Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
7 août 2011 7 07 /08 /août /2011 14:17

DSCN3048.JPGMe revoilà. Je suis partie 10 jours, puis revenue 2 jours, puis repartie 7 jours et me voilà de retour sur Terre et sur Blogosphère, avec des étoiles plein les yeux.


C’étaient nos premières vacances à quatre. Nos premières vacances de « vraie » famille : Papa, Maman, Louloute, Loulou (manquait plus que le chat…mais ça risque pas, vu que je suis chaphobe). Quelques jours chez les divers grands-parents dans l’Est de la France, puis une semaine dans un chalet vosgien où nous avons vu pousser des arcs-en-ciel à nos pieds, dans notre jardin, d’un flanc de montagne à l’autre, et ce à plusieurs reprises au cours de la semaine. De magnifiques arcs-en-ciel, des qui font un arc complet, des doubles, d’une intensité incroyable, où l’on distinguait parfaitement toutes les couleurs  (y compris le fameux « indigo » qui m’intriguait tant quand j’étais petite parce que je ne savais pas à quoi il correspondait). Vous allez me dire : qui dit « arcs-en-ciel », dit « pluie »…(et un peu « soleil » aussi, mais un tout petit peu) eh oui, malheureusement, il a plu tout le temps sur notre beau chalet et nous avons même fait une raclette le 17 juillet. Record battu : ma précédente raclette d’été avait été commise un 15 août. Dans le même chalet familial, dans les mêmes Vosges, il y a 4 ans. Depuis, j’ai l’impression qu’on n’a pas eu de bel été, alors que dans mon souvenir d’enfant, il faisait chaud tout l’été. Mais passons, je n’ai pas l’intention de disserter sur la pluie et le beau temps, ma bonne dame.


Après quelques jours passés dans la famille de Monsieur C-Cilou où nous avons également participé à notre premier mariage en famille (sympa, le mariage avec des enfants en bas-âge : merveilleuse, la tache de compote sur la cravate de mon chéri, seyantes, les auréoles de « produit à faire des bulles » (destinées à accueillir les mariés) renversé sur ma robe de satin beige…), nous avons regagné notre chez nous pour y faire quelques lessives (à ce propos : bientôt un article sur mon amour de la lessive…teasing, teasing)…et repartir direction la Vendée où nous espérions avoir un temps plus clément.


Ce fut le cas pendant trois jours, où nous avons profité tous ensemble de la mer et de la piscine tout en laissant de temps en temps nos enfants, sans aucun scrupule le cœur lourd, au club enfants afin de penser un peu à autre chose qu’à T’choupi. C'est-à-dire : à nous. Bouquinage intensif en bord de piscine non surveillée, promenades sur sentiers côtiers main dans la main, boulottage des Chocorems des enfants en douce. (Je ne sais pas, vous, mais moi, j’aime bien dire « Chocorem » plutôt que « Prince » ou « BN ». Un petit côté désuet qui me rappelle mon enfance). Bon, le reste du temps, il a plu, mais ça tout le monde le sait puisque c’est partout pareil ou presque. Dans tous les albums photos des familles françaises – et pas seulement de ceux qui seront partis en Bretagne- figurera, à la page « Eté 2011 » une photo de toute la famille sur la plage, en ciré et bottes aux pieds, affichant le sourire las de ceux qui en sont à leur 4ème jour de pluie. Nous en serons aussi. A condition que je me mette à le faire, ce fichu album qui n’ a pas avancé depuis mai 2010.


Je me félicite au passage, de ne plus investir depuis deux ou trois ans dans des tenues d’été (style robes légères, débardeurs…). On doit les porter maximum 7 fois dans l’année, alors ça ne vaut vraiment pas la peine de craquer pour une petite jupe qui vole. Même en soldes. Fin des félicitations.


Et nous voilà de retour la maison. Les enfants sont heureux de retrouver leurs jouets, leurs livres, leur lit…ils ont grandi, changé, et ce même si on les a vus tous les jours… Ils sont beaux, bronzés, leurs cheveux bouclent tant et plus… Ma Louloute, qui détestait vraiment marcher, se met à courir, voire à sautiller joyeusement quand on se rend quelque part. Elle qui finissait  péniblement ses assiettes, mange maintenant comme un ogre. Peu de crises, pas de colères, elle m’a même dit « t’as vu, j’ai changé mon comportement » … Et mon p etit Loulou s’est rapproché plus que jamais de sa sœur aînée chérie* : ils partageaient la même chambre et on les entendait rire entre eux, de complicité, avant de s’endormir. Il s’est ouvert sur le monde, a découvert des tas de choses qu’il ne connaissait pas : la mer, les poissons du grand aquarium, les chiens, les vélos, les cascades, les canards…et les arcs-en-ciel… !

DSCN2996

Quant à moi je suis heureuse de m’être octroyée cette pause in ternet. Penda nt les siestes d es enfants, j’ai pris le temps de lire (notamment l’excellent : La couleur des sentiments, dont je tâcherai de vous reparler) au lieu de se fatiguer les yeux sur l’ordi et le soir, nous avons partagé de super moments, mon chéri et moi, à refaire le monde, à rire aux éclats et à préparer le grand déménagement de notre famille pour…ahaha, mystère, vous en saurez plus dans un prochain article… ! Justement, cette pause a été bénéfique pour mon inspiration : en plus des étoiles plein les yeux, j’ai des idées d’articles plein la tête… et je suis heureuse de vous retrouver toutes et tous.


* Bon, ça ne veut pas dire qu’il s’est déscotché de moi…Il lui en faut plus.

Repost 0
15 juillet 2011 5 15 /07 /juillet /2011 08:39

bambinou logo-badgeMamanVBambinou m’a envoyé de nouveaux produits à tester.

Tout d’abord, une crème Weleda pour le visage de mon Loulou. Pour moi, avant, Velleda c’était ça :

 

bic-velleda-marqueur-1791-effacable-a-sec-pour-tableaux-bla.jpg

 

Mais là je découvre que c’est aussi une marque qui utilise pour concevoir ses produits des matières premières issues principalement de la culture biologique. La pensée de Weleda : « en Accord avec l’Etre humain et la Nature, bio depuis toujours ». Nan, mais en fait, sérieusement, je connaissais déjà bien Weleda parce que c’est une marque allemande présente dans toute salle de bains allemande qui se respecte et comme j’y ai vécu, en Allemagne, pendant 5 ans, j’en ai vu des pots de crème Weleda sur les rebords de lavabo de mes collocs. Mais je n’avais jamais encore testé.

 

WEA-4358520_6_002.png

La crème protectrice visage bébé s’utilise quotidiennement sur la peau délicate du visage de bébé. La texture est très agréable et pénètre rapidement (ce qui n’est pas un mal parce que mon Loulou déteste qu’on lui mette de la crème sur le visage !). Cette crème est au calendula , une plante bien connue pour apaiser les rougeurs et les irritations de la peau. Elle protège des agressions de l’environnement (froid, chaleur, pollution…) et rend la peau toute douce et souple. J’aime un peu moins l’odeur, une peu trop médicinale à mon goût, mais cela ne m’empêche pas d’avoir envie de croquer les joues de mon bébé après sa toilette !

 

 

Pour moi, j’ai choisi le soin exfoliant pour le corps à l’huile d’argan bio de chez Natessance.  J’avais déjà lu chez plusieurs blogueuses que ce soin était un vrai délice pour les sens. Du coup, je l’avais même offert en cadeau d’anniversaire à une amie sans même l’avoir testé. Et dès le lendemain matin à 7h (au sortir de sa douche, quoi), mon amie m’écrivait « ton gommage pour le corps c’est une vraie tuerie ». Donc j’ai voulu à mon tour connaître le nirvana… et je ne suis pas déçue. Le gommage est au sucre, parfumé à l’orange et à la cannelle (un peu hivernales comme senteurs, ce sera encore mieux pour les soirs d’hiver !) et riche en huile d’argan pour nourrir la peau. J’aime beaucoup la texture : on frotte jusqu’à ce que les grains de sucre fondent, on rince et on garde la peau toute douce. Personnellement, j’ai dû quand même me tartiner de crème pour le corps en sortant de ma douche. L’effet gommant est réèl, mais j’ai trouvé que l’effet hydratant et adoucissant aurait pu être plus marqué. Peut-être que c’est parce que je n’avais pas utilisé assez de produit. En tous cas, c’est un soin qui me plaît, un geste gourmand et rapide, pour les mamans pressées qui aiment quand même prendre soin d’elles. En ce moment, ce soin est en promotion -10% sur le site BamBinou.

LEE-3517360023701_3.jpg

Et voilà, maintenant mon Loulou et moi, on a la peau toute douce et comme on est tout le temps scotchés l’un à l’autre, c’est plutôt agréable !

Encore merci, BamBinou !

 

Repost 0
Published by C-cilou - dans Ecolo & Co
commenter cet article
13 juillet 2011 3 13 /07 /juillet /2011 09:00

 

478860_R_B_by_Dieter-Schutz_pixelio.de.jpg

Voici la suite de cet article, où je présentais quelques idées de jeux pour les 1-2 ans, tirées de ce livre. 

 

Voici quelques pistes pour les plus grands (2-3 ans, et plus)

 

Les petits poissons (à partir de 2 ans)

- Diluez de la gouache bleue jusqu’a obtenir une consistance de lavis. Montrez à votre enfant comment tremper une éponge (d’environ 10 cm x 10 cm) dans la peinture et l’étaler sur le papier en faisant de grandes vagues.

- Une fois que le papier est recouvert de lavis bleu et qu’il a séché, faites faire à votre enfant plusieurs empreintes de ses mains (réalisées dans de la peinture à doigts)

- Montrez à votre enfant comment coller l’empreinte sur le papier bleu et superposez cette empreinte avec une autre empreinte de mains, en la décalant légèrement et en veillant bien à ce que les doigts pointent tous dans la même direction.

- Les doigts de l’empreinte doivent donner l’impression d’être des nageoires diaphanes.

- Montrez à votre enfant comment dessiner des yeux aux poissons (situés au niveau de la paume de la main, à la base du pouce) avec un feutre

 

Un petit bateau (à partir de 2 ans)

- Rassemblez des morceau de polystirène et un pic à brochette.

- Demandez à votre enfant « qu’est ce qui flotte sur l’eau ». Il répondra peut-être « les bateaux » ou le nom d’un animal marin.

- Dessinez au feutre ses idées sur du polystirène et découpez-les avec le cutter.

- Utilisez le pic à brochette pur faire un trou dans les parties et laissez votre enfant relier les éléments avec de la ficelle.

- A l’heure du bain, faites voguer la création et laissez votre enfant jjouer avec et essayer de la coucler.

- C’est l’occasion d’insister sur la différence entre les objets qui flottent et ceux qui coulent en apportant des objets lourds à l’heure du bain)

 

Ma famille et mes amis. (à partir de 2 ans) 

Pour leur permettre d’identifier qui ils sont et quelle est leur place dans le monde.

- Préparez des photographies de la famille proche et dessinez (ou réalisez sur ordinateur) des maisons, comportant plusieurs fenêtres. Sur les photos, délimitez au crayon la partie de la photo qui tiendra dans l’une des fenêtres de la maison.

- Expliquez à l’enfant qu’il va faire une maison dans laquelle il va rassembler tous les membres de la famille.

- Laissez-lui choisir une des photographies et découper en suivant le cercle (plutôt à partir de trois ans pour le découpage).

- Expliquez –lui qu’il doit choisir dans quelle fenêtre placer la photo et laissez-le la coller à cet emplacement. Continuez avec les autres membres de la famille, jusqu’à ce que toutes les photos soient collées. Ecrivez sous chaque fenêtre le prénom et le nom du membre de la famille.

- Continuez sur le même principe, mais cette fois avec la maison des grands-parents, puis des autres membres de la famille (oncles, tantes, cousins)

- Lorsque toutes les maisons sont terminées, collez-les sur une grande feuille de papier en plaçant la famille proche au centre, entourée de toutes les autres maions.

- Reliez au feutre la maison de la famille proche à une maison de la famille éloignée pa un trait et écrivez à côté « on va en voiture chez Papi et Mamie ». A côté du mot voiture, dessinez également une voiture.

- Continuez ainsi jusqu’à ce que toutes les maisons soient reliées.

- Ce projet peut s’étaler sur une à deux semaines.

 

Si ça vous intéresse, je peux vous en donner d'autres, notamment plus ciblés sur le langage ou sur les activités de plein air. Dites-moi...

 

  Photo: Dieter Schütz  / pixelio.de
Repost 0
11 juillet 2011 1 11 /07 /juillet /2011 21:18

 

405968 R B by Harald Wanetschka pixelio.deJe ne veux pas d’IPhone, encore moins d’IPad. J’écris encore sur un ordinateur fixe. Je n’ai pas de compte twitter. J’ai un vieux forfait d’1 heure sur mon portable. Je ne suis pas geek pour un sou. Et j’espère bien que ça va être encore longtemps le cas. Je ne suis pas réfractaire à la technologie, loin de là. Mais je veux conserver la part de liberté que l’Internet de m’a pas encore dérobée. Je veux avoir le droit de ne pas être joignable, je veux pouvoir m’arrêter à un feu rouge sans être prise d’une envie irrépressible de checker mes mails, je veux pouvoir jouer avec mes enfants sans aller zieuter toutes les deux minutes sur mon portable s’il n’y a pas des nouveautés sur Facebook ou à quoi ressemble la Une d’Hellocoton aujourd’hui.

 

J’estime être déjà pas mal accro à Internet. Je consulte mes mails des dizaines de fois par jour, je suis administratrice d’un forum, j’écris un blog, j’en lis quelques-uns, je commande beaucoup sur internet… et ça fait pas mal d’heures « connectée ». Pendant mes révisions, j’avais même tellement de mal à résister à la tentation d’aller « faire un petit tour sur internet » que je débranchais même mon ordinateur sur secteur…

 

Maintenant que je n’ai plus à réviser, je ne suis pas insatisfaite de mes périples sur Internet. C’est très bien comme ça, je n’en suis pas malheureuse : ce temps passé sur internet, notamment à écrire pour mon blog, c’est un temps pour moi, un temps que je m’accorde comme une récompense.

 

Mais je n’ai pas envie de mettre le doigt dans l’engrenage en prenant un smartphone (question qui va se poser prochainement parce que mon portable n’est plus très vaillant). Beaucoup de personnes de mon entourage en ont et je ne les envie pas de ne jamais pouvoir « déconnecter », jamais pouvoir souffler, un jour ou deux sans Internet parce qu’on est dans un endroit où il n’y a pas d’ordinateur. Ces moments de coupure web sont très précieux pour moi, ils m’aident à me ressourcer, à prendre de la distance, à m’ancrer dans la vraie vie et pas dans un simulacre de vie virtuelle.

Nous allons partir quelques jours en vacance dans un chalet à la montagne, loin de toute connexion internet et j’ai presque hâte d’y être. Je n’attends pas de nouvelles importantes, je n’ai pas de choses urgentes à régler, alors le reste attendra.

 

Donc vous avez compris, si vous voulez me faire un cadeau empoisonné, offrez-moi un IPhone.

 

Photo: Harald Waneschka, pixelio.de

Repost 0
8 juillet 2011 5 08 /07 /juillet /2011 11:03

9782212540888_image.jpg

Je n'y connais pas grand chose en matière de pédagogie Montessori, si ce n'est que je sais qu'il s'agit d'une pédagogie alternative, fondée sur l'encouragement et le respect des différents stades de développement de l'enfant. Dans cette méthode, le but de l'éducation d'un jeune enfant n'est pas simplement de lui transmettre un savoir mais de cultiver son propre désir de découvrir et d'apprendre.

 

On m'a prêté un livre très intéréssant: Jeux d'après la pédagogie Montessori. Pour favoriser l'éveil de votre enfant de 0 à 3 ans.

J'y ai repéré plusieurs activités que je compte mettre en oeuvre avec mes Loulous, pendant les vacances.

Voici, dans un premier temps ma "sélection" de jeux pour les plus petits. Certains semblent très simples et à la portée de tous, mais je me suis plusieurs fois dit "tiens, c'est tout simple et pourtant je n'y aurais pas pensé".

 

Le jeu du miroir:

- Installez-vous par terre, votre enfant sur les genoux, devant un miroir.

- Commencez à enchaîner les questions et réponses en utilisant le miroir « C’est quoi, ça ? » ; « C’est ton nez » « Il est où ton nez ? » « Ici »

- Poursuivez en passant en revue toutes les parties du visage. Vous pouvez à présent passer aux expressions : triste, content, en colère, fatigué…

- Faites ensuite n’importe quel geste comme pointer, attraper ou soulever, pour que votre enfant vous imite.

-Variante : le jeu de cache-cache (activité bien connue, où l’adulte et l’enfant se cachent tour à tour derrière une serviette) qui permet à l’enfant de se familiariser avec les concepts de la disparition et de la réapparition des choses. Devant le miroir, l’enfant sera d’autant plus impliqué si c’est lui-même qu’il découvre.

 

Le son à deviner

"Tentez donc cette expérience : prenez le temps de compter combien de sons différents vous entendez en une journée. Vous serez très étonné du nombre que cela représente. Vous en aurez d’ailleurs ignoré beaucoup car votre cerveau les a compris et reconnus. Mais pour un enfant, la majorité de ces sons sont inconnus et à identifier. L’ouïe est donc un outil sensoriel aidant les enfants à acquérir une meilleure compréhension du monde qui les entoure."


- Faites assoir votre enfant à côté de vous (à votre gauche s’il est droitier, à votre droite s’il est gaucher). Devant vous, placez un plateau sur lequel vous aurez posé trois objets qui font des bruits bien distincts et auxquels votre enfant est habitué : des cuillères entrechoquées, une boîte de céréales…

- Dites à votre enfant que vous allez jouer à reconnaître un son. Montrez et nommez les objets sur le plateau

- Recouvrez le plateau avec le torchon. Prenez un objet caché par le tissu : les deux cuillères par exemple. Entrechoquez-les et demandez à votre enfant d’écouter.

- Soulevez le torchon et énoncez le nom de l’objet concerné puis montrez-le.

- Laissez votre enfant reproduire le son afin qu’il puisse clairement identifier l’objet étant à l’origine de ce son. Recommencez avec tous les objets du plateau

 

Le jeu du toucher et des textures

- Ce jeu peut évoluer pour convenir à tous les âges, allant d’un simple tri à un classement plus précis.

- Faites assoir votre enfant à côté de vous. Placez devant vous un panier contenant de petits objets mous ou durs (bois, pâte à sel, plastique, tissu….).

- Sortez un objet mou du panier et déposez-le à votre droite/ Prenez un objet dur et déposez-le à votre gauche.

- Appuyez du bout des doigts sur l’objet dur et dites le mot « dur ». Même chose avec l’objet mou.

- Donnez-les deux objets à votre enfant et incitez-le à les toucher comme vous venez de le faire et lorsqu’il a chaque objet dans les mains, répétez les mots « dur » et « mou ».

- S’il est un peu plus grand, proposez à votre enfant de classer les objets : ceux qui sont durs d’un côté et ceux qui sont mous de l’autre.

- Variante : avec de objets rugueux et doux ou d’autres textures / avec un troisième groupe d’objet dans le panier / les yeux bandés (quand l’enfant est plus confiant)

 

La suite bientôt, avec ma slection de jeux pour les enfants à partir de 2 ans...!

Repost 0
6 juillet 2011 3 06 /07 /juillet /2011 21:19

329111_R_by_BirgitH_pixelio.de.jpgVous connaissez l'angoisse de la séparation, la fameuse "angoisse du 8ème mois". Eh bien on est en plein dedans...sauf que Loulou a 12 mois et que ça dure depuis quelques semaines déjà... Depuis sa naissance, j'ai une relation assez fusionnelle avec mon bébé. C'est sans doute lié à sa personnalité de bébé très câlin, aimant le contact physique, mais aussi au fait que j'ai été plus disponible pour lui que je ne l'ai été pour sa soeur, pour laquelle j'ai repris le travail dès la fin du congé maternité, tout en préparant le CAPES à côté. Mon Loulou, depuis la naissance, il est resté accroché à moi. A la maternité (contrairement à sa soeur, à qui je voulais "ne pas donner de mauvaises habitudes"...qu'on est bête, pour un premier !), il a dormi sur ma poitrine en peau à peau le plus souvent possible (au moins on dormait tous les deux !) et ça a continué les premières semaines. Je l'ai allaité assez longtemps et je suis restée à la maison, choisissant de prendre un an de congé parental pour profiter de lui.

Bon, il ne faut pas croire non plus que son Papa n'a aucune place dans cette relation. Il est également très présent depuis le début, a eu l'occasion de s'occuper de lui à plein temps pendant que je révisais 12 heures par jour pour mon concours (remember : Difficile de ne pas culpabiliser avec ça...Acte II ).

Depuis que je suis de nouveau disponible pour lui, mon petit Loulou nous fait bien sentir qu'il n'a plus l'intention de se laisser approcher par une quelconque personne potentiellement susceptible de s'occuper de lui pendant que sa mère ou son père s'échappe encore en douce faire des choses qu'il aimerait pourtant tant partager avec eux. On ne la lui fait plus. Il est sur le qui-vive, prêt à s'accrocher à notre cou dès qu'il croise un étranger, cherchant à se cacher dans le creux de notre épaule, nous agrippant avec véhémence par le colet. Non, il ne se laissera plus berner.

Il a eu peur de me perdre, à un moment clé de son développement et ça l'a un peu perturbé, mon petit chat.

Résultat, le week-end dernier, lors d'un repas en famille, personne n'a pu l'approcher: ni son grand-père, ni ses oncles, ni ses tantes, pourtant tous bien intentionnés, cela va sans dire. Il a été adorable, certes, pas un pleur, pas une crise, de beaux sourires...mais à condition qu'il soit dans mon périmètre proche....et même idéalement directement dans mes bras.

Pareil: je le confie à la halte-garderie depuis six mois, au moins deux demi-journées par semaine...mais systématiquement, il pleure (et je l'entends jusque dans la rue...du coup, moi aussi, j'ai envie de pleurer)

Et aujourd'hui, le summum: je le confie à une amie pour me rendre en vitesse chez le médecin...et il a pleuré pendant TOUTE la durée de mon absence. (Audrey, si tu me lis, je suis désolée !)

Alors je sais que c'est une étape normale du développement de l'enfant et je dois dire que c'est plutôt flatteur de le sentir si attaché à moi (et à son papa). Je sens que je le rassure et ça me réconforte, moi aussi, dans mon rôle de maman. Mais parfois, c'est lourd (au sens propre aussi, parce que 10 kilos sur les bras, 50% du temps, ça pèse!). J'aimerais le sentir plus serein, plus confiant envers les autres, plus ouvert, moins dépendant de nous.

C'est vrai qu'il est encore petit, mais je suis un peu désarçonnée parce que je n'ai pas connu ça avec sa soeur...

 

Alors que faire? Eviter les séparations au maximum pour le rassurer sur notre présence et notre disponibilité, lui assurer un evirronnement appaisé?

Ou au contraire, multiplier les occasions de le séparer de nous pour qu'il s'épanouisse aussi au contact d'autres personnes et soit définitivement rassuré sur notre capacité à revenir systématiquement le chercher?

Comment lui donner confiance?

 

Je n'ai pas envie que ça dure toute la vie non plus !

Enfin bon, ceci dit, il viendra assez vite, le temps où il ne voudra plus des câlins de maman...là je repenserai avec nostalgie au temps heureux où il était scotché à moi...

 

Photo: BirgitH  / pixelio.de

Repost 0
Published by C-cilou - dans Ma vie de maman
commenter cet article
4 juillet 2011 1 04 /07 /juillet /2011 22:38

522734_R_K_B_by_johnnyb_pixelio.de.jpg

Je conduis souvent, tous les jours. Mais je n’aime pas ça et je ne suis pas une excellente conductrice. Je me demande parfois comment j’ai réussi à avoir le permis. Ou comment j’ai réussi à tirer la bonne pochette surprise, celle avec le permis dedans et pas un cadeau à deux francs. Il faut dire que rien ne m’aide à me sentir vraiment à l’aise au volant….

 

Ca a même commencé il y a…pfiou, 17 ans, lors de mon premier accident. Mais vous allez me dire (si vous calculez plus vite que moi, qui ai dû à cette heure tardive, sortir une calculette pour faire 33 -16 = 17)… « Mais il y a 17 ans, tu n’avais pas le permis ??? ». Eh bien oui, j’étais en conduite accompagnée, et ma grand-mère m’avait gentiment proposé d’aller faire deux-trois manœuvres avec sa twingo flambant neuve pour m’entraîner…et je me suis retrouvée en marche arrière dans un fossé. Avec ma grand-mère (80 ans) à la place du passager. Bon, ensuite j’ai eu mon premier vrai accident de conductrice « autorisée » quand j’habitais à Berlin. Responsable (mais pas coupable… !). Vous allez me dire « oui, mais c’est la grande ville, ce n’est pas facile, ça arrive à tout le monde ». Sauf que…3 semaines plus tard, j’ai encore eu un accident (provoqué une fois de plus par moi), dans la même rue, avec le même pantalon. J’ai même réussi à envoyer deux voitures à la casse, dis donc. Mais pas la mienne qui n’avait qu’une petite porte enfoncée. Et puis ensuite, j’ai eu une énorme galère de voiture quelque part entre Berlin et la France qui a fait que j’ai commencé mon trajet avec feu ma Ford Ka (je devrais dire « fumée ma Ford Ka », rapport à se qui se dégageait du moteur) et qu’au beau milieu du trajet, j’ai dû la troquer contre un paquebot une Opel Vectra. Et je ne l’ai plus jamais revue, ma Ford Ka…bonne pour la casse…(ou: la Kasse…)


Donc autant vous dire que je ne suis pas une conductrice très rassurée.

Alors quand j’ai décidé jeudi dernier de passer le week-end à Paris pour faire une surprise à mon père qui y fêtait son anniversaire…les billets de train étaient trop chers. Et Monsieur C-cilou ? Eh bien il travaillait, donc il ne pouvait pas m’accompagner. Donc j’ai pris une énorme respiration et la décision (vous avez vu le beau zeugma ?) de venir à Paris seule en voiture, avec mes deux enfants à bord, qui plus est un jour de départ en vacances classé rouge par bison futé.  Gloups. Un  défi au moins aussi ambitieux que celui de passer l'agrèg'.

Donc je suis partie à la fraîche, avec Saint Christophe Gépéhesse à ma droite, la fée à la dent bleue (aka le Bluetooth) à ma gauche et mon badge fétiche (Télépéage) au-dessus de ma tête. En voiture Simone.


Et je l’ai fait. I did it. Yes ! Je suis super fière de moi… Je n’ai pas eu d’accident, je ne me suis pas perdue, j’ai pas eu peur sur le périph et j’ai amené mes enfants sains et saufs à leur Papinou puis à leur Papa. Et ils ont été adorables. Moyennant 4 arrêts toutes les deux heures quand même (« J’ai soif » « Pipi » « J’arrive pas à enlever ma chaussure » « j’ai faim » « ah ben tiens j’ai plus d’essence »)…(le dernier c’était moi, hein). Et l’arrêt à la cafèt’ sur l’autoroute a été sportif, mais je suis restée incroyablement zen.

Prochaine étape, la conduite en montagne. Sous la neige, allez, rien ne m'arrête maintenant !

Repost 0
Published by C-cilou - dans Ma vie de maman
commenter cet article
27 juin 2011 1 27 /06 /juin /2011 21:09

Bon, ça fait un bail que je prévois cet article, mais comme il ne faisait pas beau...pas de belles photos possibles ! Le week-end dernier m'a donné l'occasion de me rattrapper et de photographier mon Loulou sous toutes les coutures, puisque nous sommes partis à la mer, à St Malo et Dinart (hiiiiiiiiiiii ! ) (Voilà, petit moment d'hystérie passé) (C'est l'effet que ça me fait, moi, la côte d'émeraude).

 

J'ai donc pu tester en conditions 3 produits de chez mon chouchou, le site Bambinou

 

06 juin

 

Tout d'abord, le combishort Minizabi... Quand il fait très chaud, j'adore ce type de vêtements. Tout léger, coloré, pratique. Et le joli motif d'éléphant est vraiment original. C'est un "minizabi" en coton bio et les encres utilisées sont sans phtalates. Que du beau pour la peau de mon Loulou...! Sur la photo, vous le voyez d'ailleurs faire une petite sieste sur le ventre de sa maman. Moi, donc. Craquant, non?


 

DSCN2610

 

Ensuite, la couche maillot  de bain Imse-Wimse. Super mignonne et très pratique pour se baigner dans la petite piscine à la maison ou à la mer. Pour moi qui n'utilise pas de couches lavables, ça me donne un peu l'impression de produire un peu moins de déchets pendant la saison des baignades. Et puis quand on connait le prix des couches maillot de bain jetables, on peut se dire qu'à 13.5 € la couche, ça fait une belle économie (ça doit être environ le prix d'un petit paquet de couches jetables maillot de bain!). Par contre, je ne sais pas si je l'utiliserais à la piscine collective...trop peur que ça déborde et que tout soit largué dans le bassin municipal. Moyen niveau hygiène...! En tous cas elles existent dans de très jolis coloris pour les filles et les garçons.

 

 

DSCN2886

 

Et enfin le body manches courtes Peau Ethique (joli nom, hein?). Idéal sous les T-Shirts, car on ne voit  pas les manches qui dépassent et super joli comme tel, avec un petit pantalon léger. Très pratique à enfiler car il y a des pressions au niveau des épaules. Et last but not least, il est soldé à 30% en ce moment sur Bambinou.

...ça vaut le coup d'y faire un tour !

Repost 0
Published by C-cilou - dans Ecolo & Co
commenter cet article
24 juin 2011 5 24 /06 /juin /2011 20:40

457077_R_K_by_CFalk_pixelio.de.jpgJe passe toute la journée avec mon fils et en semaine je ne vois ma fille qu’un peu le matin et le soir après l’école. Et parfois elle me manque… Nos moments complices à deux, en tête à tête mère-fille me manquent. Je me souviens très bien, le matin où je suis partie à la maternité pour donner naissance à mon Loulou, j’étais allongée sur le canapé, gérant les premières contractions et ma puce s’est allongée contre moi. Elle a peut-être senti que j’avais un peu mal, elle avait peut-être envie de me réconforter, elle avait peut-être un peu peur. Quant à moi, je me suis dis clairement : c’est notre dernier moment toutes les deux. Je ne pourrai plus dire : « j’ai une fille »…je dirai « j’ai des enfants » . Elle ne m’aura plus jamais pour elle toute seule. Et j’ai savouré cet instant unique.

Depuis, il m’est parfois difficile d’accorder du temps à l’un quand l’autre est présent. Quand je joue avec son frère, ma Louloute vient vers moi pour m’attirer dans sa chambre. Et quand je joue avec elle, c’est l’inverse, évidemment. Et il faut dire aussi que ma Louloute aime beaucoup son papa : elle préfère quand c’est lui qui vient la chercher à l’école et elle adore jouer avec lui.

Ces derniers temps, j’ai eu l’envie et la possibilité de passer du temps avec elle toute seule, hors de la maison. Nous sommes allées un soir au cirque toutes les deux et j’ai été très étonnée car c’est elle qui a tenu à ce que ce soit moi qui vienne avec elle et que « Papa reste à la maison avec mon petit frère», j’ai été très fière et touchée qu’elle veuille partager ce moment avec moi seule. Le lendemain, nous sommes allées également toutes les deux voir un gala de natation synchronisée. Des sorties « entre filles » qui nous ont fait le plus grand bien.

Et puis dimanche dernier, nous sommes parties 4 jours en vacances toutes les deux (en vrai ce n’étaient pas des vacances, mais je vous raconterai cela le moment venu…) à Berlin ! Nous avons pris le train, l’avion, le métro, le taxi, le bus, rendu visite à des amis, visité la ville, assisté à son premier cours de danse…rien que toutes les deux !  Elle a été adorable, facile, drôle, curieuse…elle a ouvert ses yeux émerveillés sur ce monde qu’elle ne connaissait pas …Et moi j’ai été heureuse de pouvoir partager ces découvertes avec elle, recueillir ses impressions, lui tenir la main quand elle avait peur des pigeons ou de l’avion, lui caresser les cheveux quand elle s’endormait dans le métro après nos longues pérégrinations. J’ai souri, non sans fierté, quand on m’a dit, environ trois fois par jour « Comme votre fille vous ressemble »… ! Ma grande fille, mon aînée…

4 jours intenses, pour elle comme pour moi…mais la prochaine fois que nous irons à Berlin, nous sommes d’accord pour emmener Papa et Loulou, il faut qu’ils voient ça eux aussi !

 

 

 Photo:
CFalk  / pixelio.de
Repost 0
Published by C-cilou - dans Ma vie de maman
commenter cet article
16 juin 2011 4 16 /06 /juin /2011 12:39

DSC06202.JPGIl a 1 an aujourd’hui mon petit Loulou…

Je pourrais écrire, dans la plus pure tradition bloguesque, pourquoi je le trouve beau, éveillé et câlin. Je pourrais vous faire des listes des choses fascinantes qu’il sait faire, vous dire combien il a de dents et tous les « mots » qu’il nous dit.

Je pourrais vous dire à quel point il me comble de joie et me rend fière.

Mais je vais garder tout ça pour moi…c’est MON garçon, et puis voilà !

Bon anniversaire mon tout petit…

Repost 0
Published by C-cilou
commenter cet article

  • : C-cilou et ses loulous
  • C-cilou et ses loulous
  • : Des trucs de Mamans..mais pas seulement !
  • Contact

Soit dit en passant

Je suis de retour... ou pas.

 

 

Rechercher

C'est qui C-cilou?

 

Maman de deux Loulous (4 ans et 20 mois), prof en congé parental, mariée à Monsieur C-cilou.

Je blogue pour répondre à une irrésistible envie de de décrire le quotidien, pour lui donner plus de saveur, le rendre plus rigolo et doux, comme un ourson haribo...et éviter que ma mémoire ne se vide à la vitesse d'un paquet de bonbons ! Je blogue pour prendre du temps pour moi, pour me poser, réfléchir, comprendre, partager.

Depuis Septembre 2011, nous vivons à Berlin (oui, oui, en Allemagne).

Me contacter

C_cilou_loulous@yahoo.fr

je suis une maman bambinou

Suivez-moi sur Hellocoton

Retrouvez C-cilou sur Hellocoton

Bannière

Photos (de gauche à droite) © Tom Kleiner © Utaaah © Klaus Gerhardt

pixelio.de