Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 août 2011 5 19 /08 /août /2011 09:11

tanguy-209x300.jpgQuand ils sont petits déjà, on hésite à les confier pendant longtemps aux grands-parents ou aux amis. Ils sont si petits, ils ont tellement besoin de nous, se dit-on… Alors on les garde un peu dans la chaleur du nid familial. Puis vient le temps des premières vacances chez Mamie… et ils reviennent grandis comme s’ils y avaient passé six mois.

 

Mais il faut croire que cette tendance à couver nos enfants comme des parents-poules peut continuer encore un bout de temps. C’était d’ailleurs l’objet d’un article du Monde daté du 14/15 août 2011 et intitulé « Viens chez moi, j’habite chez mes parents». La journaliste (Martine Laronche) y évoque cette génération « Tanguy », ces grands enfants indépendants financièrement qui continuent à vivre chez papa-maman.

 

Ce que j’ai trouvé intéressant, dans cet article, c’est l’interprétation qui est donnée de ce phénomène. Ce n’est pas seulement la précarité financière, les prix de l’immobilier, l’incertitude de l’avenir ou autres raisons d’ordre matériel et pécuniaire qui sont mises en avant, mais des arguments d’ordre psychologique…qui renvoient directement à la relation que ces enfants ont avec leurs parents.

 

« Cette difficulté des jeunes adultes à prendre leur autonomie affective est de plus en plus fréquente » analyse Philppe Hofman, psychologue-clinicien, auteur de L’impossible séparation : entre les jeunes adultes et leurs parents. Cherchant à rompre avec l’éducation autoritaire qu’ils ont reçue, les parents de la génération 1968, qui ont mal compris Françoise Dolto, ont sacralisé et surprotégé leur enfant, le mettant au centre de leurs préoccupations. Ajoutons à cela le fait que pour cette génération, bien des couples se sont déchirés, l’enfant apparaissant donc comme une valeur refuge. Selon Philippe Hofman, «Dans une société où le lien conjugal s’est délité et où les idéaux se sont écroulés, les parents se sont collés à ce qu’ils avaient de plus précieux : leurs enfants. Ils leur ont rêvé une vie idéale, épanouie. Ils ont vécu et pensé pour eux. » Ils sont ainsi pris en tenaille entre leur désir de voir leurs enfants gagner en autonomie, voler de leurs propres ailes et leur souhait de continuer à compter pour eux, leur satisfaction à se voir consulté au moindre souci, à se savoir « de bon conseil ». Ils les incitent alors à quitter le nid familial tout en les invitant à demander de l’aide en permanence sans leur laisser vraiment la possibilité de se débrouiller par eux mêmes. « Les parents vivent un peu par procuration. Ils veulent tout pur leurs enfants. Les jeunes s’appuient sur le désir de papa ou de maman et ont du mal à prendre leurs propres décisions », assure Philippe Hofman.

 

Du coup, cet article m’a renvoyé aux sentiments ambivalents qui nous animent, nous parents. On est heureux de les voir grandir, fiers de leurs progrès, on voudrait parfois griller les étapes, confiants en l’avenir, on les félicite (« oh, la graaaaande fiiiille » ou « mais t’es un grand garçon maintenaaaant… ! ») Et puis d’un autre côté, on trouve qu’ils grandissent trop vite, on a les yeux embués à chaque rentrée scolaire (je n’en n’ai qu’une à mon actif, mais pas des moins émouvantes !), on n’ose pas s’avouer que parfois, on voudrait les garder petits, tout petits, près de soi, dans notre nid, sous nos ailes. Enfin, je dis « nous, parents »…mais je ne sais pas si mon chéri ressent ça aussi. Ni vous d’ailleurs. Mais moi, en tous cas, c’est comme ça : je suis une mère tiraillée, que voulez-vous. Peut-être que je voudrai aussi les garder longtemps, longtemps à la maison…les materner, sentir qu’ils ont encore besoin de moi. Ou peut-être pas. Je ne suis pas à une contradiction près...!

 

Lien vers le livre de Phlippe Hofman, L’impossible séparation : entre les jeunes adultes et leurs parents. Cliquez ici

 

Contribution dans le cadre des « vendredis intellos » de Mme Déjantée.

 

bébé lit final

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Mme Déjantée 20/08/2011 16:48


Merci beaucoup de ta contribution!!!
Vous avez été deux cette semaine (avec Madame Frimousse) a projeter dans l'avenir nos préoccupations actuelles de parents de "jeunes" enfants...
J'adore ce point de vue!!! Je me demande bien dans quelle mesure nous préparons l'avenir avec tous nos remues-méninges!!!
A lundi pour le débriefing!!!


Xtinette 20/08/2011 08:23


C'est sûr que je trouve déjà qu'il grandit trop vite alors qu'il n'a que 23 mois donc je risque de trop le couver plus tard ! Mais qui sait ? On trouvera notre équilibre !


C-cilou 20/08/2011 13:40



t'as raison, il faut se faire confiance ! on y arrivera...


chaque chose en son temps !



isabelle 19/08/2011 20:55


ça me parle ce que tu écris là... Je redoute le jour où mes enfants partiront (dire que Victor entre déjà en 2de !!!). Parce que j'ai le sentiment de vivre des années extraordinaires et que je sais
que j'y repenserai souvent. Ce n'est pas toi qui voulait retenir le temps ??? Moi si en tous cas. ET pourtant je suis convaincue qu'il n'y rien plus triste que de voir son enfant qui ne part pas,
qui ne construit pas, qui ne vit pas. J'ai envie qu'ils soient aussi heureux que moi... mais j'aime quand ils sont là !!! Ma réflexion t'avance et t'enrichit là, hein ?


C-cilou 20/08/2011 13:40



oui, j'avais effectiveme,t parlé de ce désir que j'ai de rettenir le temps (ici :http://c-cilou.over-blog.com/article-ces-pages-qui-se-tournent-66568608.html)


en fait, je trouve qu'à plein d'égards, en tant que mère, on est pétrie de contradictions... et je vois que tu n'échappes pas à la règle.


Mais t'inquiète, avec le limitateur de temps passé sur internet que vous voulez installer sur leur ordi, je pense qu'ils ne feront pas long feu chez vous, ils iront "se construire" ailleurs ...
;-)



MissBrownie 19/08/2011 13:13


Oui, c'était lui ^^
Mais bon je crois qu'il aurait préféré rester derrière son ordi


C-cilou 20/08/2011 13:36



...plutôt que de se faire réveiller à 7 h par les travaux en face du port de CG ? je comprends... ;-)



anaisl57 19/08/2011 12:09


Perso j'ai deja peur du jour ou elle n'aura plus besoin de moi...j'ai envie qu'elle fasse ça vie d'un coté, mais de l'autre je voudrais la garder pour moi...


C-cilou 20/08/2011 13:35



et parfois, même quand les parents veulent bien les laisser partir quand ils sont plus grands ...en fait, ils accourent vers eux à la moindre contrarieté et du coup, les "grands" enfants ne
deviennent jamais vraiment autonomes... c'est en tout cas ce que disait l'article


c'est  dur de trouver le juste équilibre



  • : C-cilou et ses loulous
  • C-cilou et ses loulous
  • : Des trucs de Mamans..mais pas seulement !
  • Contact

Soit dit en passant

Je suis de retour... ou pas.

 

 

Rechercher

C'est qui C-cilou?

 

Maman de deux Loulous (4 ans et 20 mois), prof en congé parental, mariée à Monsieur C-cilou.

Je blogue pour répondre à une irrésistible envie de de décrire le quotidien, pour lui donner plus de saveur, le rendre plus rigolo et doux, comme un ourson haribo...et éviter que ma mémoire ne se vide à la vitesse d'un paquet de bonbons ! Je blogue pour prendre du temps pour moi, pour me poser, réfléchir, comprendre, partager.

Depuis Septembre 2011, nous vivons à Berlin (oui, oui, en Allemagne).

Me contacter

C_cilou_loulous@yahoo.fr

je suis une maman bambinou

Suivez-moi sur Hellocoton

Retrouvez C-cilou sur Hellocoton

Bannière

Photos (de gauche à droite) © Tom Kleiner © Utaaah © Klaus Gerhardt

pixelio.de