Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
15 juin 2011 3 15 /06 /juin /2011 20:24

18938386_w434_h_q80.jpgDimanche soir, je me suis fait du mal : j’ai regardé Sex and the City. Non pas que je n’aime pas la série ou le film, bien au contraire. Non, c’est plutôt parce que ça m’a rappelé à quel point j’étais loin de mes amies et combien elles me manquaient. Depuis 2006 j’ai vécu dans 4 villes différentes, de part et d’autre de la France et même au-delà. Et avant ça, j’ai pas mal bougé également. Donc des amies, j’en ai un peu, mais je les ai semées au quatre coins du monde. Donc ce n'est pas pratique pour aller boire des mojitos dans des robes haute couture (meuh non, c’est pas dans des robes haute couture qu’il faut les boire, les mojitos, c’est dans des bars branchés, voyons !) en se racontant les derniers potins people et les derniers déboires de celle de la bande qui est encore célibataire.

Les copines, mes copines...j’aimerais bien vous avoir toutes réunies, pas loin de chez moi ou suffisamment près pour qu’on puisse se faire une virée ensemble si un jour je n’ai pas le moral. Bon, d’accord, je ne bois pas d’alcool, donc ça sera pas autour d’un mojito, mais ça le fait aussi autour d’un Coca light ou d’une Bionade. Et ça le fait aussi dans une robe Zara. Pour que vous puissiez me dire, là, en direct, tout de suite, s’il faut que je retourne chez le coiffeur maintenant ou si ça vaut mieux d’attendre le mois prochain. Pour que je vous parle des progrès de mon petit dernier. Pour qu'on échange sur nos ambitions professionnelles. Pour que je vous écoute raconter la chimio de votre mère et que je vous offre mes bras pour pleurer. Pour que vous me disiez quel livre vous lisez en ce moment et ce que vous avez pensé de tel film. Pour qu’on reparle du passé et qu’on esquisse l’avenir. Confiance et confidences. Futilité et féminité. Ecoute et solidarité…ou plus si affinités.

Je rêve d’avoir une bande de copines, mais aussi de rencontrer pour de vrai mes amies virtuelles, de voir plus souvent celles de la vraie vie, de transformer de simples connaissances en amitiés profondes…

J’en rêve mais c'est difficilement réalisable. Alors je peux toujours aller à la soirée « cochon grillé » que propose l’association de mon quartier…mais je doute d’y croiser l'une d'entre vous...et encore moins Carrie Bradshaw….

Repost 0
14 juin 2011 2 14 /06 /juin /2011 20:56

 M7988145117556544510.jpgLe 14 juin, c’est la journée mondiale des donneurs de sang. L’occasion de s’informer au sujet du don du sang ou l’occasion de donner son sang, tout simplement.


Je donne mon sang depuis des années. Depuis que j’ai 18 ans, mon premier don c’était d’ailleurs au lycée, à la fin de l’année de Terminale. Et depuis j’essaie de donner régulièrement, c’est important pour moi. C’est un geste simple, non douloureux et sans danger. C’est un don qui ne coûte rien mais qui apporte beaucoup. Un don de soi, un geste concret, utile. Quand je ressors de la camionnette de la collecte, après m’être gavée de sablés bretons en sachet  j’ai l’impression d’avoir fait quelque chose de bien.


On a tous autour de soi quelqu’un qui a bénéficié d’un don de sang, une poche, voire plus. Et si cette journée mondiale des donneurs de sang c’était l’occasion de se renseigner pour savoir où aura lieu la prochaine collecte à proximité de chez soi ? Pour moi ce sera le 28 juin…je mettrai Loulou à la crèche et j’irai peut-être sauver une vie.

Repost 0
Published by C-cilou
commenter cet article
8 juin 2011 3 08 /06 /juin /2011 20:22

508671_R_by_Torsten-Rempt_pixelio.de.jpgDans un récent article, Marjoliemaman racontait son séjour à Cannes, "comme si elle avait encore 28 ans, sans enfants". Vous savez, on se demande souvent, quand on voit nos journées bien remplies, à quoi ressemblaient nos journées avant d'avoir des enfants...

 

Avant d'avoir des enfants je pouvais...

- finir mon thé tranquillement le matin en attendant qu'il refroidisse et prendre le temps de mâchouiller mon Müesli

- en voiture, écouter autre chose que "Les plus belles contines enfantines" ou "Roule galette" (x25) [ "Je suis la galette, la galetteuh, je suis faite avec le blé, ramassé dans le grenier..."]

- partir de chez moi sans me demander si je n'ai pas oublié quelque chose (le doudou / les couches / les chapeaux de soleil / les goûters...rayer la mention inutile)

- n'avoir à penser qu'à ma pomme quand je prépare ma valise pour partir quelque part (ce qui est déjà pour moi une tâche à haut potentiel stressant...je déteste faire mes valises, alors quand il faut aussi faire celles des enfants, Chéri préfère ne pas me parler pendant 24 heures pour être certain que je ne lui aboierai pas à la figure.)

- téléphoner pénard pendant des heures, sans entendre un enfant crier "ça y est, j'ai fait caca, tu viens m'essuyer?" (mais ça, ça va encore, on peut continuer à téléphoner) ou bien "Maman, c'est qui qui téléphone. Dis c'est qui? MaaaMan, tu  téléphones à qui? hein, hein, c'est qui, Maman, dis-moi, mais euh, maman, c'est quiiii au téléphone..." (volume sonore allant croissant...) " C'est le centre des impôts ma chérie fous-moi la paix maintenant"

- ne pas être interrompue 5 fois pendant mon repas par: un bébé qui a la jambe coincée dans le parc, puis la couche pleine, puis les doigts dans la terre de la plante verte (non, ça c'est pas vrai, j'ai réussi à faire crever toutes mes plantes, ça ne risque pas d'arriver), puis déchirant les pages du ELLE que j'ai emprunté à la bibliothèque, puis qui monte les escaliers, puis qui veut être couché.

- porter des vêtements sans tache de régurgitation / de crottes de nez / de boudoir écrasé.

- me lever quand je veux le week-end.

 

Oui, c'était le pied, avant...

Mais j'aime quand même mieux ma vie maintenant, allez savoir pourquoi !

 


  Photo: Torsten Rempt  / pixelio.de
Repost 0
Published by C-cilou - dans Ma vie de maman
commenter cet article
7 juin 2011 2 07 /06 /juin /2011 20:31

455685_R_K_B_by_Susanne-Schmich_pixelio.de.jpgMon bébé est né il y a bientôt un an. L'an dernier, à la même époque, je vivais les derniers jours d'une grossesse très sereine et épanouie. Depuis quelques temps déjà, j'ai de nombreux "flashs" qui me rappellent ces jours de début juin 2011, gravés à tous jamais dans ma mémoire. C'est comme si je les revivais, un an plus tard, tellement les émotions sont encore présentes...


Il y a d'abord cette lumière du mois de juin. Ce soleil qui éclaire la chambre de mon Loulou que nous étions en train de terminer, il y a un an, à la même époque.


Il y a aussi ma robe Petit Bateau en coton, toute douce et extensible, qui m'accompagne tous les étés depuis 2006 et qui a fait une parfaite robe de grossesse en ce printemps très chaud de 2010.


Il y a cette rue qui descend et que j'emprunte tous les jours pour accompagner ma fille à l'école et où mon chéri a failli avoir un accident l'année dernière, en roulant à vive allure parce que je l'avais rappelé lors des premières contractions.


Il y a "Les Maternelles" que je ne regardais plus depuis quelques mois, révisions obligent et puis parce que c'est une émission que je n'apprécie qu'en mode "baleine échouée sur le canapé les mains sur le ventre". Sinon, c'est moins drôle. Comme par hasard, depuis deux ou trois jours, je regarde l'horloge le matin et je me dis: "Tiens, je pourrais regarder les Maternelles, c'est en ce moment"....alors que je n'y pensais plus depuis des mois.


Il y a la fraîcheur du matin, qui me rappelle celui où nous sommes partis à la maternité et  où le temps s'était rafraîchi subitement.


Il y a cette rue qui longe la maternité et que j'emprunte dès que je peux, même si ça me fait faire un détour, en essayant à chaque fois de deviner quelle fenêtre est celle de la chambre 11 et que fait la Maman qui y séjourne.


Il y a La Leche League et les réunions tous les premiers vendredis du mois. Je n'allaite plus depuis longtemps maintenant, mais j'y retourne...m'imaginant justement à ma première réunion, il y a un an, dans ma robe Petit Bateau, les mains collées sur le ventre et annonçant fièrement: "c'est pour dans 2 semaines!"


Il y a l’anniversaire de mon chéri, que nous avions fêté autour d’un pique nique. Cette année, c’était dimanche et il pleuvait, raison de plus pour penser à l’année dernière et à ma Louloute, notre unique enfant, qui avait fait sa sieste à l’ombre des arbres tellement il faisait chaud.


Il y a les premières cerises.

Il y a « Tatou le matou » en boucle dans la voiture.

Il y a la petite piscine gonflable dans le jardin.

Il y a la nuit qui tombe si tard.


Je repense à tout cela avec un peu de nostalgie, il faut le dire. Nostalgie de cette grossesse parfaite et qui sera peut-être la dernière.

 

  Photo: Susanne Schmich  / pixelio.de
Repost 0
Published by C-cilou - dans Ma vie de maman
commenter cet article
1 juin 2011 3 01 /06 /juin /2011 08:00

512491_R_B_by_Dieter-Schutz_pixelio.de.jpgOn aimerait tous inculquer à nos enfants des valeurs de partage et de solidarité...Mais ce n'est pas toujours évident.

Pour l'instant, mon Loulou est trop petit pour vraiment jouer avec sa soeur, alors elle n'a pas encore trop eu à prêter ses jouets et à partager ce qu'elle possède. La plupart du temps, elle joue avec nous et nous nous plions de bonne grâce à ses exigences de jeux.

L'autre jour, deux petites copines sont venues jouer à la maison en fin d'après-midi et nous avons fait l'erreur de lui annoncer dès le matin. Elle a passé la journée entière à se projeter, à imaginer les jeux auxquels elles joueraient, les scénarios qu'elle proposerait... Quand ses amies sont arrivées, elles ont découvert des nouveaux jouets et n'avaient pas forcément envie de faire ce que ma fille imposait proposait...

Au final, ça c'est mal passé, ma Louloute étant à la fois:

- dans la déception de voir que ses attentes n'étaient pas comblées, et que les scénarios qu'elle avait échafaudés toute la journée s'écroulaient,

- dans la colère de voir qu'elle ne réussissait pas à trouver sa place

- et dans la frustration de voir les autres s'amuser sans elles.

Alors elle s'est enfermée dans une attitude de peste, narguant ses copines toutes les 5 minutes en sortant un nouveau jouet (" ça c'est à moi, nanananèreuh!"), dictant de nouvelles règles du jeu (1,2,3, soleil version Louloute c'est: personne ne s'approche à moins de 1 mètre du mur si c'est elle qui tape, de peur d'être détrônée du rôle principal!), refusant de laisser les autres s'approcher de son petit frère ("C'est MON petit frère, t'as PAS le droit de jouer avec"). Bref, j'avais hâte que ça se termine, et elle aussi je crois.

 

Cinq jours plus tard, nous avons accueilli une autre petite, la fille d'une collègue. Je craignais le pire, alors je m'y suis prise autrement (et c'est là que la ruse intervient!)

1) Je lui ai reparlé de l'après-midi "raté" et je lui ai dit que je comprenais à quel point il était difficile pour elle de prêter ses jeux, de faire de la place pour d'autres enfants dans son univers et que c'était normal qu'elle n'ait pas envie de tout partager (après tout, vous même, vous avez envie de prêter les choses auxquelles vous tenez le plus à vos copines, même les meilleures? Pas moi en tous cas. Ma bague trilogy par exemple, je la garde pour moi !). J'ai lu que le partage devient un geste un peu plus naturel vers l'âge de 6 ans... Je pense qu'elle a senti que je prenais en compte sa position et que je reconnaissais sa "souffrance". Elle s'est sentie écoutée. (enfin j'espère !) Je lui ai alors dit que le fait de partager pouvait cependant apporter beaucoup de choses: se faire des amis, bien s'amuser, récolter des compliments de ses parents...

2) Je n'ai annoncé la visite qu'une heure avant, pour éviter toute projection et limiter les déceptions.

3) Je lui ai dit "La petite Anna va venir. Il faut que tu acceptes l'idée qu'elle joue avec des choses qui t'appartiennent. Est-ce qu'il y a des objets que tu ne souhaites vraiment pas partager? Si c'est le cas, nous les mettrions de côté." Elle m'a alors dit "Je prêterai mes poupées, mais pas mes livres, ni mon déguisement de fée" J'ai acquiescé et finalement, elle s'est ravisée et a corrigé "Non, finalement, je prête mes livres, et mes peluches, et mon toboggan, et, et, et...." et elle m'a listé une longue liste de choses qu'elle avait décidé de son plein gré de prêter. Au final, il n'y a que la robe de princesse qui est restée dans l'armoire.

 

Et devinez comment s'est passé l'après-midi? Très bien, évidemment ! Elle a été un ange, patiente, partageuse, tolérante...c'est ma fille, quoi. (Et là, je dégouline de fierté...)

 

Entre temps, j'ai lu une petite astuce pour aider les enfants à partager les jouets, notamment lors des goûters d'anniversaire, où ils sont nombreux...

Sur le principe des "chaises musicales": vous indiquez à chaque enfant de choisir un jouet qui lui plaît dans la maison. Vous mettez la musique, les enfants sont assis en cercle, chacun joue avec ledit jouet...jusqu'à ce que la musique s'arrête. Là, l'enfant passe "son" jouet à son voisin et ainsi de suite. Au final, chacun aura joué un peu avec les jouets tant appréciés par les autres et le ton de l'après-midi sera donné (i.e. "Aimez vous les un les autres"...c'est beau...)

Autre astuce de maman rusée: vous vous munissez d'une planche de jolies gommettes (fée, pirate, chaton, etc.), vous vous autoproclamez "Fée du partage" et dès qu'un enfant fait preuve de bonne volonté pour prêter les jouets ou se montrer fair-play dans les jeux, vous lui collez un autocollant sur le dessus de la main pour le féliciter et le récompenser...

 

Et vous, parents de familles nombreuses ou organisateurs de goûters d'anniversaire riches en enfants et émotions...vous vous y prenez comment?

 

Pour lire mes autres "ruses de maman", c'est là:

Rusée comme une maman / Ruse n°1 SE METTRE EN PYJAMA

Rusée comme une maman / Ruse n°2 LE COUCHER

Rusée comme une maman / Ruse n°3 l'apprentissage de la propreté

Rusée comme une maman / Ruse n°4: LE BAIN

 

Photo: Dieter Schütz  / pixelio.de

Repost 0
31 mai 2011 2 31 /05 /mai /2011 21:58

Voilà, je mets fin au suspens insoutenable pour vous dévoiler qui est l'heureux gagnant du bon d'achat de 50 € sur le site La Fée Santé, spécialiste des soins essentiels du quotidien de l'enfant et de la famille (le concours, c'était ici):

 

Tadam...

 

C'est AV, participation n°5, avec son avis sur le produit "Cadeau de naissance garçon" de la marque Luc et Léa.

 

Ce sont les mains potelées et innocentes de mon Loulou qui ont choisi l'heureuse gagnante:

 

DSCN2592.JPG

 

Félicitations AV, donne-moi tes coordonnées par mail !

 

Repost 0
Published by C-cilou - dans Ma vie de maman
commenter cet article
26 mai 2011 4 26 /05 /mai /2011 21:58

DSCN2502.JPGJe suis allée à une conférence donnée par une psychologue spécialiste de la petite enfance et organisée par la halte-garderie de mon Loulou sur le thème des conflits et jalousies entre frères et sœurs. C’était encore une fois passionnant. (Rappelez-vous, j’avais déjà assisté à une conférence sur « Le parler vrai ») Alors, si vous êtes d’accord, je vais vous faire un petit compte-rendu…(en fait, il est très long, mais c’était tellement riche que je n’avais pas envie de synthétiser !)


Nous avons tous l’espoir illusoire d’avoir une famille harmonieuse, d’éviter au maximum les conflits entre nos enfants. Nous détestons les savoir jaloux, les voir se chamailler, les entendre dire qu’ils se haïssent. On se demande alors ce qu’on a raté dans leur éducation, comment on aurait pu éviter ça. Eh bien en fait, ça va mieux en le disant : c’est impossible ! Impossible d’éviter les conflits, les jalousies, la concurrence, voire la haine entre frères et sœurs. Donc tout de suite, on culpabilise moins… ! Les relations au sein de la fratrie sont loin d’être évidentes, preuve en est le nombre de fratricides mythiques: Romulus et Remus, Abel et Caïn, Isis et Seth…Sans aller jusqu’à s’entretuer ( !), les conflits sont pourtant constitutifs de la relation problématique qu’entretiennent les enfants d’une même famille.


D’une part, chaque enfant ne naît pas dans la même constellation que son frère ou sa soeur. En plus des spécificités apportées par sa propre personnalité d’individu, ses parents ne projettent pas les mêmes attentes sur lui : il est l’aîné, le premier ou le second, celui qu’on compare ou le « petit » dernier. D’autre part, l’enfant est, pendant les premières semaines de sa vie, dans une relation exclusive avec ses parents (surtout sa mère), en raison de sa grande dépendance…puis, il va se détacher, ses parents vont le conduire vers l’autonomie et toute sa vie il n’aspirera qu’à une chose : recréer la relation d’exclusivité des premiers instants. Pour ce faire, il va se placer dans une double dynamique : d’une part s’assurer en permanence de l’amour exclusif de ses parents et ainsi se rassurer et d’autre part évincer son rival (de frère ou de sœur) qui poursuit le même but que lui.


Cela prend alors différentes formes : chamailleries, bouderies, bagarres, coups. Le tout dans le seul but d’emmerder la mère d’attirer l’attention de la mère bien aimée. Vous avez remarqué comme ça se passe bien, justement, quand ils ne sont pas chez vous ou quand ils ne sont pas dans votre champ de vision? Complicité, rires, bonne entente. Forcément, il n’y a pas d’enjeu, ils n’ont rien à prouver, vous n’êtes pas là pour les voir, ce n’est plus à celui qui remportera la préférence de Maman.

Quand arrive un bébé dans la famille, c’est forcément difficile pour l’aîné. Il a toutes les raisons de se sentir jaloux et incompris. Imaginez le scénario suivant pour comprendre un peu les sentiments qui l’animent : vous vivez heureuse avec votre mari et celui-ci vous dit un beau jour… « Tu vas voir je vais ramener à la maison une autre femme, elle sera vraiment trop mignonne, ça va être super sympa avec elle, on va trop bien s’amuser, je suis sûre que tu vas l’adorer. Ah au fait, comme elle est plus menue que toi, elle portera tes anciens vêtements, ceux dans lesquels tu ne rentres plus, ils lui iront bien. » Ce que l’on ressentirait si on vivait ça est exactement ce qui préoccupe l’aîné au moment de l’arrivée d’une deuxième enfant. Il se dit « Je ne suffis plus à mes parents, ils ont été chercher mieux ailleurs. Quel besoin ont-ils eu de faire venir quelqu’un d’autre chez nous ?» Donc cet enfant, il va falloir lui en faire voir de toutes les couleurs et parallèlement faire comprendre aux parents que c’est lui le mieux des deux.


Comment faire, à défaut de pouvoir éviter complètement les scènes de jalousie, pour pouvoir rendre les conflits un peu plus vivables et un peu moins fréquents?

-          Dire régulièrement à chaque enfant, seul, qu’on l’aime. Il a besoin de preuves d’amour et ça évitera peut-être qu’il cherche à les obtenir autrement (en frappant sa sœur par exemple ! Antoine, si tu me lis, sache que je te comprends enfin !)

-          Ne pas chercher à régler les conflits des enfants à leur place. Souvent, on ne sait pas comment ça a commencé et qui est l’initiateur. Face à deux versions des faits radicalement différentes, mieux vaut ne pas prendre parti.  Se faire plutôt médiateur, écouter l’un et l’autre, dire que l’on comprend leur colère, leur frustration etc. (mettre des mots sur les sentiments), mais ne pas faire des remontrances à l’un ou à l’autre et en tenir un pour responsable. Il se verrait alors tomber en disgrâce et serait encore plus enclin à embêter son frère. Quand à l’autre, plein de l’orgueil transmis par cette mère qui lui a donné raison, il se peut fort qu’il aille narguer l’autre et que cela recommence. Dire plutôt « Je vous fais confiance, vous allez trouver une solution ». Parce qu’au fond, ce que l’on veut, ce n’est pas que l’un ou l’autre « gagne » mais bien que le conflit perde en intensité. Il importe donc plus de trouver une solution, une issue, qu’un coupable, tout en reconnaissant les sentiments éprouvés par chacun d’eux. Mais au préalable, il faut le dire et le redire : « Je ne m’impliquerai pas dans vos conflits, ce sont vos affaires, cela ne me concerne pas, il vous faudra trouver seuls comment en sortir ».

-          Consacrer du temps à chaque enfant pris individuellement. Cela peut sembler évident, mais il est important de souligner qu’il ne s’agit pas de quantité. Cinq minutes peuvent suffire, si l’enfant a vraiment le sentiment que sa mère (ou son père) lui accorde un moment privilégié et est tout à lui. Du coup, quand on en a assez, le soir, de faire la police pour arbitrer les chamailleries de nos enfants et qu’on est intervenue 10 fois dans la soirée, on peut essayer d’annoncer les choses autrement : « Je finis ce que j’ai à faire, c’est un impératif, mais dès que ça sera fait, je te promets qu’on pourra faire quelque chose ensemble, tous les deux. » Et à ce qu’il paraît, ça marche, l’enfant sait qu’il n’a pas à faire le zouave pour attirer l’attention de sa mère puisqu’il sait qu’elle va venir s’occuper de lui, elle le lui a promis et il peut se raisonner et patienter jusqu’à ce moment là. Et au lieu d’intervenir 10 fois 1 minute, on consacre 10 vraies minutes à l’enfant… donc ce n’est pas si difficile à caser dans un emploi du temps de ministre maman.

-          Ne pas essayer de chercher par tous les moyens à les traiter sur un pied d’égalité. Parce qu’ils sont différents et qu’ils aspirent à être traités dans leur singularité et leur individualité…pour faire justement écho à ces tentatives inlassables de vouloir vous prouver qu’ils ne sont pas comme leur frère (puisqu’ils sont mieux, c’est quand même évident!). Donc ne pas chercher à faire la même chose avec chacun, dans ces fameux temps privilégiés. Ne pas systématiquement rapporter le même cadeau (ben quoi, pour ne pas faire de jaloux… !), mais justifier ces choix différents : « Je t’ai rapporté ce cadeau parce que je sais que tu aimes particulièrement faire ci ou ça et j’ai pensé que ça te plairait… »

-          J’ai dit plus haut qu’il était important de dire à chaque enfant qu’on l’aimait. Mais quand l’enfant s’aventure sur un terrain miné et qu’il pose LA question qui tue « Maman, tu m’aimes plus ou moins que mon frère ? ». Bon évidemment, on peut se lancer dans l’explication classique du cœur extensible blablabla. Elle est d’ailleurs tout à fait valable et parlante. Mais on peut aussi dire « Je t’aime parce que tu es toi, parce que tu es mon enfant et parce que tu as des qualités que j’apprécie particulièrement : tu es serviable, de bonne humeur le matin quand tu te réveilles, tu es drôle etc. » Du coup, l’enfant aura envie de reproduire ces comportements dont il sait que sa mère les apprécie. Alors que si il comprend que ce qui préoccupe sa mère c’est « qu’il n’arrête pas d’embêter son petit frère », il va continuer à la préoccuper…A méditer. Bon parfois c’est vrai, il faut faire de GROS efforts, dans certaines phases, pour trouver de grandes qualités à nos enfants…mais ça vaut la peine de se creuser un peu.

-          Le parent n’intervient donc pas dans les conflits (à part en tant que médiateur), mais il ne va pas pour autant tout laisser passer. Il édicte la loi : on ne tape pas, on n’insulte pas etc. Et par exemple, quand l’enfant est trop petit pour parler et qu’il a tendance justement à frapper pour se faire respecter, il faut lui dire : « Tu as le droit d’être en colère, mais pas de frapper. Si tu n’es pas content, tu peux exprimer ta colère en tapant du pied, en regardant d’un air fâché, mais pas en frappant. »


Voilà, quelques pistes de réflexion. Chez moi, quelques traces de jalousie chez l’aînée, mais cela dépend des moments. A la naissance de son frère, elle avait des gestes d’amour très ambivalents : des embrassades limite étouffantes, des baisers qui se terminent en morsure. Et pourtant, qu’est ce qu’elle l’aime son frère, elle nous le répète tous les jours. Chez le cadet, pour l’instant rien…mais on verra quand il saura parler ou taper !

Repost 0
25 mai 2011 3 25 /05 /mai /2011 20:45

Je réexplique (pour ceux du fond !) les régles du jeu-concours "la Fée santé" (cf. ce billet) parce que j'ai cru comprendre que le principe n'était pas évident...Pourtant, 50 € de produits beauté - santé -hygiène pour vous ou votre enfant,  c'est plutôt intéréssant, ce serait dommage de passer à côté !

 

1. Sur le site La Fée Santé

- Vous choisissez un produit qui vous plaît, qui vous "inspire", qui vous intéresse

- En accédant à la fiche produit, vous cliquez sur "déposer un avis" (en dessous de "ajouter au panier" (et après "envoyer à un ami " ou "imprimer")

- Vous rédigez votre avis (en indiquant votre prénom ou votre pseudo)

- Celui-ci ne sera pas publié tout de suite sur le site "La fée santé" , il y a un petit délai d'attente.

 

Mais comment faire pour donner un avis sur un produit qu'on ne connaît pas?

Excellente question de l'élève Bibi.

Eh bien en fait il ne s'agit pas d'inventer un commentaire élogieux mais simplement de dire en quoi ça vous semble intéréssant, pourquoi vous auriez envie de le tester.

Par exemple, pour une crème solaire Indice 50 "Idéal pour protéger la peau fragile des enfants", pour un gel à l'arnica "J'en ai toujours dans mon sac à main ou dans la voiture, ça soigne tous les petits bobos des enfants qui sèchent vite leurs larmes", pour un démaquillant "Ce lait a l'air d'être idéal pour les peaux sensibles. Ayant la peau claire, je suis sujette aux rougeurs...blablabla"

Vous voyez le genre.

Mais il y a aussi peut-être des produits que vous connaissez et utilisez déjà: sérum physiologique, liniment oléo-calcaire, crème cicalfate Avène, stick à lèvres, biberons Avent, petits pots Baby Bio... Donc là vous pouvez rédiger un avis éclairé sur le produit.

 

Mais si je gagne, est-ce que je serai obligée de choisir ce produit?

Non, vous pourrez choisir ce que vous voulez. Donc vous pouvez donner un avis sur des produits à moins de 50 €.

 

2. Sur mon blog, sur cet article

- En commentaire, vous venez me dire pour quel produit vous avez rédigé un avis sur le site "La Fée santé" (nom du produit + idéalement la marque)

- Si il est déjà publié sur le site la fée santé, ce serait bien de m'indiquer le lien. Sinon, le nom du produit et le prénom ou pseudo avec lequel vous avez commenté suffira (pour ceux qui ont du mal avec le ctrl. + V / ctrl + C)

- Je donne un numéro à chaque commentaire

- La main inocente d'un de mes deux enfants tirera au sort le gagnant...

 

Pour l'instant, les chances de gagner sont hyper élevées, rapport au peu de participants...Mais vous pouvez toujours faire suivre autour de vous. Et mes lecteurs de l'ombre peuvent volontiers profiter de l'occasion pour écrire leur premier commentaire sur mon blog !

 

3. Si vous gagnez

- Je vous contacterai pour vous demander vos coordonnées.

- Je transmettrai au site La Fée Santé

- Vous recevrez un bon d'achat de 50 € à utiliser comme bon vous semble sur le site

 

Si j'habite à l'étranger, est-ce que je pourrai recevoir mon colis?

Malheureusement non, le site n'expédie pas les colis à l'étranger (pour l'instant) donc vous pouvez jouer mais il faut penser à une éventuelle adresse française qui pourrait réceptionner votre paquet (vos parents restés en France...)

 

J'espère que c'est plus clair, en tous cas je suis ravie de vous gâter...

 

Repost 0
Published by C-cilou - dans Ma vie de maman
commenter cet article
24 mai 2011 2 24 /05 /mai /2011 20:30

Attendez, je vais essuyer la larme au coin de mon œil.

Me revoilà. Comme vous le savez peut-être, je suis assez conservatrice. Je voue un culte aux objets du passé parce qu’ils me rappellent des souvenirs souvent heureux. Et parmi les objets qui ne dérogent pas à cette règle et que je conserve religieusement, il y a les chaussures de mes enfants… Jusqu’à il y a peu de temps je gardais TOUTES les chaussures de ma puce. Mais finalement j’ai fait un peu de tri et j’en ai donné pas mal. Quasiment toutes…SAUF : ses premières chaussures. Et ses premiers chaussons aussi. Et aussi les premières chaussures avec lesquelles elle a marché. Et aussi ses premières sandalettes (ah non, celle-là je m’en suis séparée, mais il m’a fallu du temps… !).

 

DSCN2550-copie-1

Les premières chaussures sont celles du mileu, des « Pomme d’Api » qui m’ont coûté un bras, mais rien n’était trop beau pour ma choupinette. J’adorais leur petit reflet irisé et maintenant je contemple avec fierté leur aspect tout cabossé et élimé…Les premiers chaussons (à gauche) sont également des « Pomme d’Api »… je me rappelle comme elle était fière de les porter et comme elle les montrait du doigt à tout le monde en arrivant à la crèche le matin… Les chaussures des premiers pas (à droite) sont…des « Pomme d’Api », ben oui, on ne change pas une équipe qui gagne. Là aussi, je me rappelle que dès le lendemain de les avoir achetés, elle a (enfin !) marché (à 15 mois, quand même !). Et j’ajouterai, pour clore la séquence émotion, que son premier mot (après maman/papa) a été « chaussure », puis « chausson »…pas étonnant, avec des jolis souliers comme ça !

 

DSCN2552.JPG

Pour mon Loulou, vous verrez que j’ai eu du mal à trancher l’éternelle question : « semelles souples ou semelles dures pour les premiers pas de bébé ? » (à lire également l’excellent  article, chez Aimée la fée). Vous verrez aussi les adorables petites mains de mon bébé...Au centre, les chaussures que je préfère et dont je garderai longtemps le souvenir : des Robeez avec un petit camion de pompiers…mignon, non ? A droite, des Robeez pour l’hiver, avec un petit renne dessus…mignon, non ? Mais bon, pour passer aux choses sérieuses, une fois qu’il s’est mis debout, on est quand même passés aux chaussures montantes à semelle dure. Parait que ça maintient mieux le pied. Et pour la petite anecdote, ces jolies petites « Mod8 » (qui a dit que pour le deuxième on été passés à la gamme de prix inférieure ??? Mais non, mauvaises langues, c’est parce qu’on a déménagé et qu’il n’y a pas de magasin Pomme d’Api dans notre mini-ville !) ont été choisies par son Papa, tout seul, parce que moi j’étais en pleines révisions. Snif, je n’aurai pas été présente pour choisir les premières chaussures de mon Loulou…

Repost 0
Published by C-cilou - dans Ma vie de maman
commenter cet article
23 mai 2011 1 23 /05 /mai /2011 15:35

logo.jpgQuand on est Maman, s'il y a bien un endroit où on passe beaucoup de temps, c'est la pharmacie. Je crois que la semaine dernière, j'ai dû y aller trois fois. Une fois pour racheter du sérum phy et de l'éosine, une autre fois pour la crème solaire et enfin, une dernière fois pour refaire le stock de crème pour le change. Alors maintenant que mon concours est passé, je n'ai que ça à faire et ça me fait une promenade sympa avec mon Loulou, mais quand je travaillais, c'était un détour dont je me serais passée, d'autant plus qu'il faut souvent faire la queue.

Le site La Fée santé a été crée par une Maman qui a bien compris cela. C'est une parapharmacie en ligne où l'on trouve les essentiels pour les soins de l'enfant et de la famille.

 

Ce que j'ai bien aimé sur ce site c'est:

- La présence de marques phares: Avène, Avent, Babybio, Ducray, Elmex, Laino, Physiodose

-...mais aussi de marques moins connues, à découvrir

-  des petits kits bien pensés, comme le kit maternité à glisser dans la valise de maternité (avec l'inévitable brumisateur et de l'eau de bleuet pour ne pas avoir les yeux fatigués sur les photos avec bébé!)

- Les prix, vraiment compétitifs

- Les petits cadeaux sympas: 8 € de réduction pour toute inscription à la newsletter, 5 € si on parraine une amie, un programme de fidélité qui permet aussi de recevoir des bons de réductions... et même jusqu'au 21 juin 20% de réduction sur tout le rayon bébé.

- La présence d'experts sur le site: un médecin et un pharmacien, pour effectuer ses achats santé en toute sécurité


J'ai testé trois produits:

- La crème pour les mains Moraz: (parce qu'avec ma jolie bague trigoly, les mains calleuses, ça l'faisait pas !). Avec juste une noisette de crème, facilement absorbée, les mains sont toutes douces et surtout...pour longtemps. J'ai les mains très sèches et je n'ai pas eu à me tartiner plusieurs fois, l'action est vraiment prolongée et ça, j'apprécie.

- Le spray assainissant maison Comptoir Aroma: pour purifier et assainir l'air de la maison (et quand on a des petits bouts c'est important d'avoir une maison sans vilaines bactéries) le tout avec des notes agréable d'orange et de cannelle. Il y a d'ailleurs sur le site toute une gamme d'huiles essentielles et végétales bio, pour soigner tous les petits maux.

- Le bain de bouche Doloseptyl en dosettes: super pratique en voyage pour les glisser dans la trousse de toilette.

 

Je vous propose de vous faire gagner un bon d'achat de 50 € sur l'ensemble du site La Fée santé.

Pour jouer, il vous faut aller sur le site La Fée santé., choisir un produit que vous connaissez déjà ou un produit qui vous ferait envie et écrire un commentaire sur ce produit en cliquant sur "déposer un avis". Vous direz donc pourquoi vous appréciez ce produit ou pourquoi il vous semble intéressant. Ensuite, une fois votre avis publié sur le site la Fée santé, vous revenez sur mon blog me signaler en commentaire que vous participez au jeu, en ajoutant le lien vers le produit que vous avez commenté sur le site la Fée santé.

Vous avez jusqu'au lundi 30 mai 2011 pour jouer. Le ou la gagnante sera tiré/e au sort.

 

Edit: j'ai précisé les règles du jeu ici

 

 

Repost 0
Published by C-cilou - dans Ma vie de maman
commenter cet article

  • : C-cilou et ses loulous
  • C-cilou et ses loulous
  • : Des trucs de Mamans..mais pas seulement !
  • Contact

Soit dit en passant

Je suis de retour... ou pas.

 

 

Rechercher

C'est qui C-cilou?

 

Maman de deux Loulous (4 ans et 20 mois), prof en congé parental, mariée à Monsieur C-cilou.

Je blogue pour répondre à une irrésistible envie de de décrire le quotidien, pour lui donner plus de saveur, le rendre plus rigolo et doux, comme un ourson haribo...et éviter que ma mémoire ne se vide à la vitesse d'un paquet de bonbons ! Je blogue pour prendre du temps pour moi, pour me poser, réfléchir, comprendre, partager.

Depuis Septembre 2011, nous vivons à Berlin (oui, oui, en Allemagne).

Me contacter

C_cilou_loulous@yahoo.fr

je suis une maman bambinou

Suivez-moi sur Hellocoton

Retrouvez C-cilou sur Hellocoton

Bannière

Photos (de gauche à droite) © Tom Kleiner © Utaaah © Klaus Gerhardt

pixelio.de