodologie de la dissertation potassée pour le concours, et comme c'est puor mois un sujet hautement scientifique, ça s'y prête)

 

I] Se prémunir des taches

Pour ce faire, j'enferme mes enfants à longueur de journée à la maison. Pas de parc, pas de jeux dans l'herbe, pas de goûters d'anniversaire.

Ben, non, bien sûr, c'est pas possible...

 

Prenons notamment le cas du repas d'un bébé de 18 mois, très autonome et habile dans la tenue de cuillère, mais avec, il faut le dire, quelques ratés. Pour éviter les montées de stress intenses à l'heure des repas (quand je vous dis que les taches, ça me met hors de moi), je l'équipe: je lui mets un vieux gilet zippé que je n'utilise que pour cela. Puis une énorme bavette bien couvrante, en éponge, achetée dans un magasin d'usine de textile vosgien, puis un torchon sur les genoux et là, je sais qu'il ne pourra rien lui arriver... Ensuite, je retire le gilet, je le laisse sécher et croûter jusqu'au repas suivant et je le lave à la prochaine lessive. C'est un peu crade, il faut l'admettre, mais ça me rend tellement plus sereine !

Et depuis que j'ai adopté cette technique, je peux même mettre deux jours de suite les mêmes vêtements à mon loulou (si!).

 

II] Effaçer les taches quand elles ont eu le malheur de survenir malgré toutes les  précautions prises

 

Voici mes petites astuces anti-taches et 100% efficaces (et écolo, pour certaines)

 

Pour faire partir les taches de

fruits rouges: le yaourt ! oui, c'est un peu bizarre, mais ça marche vraiment bien. On a cueilli des mûres une partie du mois d'août et le jardin de ma grand-mère regorge de framboises. Donc ça finit immanquablement avec des taches. Hop, un peu de yaourt dessus, on laisse sécher et le lendemain, tout le yaourt a bu la tache. Et après un lavage, on ne voit plus rien de ces taches pourtant tenaces.

 

sang, selles: les bobos aux genoux, les couches qui débordent... on connaît toutes. Mon arme contre ces fléaux c'est: le savon détachant au fiel de boeuf ! Répandu en Allemagne, inconnu (ou presque) en France, je l'ai découvert sur le site Bambinou dont je vous parle souvent. Bon, ça ne marche pas sur tous les types de taches (ça ne fait pas partir les taches de sable mouillé par exemple), mais sur le sang, les selles et les taches de gras, c'est très efficace et 100% naturel, sans conservateurs. Monsieur C-cilou était pourtant sceptique quand il m'a demandé de lui passer le détachant et qu'il a senti..."Pouah, ça puire ton truc, c'est quoi" "du fiel de boeuf" "beurk !" (je ne comprends pas, d'habitude il ne réagit pas comme ça quand je prononce le mot "boeuf", mais plutôt par "miam, miam" !)

 

 

 iv57000_savon_fiel_de_boeuf-copie-1.jpg

Carotte: un peu de liquide vaisselle (écologique) directement sur la tache, si possible dès le méfait commis et  tout de suite en machine. Et le petit plus: séchage au soleil, ça marche vraiment ! (merci Lulau pour cette astuce)

 

feutre, peinture, etc.: là, j'utilise les détachants spécialisé qu'on trouve en Allemagne; Il y en a en gros un par type de tache et c'est assez efficace. Par contre je n'ai toujours pas réussi à faire partir les taches de peinture que Loulou a faites sur mon jean lors de son cours de peinture... et un Jean Esprit fouttu, un !

 

sable: alors là, je n'ai toujours pas rouvé la recette miracle... alors si quelqu'un en connaît une, ça m'arrangerait parce que quand les beaux jours reviendront, nous partirons à l'assaut des aires de jeux allemandes qui sont en fait d'immenses bacs à sable, mouillé, la plupart du temps... Alors, les copines allemandes, des idées?

 

III] Inscrire cela dans la durée (c'est un plan dialectique, avec dépassement et tout et tout !)

 

...Et pour un linge bien propre et des taches durablement désincrustées, je continue à utiliser mes balles de lavage Ecodis. C'est efficace et surtout, ça permet d'utiliser moitié moins de lessive et de se passer d'adoucissant.

 

Et vous, quelles sont vont astuces anti-taches?

Repost 0
Published by C-cilou - dans Ecolo & Co
commenter cet article
20 décembre 2011 2 20 /12 /décembre /2011 21:59

Il y a un an, un des premiers article sde mon tout nouveau blog était consacré à "mes bonnes résolutions". Du coup, parce que c'est de saison et avant de réflechir à celles pour 2012, je jette un petit coup d'oeil rétrospectif sur cette dernière année...

1) réussir mon concours

FAIT !!! Et je n'en suis pas peu fière ! J'ai toujours du mal à réaliser que j'ai réussi l'agrégation avec deux enfants en très bas âge, que j'ai commencé à réviser quand Loulou avait 4 semaines, que je l'alaitais encore au moment des écrits et qu'il se réveillait encore à 5 h du matin au moment des oraux... Alors je me dis que c'est sans doute lié aux hormones ou à la supra-efficacité qu'on développe avec la maternité...à moins que ce ne soit Monsieur C-Cilou, le secret de ma réussite...

 

2) montrer chaque jour à mon cher "coéquipier", Monsieur C-Cilou, à quel point je lui suis reconnaissante de son soutien indéfectible et à quel point je l'aime (pour ça, mais pas seulement).

FAIT, enfin, j'espère ! En tous cas, j'ai eu l'occasion de lui montrer à quel point je l'aimais en l'épousant our le meilleur et pour le pire le 2 décembre...mais ça, ce n'était pas prévu au moment ou je rédigeais mes bonnes résolutions...

 

3) Consacrer du temps à chacun de mes deux enfants

Toujours difficile... je suis certes pour la deuxième année en congé parental, mais je ne consacre parfois pas tout le temps que je voudrais à mes Loulous. Révisions, préparation du déménagement, puis du mariage...plein de choses m'ont empêchée de ne faire "que" m'occuper de mes Loulous...mais après tout, c'est pas si grave, non? Ils s'en portent bien, a priori....et moi ça m'évite de péter un câble parce que je ne suis QUE mère au foyer...



4) continuer à écrire sur ce blog.

FAIT...enfin pas comme je le souhaiterais... Mon blog a tout juste un an (enfin 1 an et une semaine), mais j'aimerais vraiment écrire plus, j'ai 50 idées de billets par jour et un joli carnet rempli de notes et de gribouillis pour préparer des futurs articles. Dans l'idéal, j'aimerais publier 3 articles par semaine, ça me donnerait le temps de les rédiger correctement, de répondre aux commentaires, et cela dégagerait du temps pour que je puisse enfin lire autant de blogs que je le souhaite. Actuellement, je passe en coup de vent, je lis superficiellement, je ne commente quasiment jamais...par manque de temps. Parfois, je tombe sur une pépite, un super blog et je regrette de ne pas pouvoir y passer plus de temps. Enfin, c'est comme ça, au moins, je suis sûre que je peux répondre FAIT à la résolution n°5 ! (cf. si-dessous!)



5) ne pas me laisser phagocyter par ce même blog, en y consacrant juste le temps qu'il faut.

FAIT...mais avec un léger sentiment de frustration de ne pas passer quand même un tout pett peu plus de temps sur la blogosphère...



6) passer moins de temps sur Facebook.

Bon...je m'étais fixée "un seul passage par semaine ur FB, le samedi". Et je m'y suis tenue très facilement jusqu'à la fin de mon concours. Mais ensuite, je n'ai plus vu de raison objective de ne pas y aller plus souvent. Même si je trouve ça toujours aussi stérile et chronophage. Je pourrais me dire qu'au lieu de passer sur FB, je ferais mieux d'écrire pour mon blog, mais justement, un passage sur Fecebook me prend 5 minutes maxi, alors qu'un article de blog me prend une heure facilement....



7) éteindre les lumières derrière moi...

FAIT, j'ai vraiment fait attention à ne pas laisser une seule lumière allumée derrière moi... Et c'était une vraie épreuve ! Bon, j'ai un peu baissé la garde depuis que nous sommes à Berlin...je l'avoue



8) entretenir plus régulièrement le contact avec mes amis.

Mouais... là encore, fait, mais pas autant que je l'aurais souhaité...concours, déménagement, mariage...voilà, quoi !

 

9) lire davantage (de livres).

FAIT. Je pense que j'ai lu plus que d'autres années. Et je retiendrai deux coups de coeur de lecture: "La couleur des sentiments" et " Le goût des pépins de pomme"...

 

10) " ne pas courir toujours après le temps, mais de m'efforcer surtout de l'utiliser de la meilleure façon qui soit."

PAS FAIT...mais c'est tellement difficile...

 

Bon bilan quand même, non?

 

Repost 0
8 décembre 2011 4 08 /12 /décembre /2011 13:05

prop98Voilà le projet que je mûrissais depuis des semaines, le secret sur lequel je ne voulais pas lever le voile, le plan que je fomentais depuis deux mois...

Monsieur C-cilou et moi nous sommes mariés vendredi dernier, ici, dans notre chère ville de Berlin, dans l'intimité, entourés de notre famille et de quelques amis allemands.

 

387794_2710537563302_1252744785_33076559_197564529-copie-2.jpg

 

Une journée magnifique, malgré la pluie...

Mariage pluvieux, mariage heureux

Du fushia et du gris

Une famille merveilleuse, venue de France en avion, voiture, train... des bébés, des grands-mères, de la bonne humeur

Une robe, pas "de princesse", mais la robe de ma vie. Courte, près du corps, ivoire, simple. Achetée en France, bien sûr.

Une cravate pied-de-poule et un beau costume trois-pièces, Boss, évidemment.

Une cérémonie à l'ambassade de France

Des photos au pied de la porte de Brandebourg

Un grand absent...

Des amies géniales: l'une présente seulement 10 jours après avoir accouché, l'autre ayant pris les photos plus belles que tout ce que j'aurais osé imaginé

Un faire-part dessiné par Peggy, une amie prof d'arts appliqués et qui résume parfaitement ce mariage berlinois

Un hôtel design sur le Ku'Damm

Un bouquet de roses uni

Des enfants fatigués et parfois grincheux, mais beaux comme des astres

Des discours émouvants, des photos d'enfance

Une valse sur "Que sera, sera"

Des vins allemands, des vins français

Un wedding-cake fushia

Des orchidées fushia immergées dans des vases

Un engagement renouvelé

Une ambiance festive, jusque tard dans la nuit, et ce même avec seulement 23 personnes...

 

Voilà, en vrac, tout ce qui me passe par la tête quand je repense à ce 2 décembre.

IMG 9241

Et bientôt, d'autres photos de notre joli jour...

Repost 0

  • : C-cilou et ses loulous
  • C-cilou et ses loulous
  • : Des trucs de Mamans..mais pas seulement !
  • Contact

Soit dit en passant

Je suis de retour... ou pas.

 

 

Rechercher

C'est qui C-cilou?

 

Maman de deux Loulous (4 ans et 20 mois), prof en congé parental, mariée à Monsieur C-cilou.

Je blogue pour répondre à une irrésistible envie de de décrire le quotidien, pour lui donner plus de saveur, le rendre plus rigolo et doux, comme un ourson haribo...et éviter que ma mémoire ne se vide à la vitesse d'un paquet de bonbons ! Je blogue pour prendre du temps pour moi, pour me poser, réfléchir, comprendre, partager.

Depuis Septembre 2011, nous vivons à Berlin (oui, oui, en Allemagne).

Me contacter

C_cilou_loulous@yahoo.fr

je suis une maman bambinou

Suivez-moi sur Hellocoton

Retrouvez C-cilou sur Hellocoton

Bannière

Photos (de gauche à droite) © Tom Kleiner © Utaaah © Klaus Gerhardt

pixelio.de